Eunape

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eunape, en grec ancien Εὐνάπιος (v. 349 - après 414), est un rhéteur grec auteur de Vies de philosophes et de sophistes et d'une Histoire des Césars dont il ne reste que des fragments, né à Sardes en Lydie, Asie Mineure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eunapios naquit en 349 environ. À l'âge de seize ans, il part étudier à Athènes, chez Prohérésios, sophiste chrétien d'origine arménienne ; il y est initié aux Mystères d'Eleusis. Il retourne en Lydie en 367, où il donne des leçons de rhétorique, puis suit les cours de son parent Chrysanthios, qui l'initie à la philosophie de Jamblique, exerce la médecine. Contemporain et zélé partisan de l'empereur Julien, il se montra ardent adversaire des chrétiens, voire fanatiquement antichrétien aux dires de Photios, qui utilise un discours très partial. Il assista à l'abolition du paganisme en 391 et à la destruction d'Éleusis en 395, du Sérapion d'Alexandrie en 395-396.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il écrivit vers 395 Vies des Sophistes - recueil de 23 biographies de philosophes anatoliens du IVe siècle - où l'on trouve des détails intéressants sur plusieurs philosophes éclectiques, sur des médecins et des rhéteurs de son temps. Cet ouvrage, publié pour la première fois en 1569 à Anvers par Hadrianus Junius, puis en 1596 à Heidelberg, par Jérôme Commelin, grec-latin, a été édité de nouveau avec des améliorations par Boissonade, Amsterdam, 1822, 2 volumes in-8. et réimprimés à la suite de Philostrate dans la Bibliothèque grecque des Didot, 1849. Dans ces biographies, Eunapios ne fait pas œuvre de philosophe, il préfère insister sur les actions et le genre de vie. Il examine les philosophes (Plotin, Porphyre de Tyr, Jamblique, Édésios de Cappadoce, Sopatros d'Apamée, disciple de Jamblique ; Eustathe de Cappadoce, Sosipatra d'Ephèse, , Maxime d'Éphèse, Julien, Priscos de Threspotie) et les sophistes récents (Julien de Cappadoce, Éphanios de Syrie, Diophantos d'Arabie, Sopolis, Himérios de Bithynie, Parnasios, Libanios d'Antioche, Acace de Césarée, Nymphidianos de Smyrne), les « iatrosophistes » (des médecins : Zénon de Chypre, Magnos de Nisibe, Pribase de Pergame, Ionicos de Sardes, Théon)

Eunape avait aussi écrit une Histoire des Césars en 14 livres qui continue l'œuvre de Dexippe (depuis Claude II en 270, jusqu'aux fils de Théodose Ier, en 407). Il ne reste de cet ouvrage que des fragments : les Mémoires Historiques.

On doit à Victor Cousin des recherches sur Eunape (dans ses Nouveaux Fragments). L'historien du Ve siècle, Zosime semble s'être particulièrement inspiré d'Eunape, pour rédiger son Histoire nouvelle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions en grec[modifier | modifier le code]

  • Karl Müller, Fragmenta Historicum Graecum, tome IV, Paris, F.Didot, 1870.
  • A. Baldini, Ricerche sulla storia di Eunapo di Sardi, Bologne, 1984.

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Vies des philosophes et des sophistes (vers 395), trad. Stéphane de Rouville (1878), [1]
  • Vies de philosophes et de sophistes, trad. Olivier D'Jeranian, Éditions Manucius, 2009, 187 p.

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Eunape » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]