Évelyne Kestemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Evelyne Kestemberg)
Aller à : navigation, rechercher

Évelyne Kestemberg-Hassin, née en 1918 à Constantinople et morte en 1989 à Paris, est une psychanalyste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Épouse de Jean Kestemberg, elle est philosophe de formation. Analysée par Marc Schlumberger elle va consacrer sa vie à la psychanalyse. Elle a été contrôlée par Sacha Nacht qui s'est ensuite aussi opposé à son admission à la Société psychanalytique de Paris parce qu'elle n'était pas médecin. Elle fait aussi de la psychothérapie psychanalytique de groupe, du psychodrame psychanalytique et a développé une clinique et des théories novatrices dans le traitement des psychotiques. Elle a collaboré étroitement avec Serge Lebovici et René Diatkine au centre de consultation d'enfants et d'adolescents de santé mentale du 13e arrondissement de Paris. C'est avec Raymond de Saussure qu'elle créée la Fédération européenne de psychanalyse. Elle travaille encore sur l'anorexie, l'Identification, etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'anorexie mentale (du grec, « perte d'appétit ») est un des troubles des conduites alimentaires (TCA), à ne pas confondre avec l'anorexie comme pathologie médicale. Elle se manifeste notamment par une préoccupation tyrannique de l'apparence, qui entraîne des restrictions alimentaires drastiques. Les causes sont multiples et surdéterminées. En tout état de cause, elles relèvent d'une psychopathologie de l'image du corps. La mode et les phénomènes d'imitations entre adolescents sont souvent incriminés, mais ils restent difficiles à isoler de l'histoire du sujet qui souffre de son environnement familial et d'événements de vie déclenchants. La sociologie propose de prendre en compte la part des aspects sociaux liés, comme par exemple le fait que l'anorexie mentale ne se retrouve pas dans les mêmes proportions partout dans toutes les cultures et à toutes les époques. Dans certaines cultures, elle est absente. Les sujets qui souffrent de ces troubles sont surtout des adolescentes, même s'il y a de plus en plus de garçons. L'anorexie mentale implique une restriction alimentaire déterminée volontairement même si les causes de ces privations auto-infligées restent inconscientes pour les personnes qui en souffrent. Dans l'anorexie mentale, le patient lutte contre la faim, tandis que dans l'anorexie, il a perdu l'appétit. Les critères diagnostiques de l'anorexie mentale habituellement retenus sont : refus de maintenir le poids corporel au niveau ou au-dessus d'un poids minimum normal pour l'âge et pour la taille (ex., perte de poids conduisant au maintien du poids à moins de 85 % du poids attendu, ou incapacité à prendre du poids pendant la période de croissance conduisant à un poids inférieur à 85 % du poids attendu) ; peur intense de prendre du poids ou de devenir gros, alors que le poids est inférieur à la normale ; altération de la perception du poids ou de la forme de son propre corps (image du corps), influence excessive du poids ou de la forme corporelle pour le narcissisme ou estime de soi, ou déni de la gravité de la maigreur.