Eupatiline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eupatiline
Eupatiline
Identification
Nom IUPAC 2-(3,4-diméthoxyphényl)-5,7-dihydroxy-6-methoxychromén-4-one
No CAS 22368-21-4
PubChem 5273755
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H16O7  [Isomères]
Masse molaire[1] 344,3154 ± 0,0176 g/mol
C 62,79 %, H 4,68 %, O 32,53 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'eupatiline est une flavone O-méthylée qu'on peut trouver dans les plates du genre (Asteraceae), notamment l'Artemisia asiatica[2],[3] et la tanaisie commune (Tanacetum vulgare).

Propriétés pharmacologiques[modifier | modifier le code]

Elle est utilisée comme médicament comme traitement dans le cadre de troubles liés à l'hyperacidité.

Des études sur les effets diurétiques sur des extraits de tanaisie, utilisée dans la médecine traditionnelle au Maroc, montrerait que la molécule d'eupatiline serait responsable des effets vasodilatateurs de la tanaisie[4].

D'autres études, sur l'Artemisia asiatica Nakai, utilisée dans la médecine traditionnelle contre l'inflammation, le cancer et d'autre troubles, ont montré que l'euptiline contenue dans la plante avait la propriété de provoquer l'apoptose des cellules leucémiques promyélocytaire (HL-60), par des propriétés inhibitrices, dépendante de la concentration, sur la viabilité et la possibilité de synthèse à partir de l'ADN des cellules HL-60[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Eupatilin, a pharmacologically active flavone derived from Artemisia plants, induces cell cycle arrest in ras-transformed human mammary epithelial cells. Kim DH, Na HK, Oh TY, Kim WB, Surh YJ. 2004
  3. a et b Eupatilin, a pharmacologically active flavone derived from Artemisia plants, induces apoptosis in human promyelocytic leukemia cells Seo Hyo-Joung et Surh Young-Joon, 2001
  4. Étude des propriétés antihypertensives de deux plantes utilisées en médecine traditionnelle : Tanacetum vulgare et Carum carvi chez le rat WKY, Sanaa Lahlou [1], 1996.