Eustache de Beaumarché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eustache de Beaumarchès)
Aller à : navigation, rechercher

Eustache de Beaumarché, né vers 1235, peut-être au village de Beaumarchais, à Othis, et mort le 23 août 1294[1] est un noble français, baron de Calvinet, seigneur de Chambeuil, de Falcimagne et coseigneur de Tournemire. Son nom est aussi écrit Beaumarchès ou Beaumarchais[1], de Bello Marchesio, Beau Marc ou Beau Marchand.

Il fut sénéchal de Toulouse et participa à la campagne de Navarre en 1276 et à la campagne de Catalogne en 1285.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eustache de Beaumarché est issu d'une famille de petits nobles[2].

Il entre au service du roi de France, comme "garde" de l'abbaye d'Aurillac. Il a été bailli des Montagnes d'Auvergne, peut-être depuis 1257 jusqu'en 1266, pour Alphonse de Poitiers qui avait reçu l'apanage d'une partie de la terre d'Auvergne de son père, Louis VIII, en 1225, renouvelé par Louis IX en 1241 avec le comté de Poitou et le pays d'Albigeois.

Dans une liste dressée en 1760 par Rancilhac de Chazelles, Eustache de Beaumarché[3], est bailli des montagnes d'Auvergne, chevalier, seigneur de Calvinet, de Chambeuil et de Falcimagne, coseigneur de Tournemire par son mariage en 1261 avec Marine de Vigouroux, dame de Calvinet, de Fontrouge et de Chambreuil, veuve de Pons de Villa. Elle a fait son testament en juillet 1280 dans lequel elle fait des dons aux pauvres et couvents d'Aurillac. Il se remarie en 1282 avec Aygline de Barasc, fille d'Arnaud IV de Barasc, seigneur de Béduer. Il est aussi co-seigneur de Sénezergues en 1284 et devait le tenir des libéralités d'Alphonse de Poitiers qui l'avait obtenu du comte de Rodez, vicomte de Carlat à la suite d'un traité passé en 1268.

Alphonse de Poitiers le nomme en 1268 sénéchal du Poitou. Il le reste jusqu'en 1276. Geoffroy de Montirel lui succède comme bailli des Montagnes d'Auvergne.

À la mort d'Alphonse de Poitiers (1271), également comte de Toulouse depuis 1249, il continue sa fonction de sénéchal à Toulouse à partir de 1272. En 1280, il est qualifié de chevalier du roi. En février 1288, dans des lettres patentes du roi Philippe IV il est qualifié de chevalier et sénéchal de Toulouse. Il est cité avec Imbert de Beaujeu, connétable de France dans une médiation sur une usurpation de terres qui appartenaient au comte de Toulouse. En 1279, Eustache de Beaumarché et Imbert de Beaujeu commandaient dans la province de Languedoc. En 1283, le roi le charge d'examiner les coutumes de Toulouse. Il fait jurer aux habitants de les observer en 1286.

On connaît sa participation en 1276 à la campagne de Navarre grâce au long récit que nous a laissé Guilhem Anelier de l'Histoire de la guerre de Navarre en 1276 et 1277[4], ainsi qu'à la campagne de Catalogne avec Philippe III le Hardi en 1285.

Quand, en 1285, Philippe le Hardi franchit les Pyrénées et s'empare de Gironne, il fait d'Eustache de Beaumarché le gouverneur de la cité.

En 1291 il fait un échange de propriété avec le roi.

Il devient un bâtisseur de bastides, pour le compte du roi de France. Il en fonde 23  : Rimont (1272), Alan (1272),  Montréjeau (1272),  Fleurance (1274),  Valence-d'Albigeois (1275),  Beaumont-de-Lomagne (1279),  Verdun-sur-Garonne (1279),  Saint-Lys (1280),  Mirande (1281),  Pavie (1281),  Cazères (1282),  Cologne (1284),  Miélan (1284),  Plaisance-du-Touch (1285),  Réjaumont[Lequel ?] (1285),  Pampelonne (1285), Boulogne-sur-Gesse (1286), Valentine (1287), Aurimont (1287), Beaumarchés (1288), Grenade (1290),  Sorde  (1290),  Solomiac (1322).

Il rédige la charte de privilèges de la bastide de Grenade-sur-Garonne qui venait d'être fondée. Il a aussi fondé la bastide de Valence-en-Albigeois. Il est possible qu'il soit à l'origine du nom de la bastide de Beaumarchés (Bellum Marquesium), qui est mentionnée avec Marciac dans un arrêt du parlement de Paris, en 1309.

Il meurt en 1294 et a pour héritières Marie de Beaumarché, baronne de Calvinet, de son premier mariage, et Eustachie de Beaumarché, de son second mariage. Marie de Beaumarché vend la baronnie de Calvinet, la seigneurie de Chambeuil et sa part de la seigneurie de Sénezergues à Pierre de La Vie de Villemur en 1323.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcellin Boudet, Dans les Montagnes d'Auvergne, de 1260 à 1325 : Eustache de Beaumarchais et sa famille.
    • I, Eustache de Beaumarchais et la politique royale en Haute-Auvergne : Marine de Beaumarchais et ses deux mariages - Débuts d'Eustache dans les montagnes - Alfonse de Poitiers et la Révolution des hommages en Haute-Auvergne - Conflit des rois de France et d'Aragon au sujet du Carladès - Les bandits.., RHA, I, 1899, 81-113.
    • [II], Si, et à quelle époque, Beaumarchais fût bailli des Montagnes - Campagne de Beaumarchais contre les bandes maitresses des passages des Montagnes - Quelles étaient les bandes que combattit Eustache - Les bannis et les faidits - Mesures prises pour protéger la prévôté de Saint-Flour - Le traité de Paris (1268-1269) - Hommages des évêques de Clermont et du Puy..., RHA, I, 1899, 161-202.
    • [III], La 8e croisade - Alfonse de Poitiers et Beaumarchais - Croisés des Montagnes - Expédition contre les bannis - Beaumarchais sénéchal de Toulouse et d'Albi - Guerre contre les comtes d'Armagnac et de Foix - Campagnes du Languedoc - Le Fondateur des Bastides - Chartes de Rodez et d'Aurillac - Formation de la baronnie de Calvinet... - Testament de Marine - Mort d'Eustache, RHA, I, 1899, 257-312.
    • [IV], Marie de Beaumarchais, dame de Calvinet : Le Mariage de Marie de Beaumarchais avec Jean-Hugues de Chambly - Qui étaient les Chambly ? - L'affaire de Jean de Chambly, seigneur de Calvinet et d'Escafred de La Vinzelle - Effets de la réaction féodale sur la justice en Auvergne - Le ménage de Madame de Chambly - Pierre de La Vie - Dissémination des biens de Beaumarchais..., RHA, II, 1900, 1-35.
    • [V], Appendice 1257-1277, Note sur la durée des fonctions d'Eustache de Beaumarchais et de Geoffroy de Montirel, comme baillis des Montagnes - En quoi consiste le bailliage des Montagnes - Notre-Dame de Chœur, RHA, II, 1900, 355-365.
  • Francisque Michel cite en note l'inventaire de ses biens après décès, en particulier la seigneurie de Calvinet, dans la traduction de l'Histoire de la guerre de Navarre, Paris, 1856, Imprimerie impériale, p. 764-776. Analyse de cet inventaire in Armand de Châteauneuf et son cartulaire, thèse de Mathieu Lescuyer, à soutenir en 2002.
  • Guilhem Anelier, Histoire de la guerre de Navarre en 1276 et 1277, p. 407-412, Imprimerie Impériale, Paris, 1856 (Lire en ligne)
  • Sentence arbitrale d'Eustache de Beaumarchais entre monseigneur l'abbé et les consuls d'Aurillac dite première paix, Aurillac, 1841 (Lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Autorité BnF
  2. D'après Charles Higounet, cité par Gilles Bernard
  3. Marcellin Boudet, Dans les montagnes d’Auvergne de 1260 à 1325. Eustache de Beaumarchais, seigneur de Calvinet, et sa famille, Aurillac, 1901
  4. Publié et traduit en français en 1856 par Francisque Michel