Eva Herzigová

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eva Herzigova)
Aller à : navigation, rechercher
Eva Herzigová
Eva Herzigova à Cannes, en 1997
Eva Herzigova à Cannes, en 1997

Naissance (41 ans)
République tchèque
Physique
Cheveux blonds
Yeux verts
Taille 1,80 m
Mensurations 89-63.5-90
Poids 60 kg
Taille vêtement 36 (UE)
Carrière
Agence(s) Marilyn (en)[1]

Eva Herzigová (née le ) est un mannequin et une actrice d'origine tchèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eva est née à Litvínov, en République tchèque. Elle entame sa carrière de mannequinat après avoir gagné un concours de beauté à l'âge de seize ans à Prague. Dès son arrivée à Paris, elle enchaine les castings[1] et sa popularité commence à grandir. Sa première grande apparition sera dans la campagne Wonderbra, dans les années 1990. Dès l'âge de vingt ans, elle est au sommet de son métier, époque qu'elle résume : « C'était la carrière à fond, les tendances, beaucoup de maquillage, beaucoup de cheveux, les années 1990, les fêtes, l'époque de supermodels[2]. » Elle apparaît également dans certaines publicités pour les jeans Guess et pose nue pour le magazine Playboy en août 2004 avant d'être Vénus à l'ouverture des jeux olympiques d'hiver de Turin 2006.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle est connue pour son contrat avec Wonderbra ainsi que son rôle dans le film Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré. Elle a posé dans le calendrier Pirelli 1996 pour le photographe Peter Lindbergh, photo notable ou elle apparait nue avec un spaghetti[3]. Elle a par ailleurs tourné pour le réalisateur Gaspar Noé dans les trois courts métrages Eva pour l'émission Le Grand Journal de Canal +. Elle dessine plusieurs années de suite une collection de vêtements pour la marque française 1.2.3[4]. En 2013, elle entre sous contrat avec Dior pour être l'image publicitaire d'une ligne de cosmétiques[5], ainsi que pour le chausseur américain Brian Atwood sous la direction du duo Mert and Marcus[6],[7].

Eva Herzigova fait partie de la seconde génération de top-models, élevés au rang de star[3] après le groupe de supermodels des « Big Six » célèbres dans les années 1990 ; elle cite à ce sujet : « je ne me suis jamais sentie superstar. A mes débuts, il n'y avait que cinq stars : Cindy, Naomi, Claudia, Stéphanie et Christy. Moi, je faisait partie de la deuxième série[1] »[n 1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle se marie avec Tico Torres, le batteur du groupe Bon Jovi en 1996 et divorce deux ans plus tard. Elle est en couple depuis 2002 et mariée depuis 2006 avec Gregorio Marsiaj un entrepreneur de Turin, ils ont ensemble trois enfants nés en 2007, 2011, 2013.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Actrice[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le groupe de six mannequins célèbres des années 1990 est classiquement appelé le « Big Six » ; en plus des cinq noms cités, Tatjana Patitz est la sixième.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Philippe Trétiack, « Eva Herzigova : la belle vie », Elle, no 3498,‎ 11 janvier 2013, p. 81 (ISSN 0013-6298)
  2. Judith Ritchie, « La nouvelle Eva », L'Officiel Paris, Éditions Jalou, no 972,‎ février 2013, p. 53 (ISSN 0030-0403)
  3. a et b Paola Genone, « La nouvelle Eva », L'Express Styles, Groupe Express-Roularta, no 3258,‎ 11 décembre 2013, p. 56 (ISSN 0014-5270)
  4. « Eva Herzigova pour 1.2.3, le bon look du printemps ! », sur marieclaire.fr, Marie Claire (consulté le 7 avril 2013) : « Pour la 3ème saison, Eva Herzigova signe pour 1.2.3 une collection »
  5. « Les secrets de beauté d'Eva Herzigova », Styles, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 24 janvier 2013 (consulté le 7 avril 2013) : « La mannequin Eva Herzigova, nouvelle égérie de la gamme de soins Capture Totale de Dior »
  6. (en) « Eva Herzigova channels a nude Marilyn Monroe in Brian Atwood ad », sur telegraph.co.uk, The Daily Telegraph,‎ 14 mars 2013 (consulté le 7 avril 2013)
  7. « Eva Herzigova nue pour Brian Atwood », Styles, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 22 mars 2013 (consulté le 7 avril 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]