Eurasian Natural Resources Corporation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eurasian Natural Resources Corporation plc

Description de l'image  ENRC logo.jpg.
Création 1994 (sous sa forme actuelle depuis 2006)
Forme juridique Société publique à responsabilité limitée
Siège social Drapeau de Grande-Bretagne Londres (Royaume-Uni)
Direction Dr Johannes Sittard (président)
Felix Vulis (directeur général)
Activité Métaux et Mines
Produits Ferrochrome
Ferroalliages
Minerai de fer
Alumine
Aluminium
Charbon
Production d'électricité
Cuivre
Cobalt
Effectif Plus de 72 000 (2011)[1]
Site web www.enrc.com
Chiffre d’affaires 7 705 millions de $ US (2011)[2]
Résultat net 1 986 millions de $ US (2011)[2]

Eurasian Natural Resources Corporation plc (ENRC) (LSE : ENRC) est une entreprise multinationale britannique industrielle et financière créée en 1994 pour exploiter des ressources naturelles minières. Son siège social se situe à Londres, au Royaume-Uni.

Ses activités incluent l'exploitation des mines, le traitement de minerai, l'énergie, et s'est étendue dans les années 2000 à la logistique et au marketing.

ENRC a d'abord été cotée à la Bourse de Londres et elle fait partie de l'indice FTSE 100, mais elle fait aussi l'objet d'une cotation secondaire à la Bourse du Kazakhstan. Dans son rapport annuel réglementaire 2007, ENRC revendiquait un chiffre d'affaires de 3,256 millions de dollars US pour l'exercice clos au 2006-12-31 et 1,856 millions de dollars pour les six mois clos au 2007-07-30. Le groupe se présentait alors comme "le sixième plus grand exportateur de minerai de fer au monde en volume et le cinquième plus grand fournisseur mondial d'alumine négocié en volume.

Le groupe s'est très rapidement développé par une succession de fusion-acquisitions ou l'achat de parts d'entreprises utiles ou potentiellement concurrentes. Puis en 2013, après la révélation d'une tentative de fraude, l'entreprise fait l'objet d'une enquêtes pour suspicion de malversations, alors que plusieurs cadres et le directeur ont démissionné.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les actifs de cette jeune société se seraient constitués au milieu des années 1990 lors du processus de privatisation mis en œuvre au Kazakhstan[3]

La société dans sa forme actuelle a été créée en 2006, dans le cadre d'une réorganisation visant à consolider une série d'entreprises en un seul grand groupe[4]

Acquisitions récentes[modifier | modifier le code]

En décembre 2009, la Société a complété ses actifs en achetant le groupe africain Central African Mining Exploration Company (CAMEC)[5] qui exploite le cuivre et le cobalt en République démocratique du Congo après avoir racheté Gecamines[6], avec aussi des projets de développement d'exploitation du charbon au Mozambique, de bauxite au Mali, de platine au Zimbabwe, et de fluorine en Afrique du Sud, tout en développant une activité de transporteur routier et de logistique à échelle du continent africain[7]. Selon ENRC, la mine de Mukondo pourrait être l'une des plus grandes réserves de cobalt au monde. Le Cuivre de Mukondo est raffiné à l'usine Luita qui a été construite en modules successifs, devant être terminée en 2009 pour une capacité annoncée de 100.000 t/an de cuivre cathodique en 2009[8]. En Juillet 2009 CAMEC annonce un accord à long terme selon lequel il livrerait toute sa production annuelle de minerai concentré de cobalt de Mukondo au chinois Zhejiang Galico Cobalt & Nickel Materials[9].

En février 2010, ENRC renforce son emprise sur le marché minier africain en acquérant une participation de 90% au sein du groupe métallurgique zambien « Chambishi Metals PLC »[10] (fonderie spécialisée dans le cuivre et le cobalt), et en achetant Comit Ressources FZE[11], une compagnie commerciale basée à Dubaï qui s'est toujours occupée de négocier le cuivre et le cobalt de Chambishit[7].

En avril 2010, ENRC achète 12.2 % des actions de Northam Platinum un producteur majeur de platine en Afrique du Sud (ces parts monteront ensuite à 14.35 %).

En aout 2010, le groupe achète ensuite un peu plus de la moitié (50,5 %) de Camrose Resources, qui dispose de licence d'exploitation de cuivre et cobalt de qualité en République démocratique du Congo[7], incluant le projet Kolwezi tailings project que le gouvernement de la RDC avait confisqué à First Quantum Minerals(FQM, qui avait dépensé 750 millions de dollars pour développer les installations de Kolwezi. alors qu'ENRC a payé 175 millions de dollars pour sa participation majoritaire dans Camrose[12]

En septembre 2010, ENRC acquiert une participation de 50 % dans Bahia Minerals BV et envisage l'achat de 100% des actions en circulation de Block V Limited et de Caera Minerals qui détiennent ensemble Greystone Mineracao do Brasil Limitada (dit ‘Greystone’, titulaire d'un permis d'exploiter du minerai de fer dans une zone jouxtant à la zone du projet BMBV)[7].<

En octobre 2010, le groupe achète enfin 100 % des actions ordinaires en circulation de mineração Minas Bahia (dit « MIBA ») et souscrit de nouvelles actions ordinaires pour 51 % du capital élargi de Mineração Peixe Bravo ('MPB')[7].

En juillet 2011, le groupe achète une usine d'aluminium au Kazakhstan (Aluminium of Kazakhstan) en visant une production de 1.7 million t/an.

En avril 2012, ENRC achète 75 % des actions de Shubarkol Komir JSC, producteur de charbon au Kazakhstan après avoir acheté en mars le groupe First Quantum Minerals Ltd.’s ('FQM') pour s'intégrer au "Kolwezi Tailings project",dan la province du Katanga en RDC.

En mars 2013, ENRC annonce une perte d'environ US $ 1,5 milliard (1 milliard €) en raison - selon le groupe - d'un contrat passé avec la compagnie russe d'aluminium Rusal à laquelle il doit fournir du minerai d'aluminium à un prix inférieur au prix du marché de 2013 (Telegraph 2013)[13].

Le mois suivant, le 21 avril 2013 plus précisément, le Sunday Times révèle que les trois fondateurs, Alexander Mashkevitch, Patokh Chodiev et Alijan Ibragimov, étaient à l'origine d'une possible OPA sur ENRC [14]. Cet article est suivi d'une suite de démissions en cascade : ses trois hauts dirigeants démissionnent, puis un quatrième annonce une période de congé. Parmi ces dirigeants, il y avait notamment le directeur des ressources humaines et le secrétaire de la société[15]. Le 23 avril 2013, le président de ENRC (Mehmet Dalman) démissionne également. Le lendemain, un communiqué du groupe présente Gerhard Ammann, un directeur non-exécutif de ENRC et président de la Banque Von Roll (banque privée suisse) comme nouveau directeur remplaçant Mehmet Dalman[16]. Au même moment, le Guardian annonce que le Serious Fraud Office, l'organisme anglais chargé d'enquêter sur les cas les plus graves et complexes de corruption et de fraude lance une enquête criminelle portant sur les pratiques commerciales d'ENRC[17]. Le rapport annuel d'ENRC du 30 avril 2013 déclare que les autorités britanniques cherchent à savoir si ENRC a violé les règles s'appliquant en Grande-Bretagne aux sociétés cotées en bourse, notamment concernant les acquisitions réalisées en République démocratique du Congo et la vente en 2012 de la compagnie ferroviaire Zhol Zhondeushi à une société associée à la famille de l'un des cofondateurs du groupe[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Key facts », ENRC (consulté le 24 March 2012)
  2. a et b Preliminary Results 2011
  3. Polya Lesova (2007) "Kazakhstans Eurasian Natural Resources to list on LSE" ; MarketWatch ; daté 2007-11-13, consulté 2013-03-23 .
  4. "ENRC : Prospectus 2007 intiulé PricewaterhouseCoopers LLP report 2006-June 2007 Eurasian Natural Resources Corporation PLC, 16 St James’s Street, London and Deutsche Bank AG, London Branch (PDF)
  5. http://www.ibtimes.co.uk/articles/20091208/enrc-africa-offer-for-camec-has-93-55-acceptance.htm ENRC Africa offer for CAMEC has 93.55% acceptance]" ; Ibtimes.co.uk. 2009-12-08, consulté 2011-04-18
  6. BOSS MINING Sprl ; Historique, consulté 2013-06-30
  7. a, b, c, d et e "ENRC history" - Enrc.com. Consulté 2011-04-18
  8. ENRC (Enrc.com), "ENRC history" Consulté 2011-04-18.
  9. Amy Witherden (2009). "http://www.miningweekly.com/article/daily-podcast---july-6-2009-2009-07-06-2 Daily podcast - July 6, 2009]" . Mining weekly. 2009-07-06, consulté 2011-11-15.
  10. "ENRC buys 90% of Zambian copper and cobalt producer Chambishi Metals" ; Financial Times. 2010-02-20
  11. "ENRC buys central African smelter" . Free-kaz.org. consulté 2011-04-18.
  12. Loni Prinsloo (2010). "ENRC defends DRC acquisition, hits back at First Quantum" ; miningweekly, 2010-09-09, consulté 2011-11-08.
  13. Emma Rowley (2013) "ENRC dragged to loss by £1bn of write-downs" ; UK: Daily Telegraph ; publié 2013-03-21, consulté 2013-03-23
  14. Danny Fortson (2013) "Tycoons plot to grab ENRC on the cheap", The Sunday Times. Consulté 2013-04-23.
  15. Guthrie, Jonathan (2013) "Three more executives leave ENRC" FT.com. 2013-04-18, consulté 2013-04-23
  16. ENRC chairman quits besmirched miner ; Financial Times, 2013-04-24
  17. Simon Goodley, Mark Hollingsworth, Rupert Neate (2013), "ENRC: Serious Fraud Office launches criminal investigation" . UK: The Guardian du 2013-04-25, consulté 2013-04-25
  18. Reuters ENRC warns shareholders of more questions on Congo ; Communiqué Reuters, 2013-04-30

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]