Euloge de Cordoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Euloge.

Euloge de Cordoue ou saint Euloge appartenait à une des plus illustres familles chrétiennes d'Andalousie. Il est mort martyr le 11 mars 859. C'est l'un des quarante-huit martyrs de Cordoue ; il est fêté le 11 mars.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir reçu une éducation soignée, Euloge devint prêtre. Il était pour tous un modèle d'ascèse et de piété, suscitant l'admiration de tous, y compris des Juifs et des Musulmans.

En 850, les Maures qui gouvernaient l'Espagne depuis près de 150 ans se mirent brusquement à persécuter les chrétiens. Les chrétiens étaient majoritaires et les Sarrasins ne parvenaient pas à leur faire embrasser l'Islam tant ils étaient attachés à leurs croyances. Euloge encourage les chrétiens à demeurer fidèle à leur foi et les persuade d'éviter l'apostasie.

En 858, il est élu comme évêque de Cordoue. Il a immédiatement des problèmes avec l'émir de Cordoue qui le somme de renoncer publiquement au catholicisme. Le saint homme refuse. Il est alors torturé par mille raffinements mais rien n'y fait. En 859, alors qu'on le conduisait sur le lieu de son supplice, un eunuque le gifla. Sans rien dire, il lui tendit l'autre joue pour suivre l'enseignement de son maitre Jésus et reçut un second soufflet. Mais la force d'âme de l'évêque impressionna le bourreau qui arrêta ensuite de le frapper. Il est finalement mort décapité. Les chrétiens de la ville récupérèrent son corps pour en faire des reliques.

En iconographie, il est représenté avec le crâne fendu par un glaive et le cœur percé d'une épée.

C'est un des patrons des charpentiers et des travailleurs du cuivre. Il est également invoqué par les personnes condamnées qui souhaitent obtenir une grâce ou une remise de peine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]