Evans Carlson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
US-O8 insignia.svg Evans Fordyce Carlson
Evans F. Carlson en 1942.
Evans F. Carlson en 1942.

Naissance 26 février 1896
Sidney (New York) New York
Décès 27 mai 1947 (à 51 ans)
Portland, Oregon
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance USMC logo.svg Corps des Marines des États-Unis
Grade US-O8 insignia.svg Général 2 étoiles
Années de service 19121946
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de Guadalcanal raid de Makin

Evans Fordyce Carlson (né le 26 février 1896 et décédé 27 mai 1947) fut un général du Corps des Marines des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pasteur congrégationaliste, Evans Carlson est né le 26 février 1896 à Sidney, New York. En 1910, il s'enfuit de chez ses parents. Deux ans plus tard, il triche sur son âge pour s'engager dans l'armée de terre.

Au cours de son premier contrat, Carlson sert aux Philippines et à Hawaï. En 1916, il est nommé sergent-chef. Il quitte l'uniforme. Un an plus tard, il rengage dans l'armée de terre et participe à l'expédition du nord du Mexique, suite à l'incursion armée de Pancho Villa aux États-Unis.

Pendant la Première Guerre mondiale, Carlson combat en France où il est blessé au combat. Première brisque de blessure, plus tard convertie en Purple Heart (Médaille des Blessés). Il est promu sous-lieutenant en mai 1917. Nommé capitaine d'artillerie de campagne en décembre 1917, il sert en Allemagne avec l'armée d'occupation. Il est démobilisé en 1921.

La carrière de Carlson dans le Corps des Marines commence en 1922 quand il s'enrôle comme 2e classe. En 1923, il est promu sous-lieutenant. En 1924, il embarque pour Rico-Porto où il reste cinq mois avant de servir dans la flotte du Pacifique. En 1925, il est affecté à la base-école d'aéronautique navale de Pensacola (Floride) d'où il est renvoyé.

Carlson est détaché au Nicaragua en 1930 comme officier de la Garde Nationale locale. Il gagne sa première Navy Cross en attaquant de nuit plus de cent insurgés, à la tête de douze de ses Marines, pour dégager son poste. A Managua, il est chef de la police, de 1932 à 1933.

De retour aux États-Unis, le capitaine Carlson est officier adjoint du détachement de Marines de la Maison Blanche où il se lie d'amitié avec le fils du président, capitaine de réserve de Marines.

Carlson est envoyé avec le 4e régiment de marines à Shanghai. Peu de temps après, il est muté à la légation américaine de Peiping (Chine) où, officier adjoint du détachement de marines, il étudie la langue chinoise. En 1936, il retourne aux États-Unis en passant par le Japon. Affecté à Quantico, il poursuit des études de droit et de politique internationales à l'Université George Washington de Washington, DC.

En 1937, Carlson retourne en Chine pour la troisième fois, officiellement en tant qu'étudiant en langue chinoise et en tant qu'observateur militaire des forces chinoises. Là, il a l'occasion d'étudier les tactiques militaires japonaises.

Carlson fait la connaissance d'Edgar Snow, ce qui l'amène à visiter le siège des troupes communistes chinoises du nord de la Chine, où il rencontre les dirigeants communistes chinois, Mao Zedong, Zhou Enlai et Deng Xiaoping. Il parcourt des milliers de kilomètres à l'intérieur de la Chine avec les partisans communistes, souvent à pied et à cheval sur les terrains les plus dangereux, vivant dans des conditions primitives. Il est impressionné par les tactiques de la guérilla communiste chinoise contre les troupes japonaises.

Quand Carlson quitte la Chine en 1938, il est félicité par le commandant en chef de la flotte asiatique. En 1939, il démissionne afin d'être libre d'organiser des tournées de conférences où il met ses compatriotes en garde contre le danger japonais.

En 1941, Carlson demande à reprendre du service dans le Corps des Marines où il est repris avec le grade de major.

En 1942, Carlson est promu chef de corps du 2e bataillon de raiders des marines, avec le grade de lieutenant-colonel. Il s'inspire de l'organisation et de la discipline des armées communistes chinoises pour modifier les façons de faire de son unité. Les rapports hiérarchiques sont assouplis, l'esprit d'équipe et l'endoctrinement éthique des hommes sont mis en valeur. L'escouade de huit hommes est réorganisée. Le groupe de combat comprend désormais un chef de groupe et trois équipes de trois hommes, le premier armé d'un fusil-mitrailleur, le second d'un pistolet-mitrailleur, le troisième d'un fusil. Grâce à l'influence du fils Roosevelt, le Corps des Marines autorise cette réforme, malgré les doutes qu'inspire la philosophie de Carlson.

Les marines du 2e bataillon sont les "Calson's raiders". Le 17 août 1942, Carlson gagne sa deuxième Navy Cross lors du coup de main sur l'île de Makin (actuelle Ile Butaritari, nord des Iles Gilbert). Quelques mois plus tard, troisième Navy Cross pour les exploits de la "Carlson's patrol" pendant la Bataille de Guadalcanal .

Le 15 mars 1943, les quatre bataillons raiders sont placés sous le commandement du colonel Liversedge. Une semaine plus tard, Carlson est relevé par le lieutenant-colonel Shapley qui réorganise le 2e bataillon de façon beaucoup plus orthodoxe, tout en conservant l'escouade de trois équipes de trois hommes. Liversedge aligne alors les trois autres bataillons sur le modèle du bataillon Shapley.

Afin de soigner sa jaunisse et son paludisme, Carlson retourne aux États-Unis où il est employé comme conseiller technique. Il retourne à Tarawa en tant qu'observateur. En novembre 1943, il est cité pour avoir transporté des informations vitales sous le feu ennemi à partir d'un poste avancé du siège de la division.

Blessé lors du débarquement de Saipan, Carlson gagne sa deuxième Purple Heart.

Les séquelles des blessures de Saipan poussent Carlson à la retraite, le 1er Juillet 1946. Il est promu général de brigade.

Le 27 mai 1947, à l'âge de 51 ans, Carlson meurt des suites d'une maladie cardiaque à l'hôpital Emmanuel de Portland (Oregon). Depuis sa retraite, il habitait Brightwood (Oregon). Il laisse son épouse, Mme Peggy Tatum Carlson, et un fils d'un précédent mariage, Evans C. Carlson.

Le général est enterré au cimetière national d'Arlington.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Carlson recoit une médaille de Chester W. Nimitz le 30 septembre 1942 à Guadalcanal.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Twin Stars of China, Dodd, Mead & Company, 1940.
  • The Chinese army its organization and military efficiency, International Secretariat, Institute of Pacific Relations, 1939. (ASIN B00089LO5S)
  • Evans F. Carlson on China at War, 1937–1941, China and U.S. Publication. (ASIN B0006F13D2)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]