Ewa Kopacz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ewa Kopacz
Ewa Kopacz en 2012.
Ewa Kopacz en 2012.
Fonctions
15e président du Conseil des ministres polonais
(71e chef du gouvernement polonais)
En fonction depuis le 22 septembre 2014
(1 mois et 1 jour)
Président Bronisław Komorowski
Gouvernement Kopacz
Législature VIIe
Coalition PO-PSL
Prédécesseur Donald Tusk
Première vice-présidente de la
Plate-forme civique
En fonction depuis le 14 décembre 2013
(10 mois et 9 jours)
Président Donald Tusk
Prédécesseur Grzegorz Schetyna
13e présidente de la Diète polonaise
8 novembre 201122 septembre 2014
(2 ans, 10 mois et 14 jours)
Législature VIIe
Prédécesseur Grzegorz Schetyna
Successeur Radosław Sikorski
Ministre de la Santé
16 novembre 20078 novembre 2011
(3 ans, 11 mois et 23 jours)
Président du Conseil Donald Tusk
Gouvernement Tusk I
Prédécesseur Zbigniew Religa
Successeur Donald Tusk (par intérim)
Bartosz Arłukowicz
Députée de la Diète polonaise
En fonction depuis le 19 octobre 2001
(13 ans, 0 mois et 4 jours)
Élection 25 septembre 2001
Réélection 25 septembre 2005
22 octobre 2007
9 octobre 2011
Législature IVe, Ve, VIe, VIIe
Biographie
Nom de naissance Ewa Bożena Lis
Date de naissance 3 décembre 1956 (57 ans)
Lieu de naissance Skaryszew (Pologne)
Parti politique UW (1998-2001)
PO (depuis 2001)
Diplômé de Université de médecine de Lublin
Profession Médecin

Ewa Kopacz
Présidents du Conseil des ministres polonais

Ewa Bożena Kopacz, née Lis le 3 décembre 1956 à Skaryszew, est une femme politique polonaise, membre de la Plate-forme civique (PO) et présidente du Conseil des ministres depuis 2014.

Membre de la Plateforme civique (PO), elle est élue députée pour la circonscription de Radom, en 2001 ; nommée ministre de la Santé du premier gouvernement de Donald Tusk en 2007, elle est élue à la présidence de la Diète, en 2011 puis devient chef du gouvernement en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études secondaires à Radom, elle entre à l'université de médecine de Lublin, dont elle ressort en 1981 avec un diplôme de pédiatrie et de médecine générale. Elle intègre ensuite le système de santé polonais, au sein duquel elle finit par prendre la direction de l'établissement indépendant des soins de santé de la ville de Szydłowiec, en Mazovie, charge qu'elle assume jusqu'en 2001. De son mariage avec Marek Kopacz, duquel elle divorce en 2008, naquit une fille, Katarzyna.

Députée à la Diète[modifier | modifier le code]

En 1998, elle est élue à la Diète régionale de Mazovie sur la liste de l'Union pour la liberté (UW). Elle démissionne de ce mandat et du parti en 2001, afin de rejoindre la Plate-forme civique (PO), sous les couleurs de laquelle elle est élue députée de Radom à la Diète polonaise aux élections législatives de septembre.

Elle est réélue députée pour un deuxième mandat en 2005, puis elle se voit portée à la présidence de la commission parlementaire de la Santé. Un an plus tard, elle devient responsable de la Santé dans le cabinet fantôme institué par la PO le 13 janvier 2006. En outre, elle préside la fédération du parti dans la voïvodie de Mazovie.

Ministre de la Santé[modifier | modifier le code]

À l'issue des élections législatives anticipées du 21 octobre 2007, Ewa Kopacz remporte un troisième mandat parlementaire. Le 16 novembre suivant, elle est nommée ministre de la Santé, dans le gouvernement de coalition de centre-droit dirigé par le président de la PO et nouveau président du Conseil des ministres, Donald Tusk. Durant ce mandat ministériel, elle se fait remarquer quand elle soutient une adolescente voulant avorter après un viol, la prise en charge par l'État des fécondations in vitro pour les familles les plus modestes[1], et refuse d'importer en Pologne des vaccins contre la grippe A (H1N1) les jugeant peu fiables[2].

Le 8 octobre 2010, Ewa Kopacz est désignée vice-présidente de la PO.

Présidente de la Diète[modifier | modifier le code]

Réélue députée de Radom lors des élections législatives du 9 octobre 2011, Ewa Kopacz quitte le gouvernement de Donald Tusk après avoir été désignée candidate à la présidence de la Diète par la Plate-forme civique.

Le 8 novembre, elle est effectivement élue à la présidence de la chambre basse par 300 voix, contre 150 au candidat de Droit et justice (PiS), Marek Kuchciński. Elle devient ainsi la seconde femme présidente d'une chambre du Parlement polonais, après Alicja Grześkowiak, présidente du Sénat de 1997 à 2001. Deux ans plus tard, le 14 décembre 2013, elle prend la suite de Grzegorz Schetyna comme première vice-présidente de la PO.

Présidente du Conseil[modifier | modifier le code]

Le gouvernement d'Ewa Kopacz, lors de sa présentation, le 19 septembre 2014.

À la suite de la désignation de Donald Tusk comme prochain président du Conseil européen le 30 août 2014, elle est présentée comme un de ses successeurs potentiels pour la présidence du Conseil des ministres[3]. Bien que les électeurs du parti lui préfèrent Schetyna et Radosław Sikorski[4], elle obtient le 4 septembre le soutien de Tusk et de la majorité des membres du bureau de la PO, seuls deux membres se prononçant en faveur de Grzegorz Schetyna[5]. Le 8 septembre, le président du Parti paysan polonais (PSL) Janusz Piechociński annonce au président de la République Bronisław Komorowski que son parti la soutient également, lui assurant ainsi une majorité parlementaire[6].

Le 12 septembre, le président Komorowski accepte la candidature de Kopacz, puis la charge officiellement de constituer le prochain gouvernement ; elle prête serment devant le chef de l'État au palais présidentiel de Varsovie le 22 septembre suivant[7],[8].

Dans ce gouvernement sont nommés des poids lourds de la PO, Grzegorz Schetyna, figure de proue de la PO, devenant ainsi ministre des Affaires étrangères, tandis que le vice-président de la chambre basse, Cezary Grabarczyk, prend le portefeuille de la Justice ; sont confirmés, au sein de ce cabinet, des ministres d'envergure, comme le titulaire du portefeuille de la Défense, Tomasz Siemoniak, promu vice-président du Conseil au même titre que le ministre de l'Économie, Janusz Piechocinski, président du PSL, l'autre parti de la coalition gouvernementale, et la ministre de l'Éducation nationale, Joanna Kluzik-Rostkowska.

Elle se soumet le 1er octobre suivant à un vote de confiance à la Diète, qu'elle remporte aisément ; son gouvernement obtient en effet 259 suffrages favorables, contre 183 voix opposées[9]. Dans la semaine qui suit, deux sondages montrent que la Plate-forme civique fait un bond dans les sondages et dépasse Droit et justice (PiS) de six points, l'un d'eux mesurant même une majorité absolue en sièges pour la coalition au pouvoir[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]