Éverard t'Serclaes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Everard t'Serclaes)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir t'Serclaes.
t'Serclaes mourant, Bruxelles

Éverard t'Serclaes, seigneur de Cruyckembourg (Ternat), membre des Lignages de Bruxelles et citoyen illustre de Bruxelles probablement né vers 1320 et mort à Bruxelles en 1388 ; entré dans l’histoire en tant que libérateur de Bruxelles lors de la Guerre de succession du Brabant (15 juin 1356 – 4 juin 1357) entre le Duché de Brabant et le Comté de Flandre.

Un monument à Éverard t'Serclaes commémore sa mémoire. Le monument a été sculpté par l'artiste Julien Dillens (1849-1904) et se situe rue Charles Buls, près de la Grand-Place. Une rue bruxelloise portant son nom existe aussi.

Biographie[modifier | modifier le code]

À la mort de Jean III de Brabant, survenue le 5 décembre 1355, sa fille aînée Jeanne, épouse de Venceslas de Luxembourg, succéda au trône de Brabant. Cette succession lui fut cependant disputée par le comte de Flandre, Louis de Male, qui envahit le duché et s'empara de Bruxelles. Dans la nuit du 24 octobre 1356, Éverard t'Serclaes escalada les murs de la ville à la tête de patriotes bruxellois et bouta les troupes flamandes hors de la ville. Grâce à ce coup de main, la ville était reprise par la garnison ducale, et Jeanne et Wenceslas firent leur joyeuse entrée à Bruxelles. (voir article détaillé " Guerre de succession du Brabant (15 juin 1356 – 4 juin 1357)").

Cul-de-lampe de l'hôtel de ville : le diable emportant l'âme du seigneur de Gaesbeek

Après avoir été cinq fois échevin de la ville, Éverard t'Serclaes, qui avait défendu les droits de la cité contre Sweder d'Abcoude, seigneur de Gaesbeek, fut agressé à Lennik par des hommes de main de ce dernier, qui lui coupèrent la langue. Transporté à la maison de l'Étoile sur la Grand'Place de Bruxelles, il y décéda le 31 mars 1388. Un cul-de-lampe historié de l'aile gauche de l'Hôtel de ville de Bruxelles rappelle cet assassinat. Le bas du cul-de-lampe montre le diable emportant l'âme du seigneur de Gaesbeek. La mise en place de ce cul-de-lampe fut faite à la suggestion de l'architecte français Viollet-le-Duc.

Monument[modifier | modifier le code]

Le monument dédié à Éverard t'Serclaes est un bas-relief en laiton réalisé par Julien Dillens en 1902.

Article détaillé : Monument à Éverard t'Serclaes.

Parenté[modifier | modifier le code]

Il est l'ancêtre de Jean t'Serclaes, comte de Tilly, commandant en chef des armées de la Ligue Catholique et du Saint-Empire romain pendant la première partie de la guerre de Trente Ans, ainsi que d'Émile de t'Serclaes de Wommersom, héros de la Révolution belge de 1830 et diplomate et de la comtesse Nathalie de T' Serclaes, femme politique démocrate chrétienne qui fait une carrière dans les institutions de la ville région de Bruxelles-Capitale.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roel Jacobs, Une histoire de Bruxelles, Éditions Racine, Bruxelles, 2004