Eugenia Tadolini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eugenia Tadolini
Eugenia Tadolini, Carlo Guasco et Giorgio Ronconi dans la scène finale de Maria di Rohan de Donizetti lors de la création mondiale à Vienne le 5 juin 1843

Eugenia Tadolini, née Savorani à Florence le 5 juillet 1809 et morte à Paris le 11 juillet 1872, est une soprano italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie d'abord avec Favi et Grilli, puis avec le compositeur Giovanni Tadolini (en) (1785-1872), qu'elle épouse en 1834. Elle fait ses débuts à Venise en 1828, puis parait à Parme et à Trieste. Elle chante ensuite au Théâtre-Italien à Paris de 1830 à 1832, notamment dans Ricciardo e Zoraide, Anna Bolena, La sonnambula.

Elle débute à La Scala de Milan en 1833 dans Armida, et à l'Opéra de Vienne en 1835, dans L'elisir d'amore, puis y crée les opéras Linda di Chamounix (1842) et Maria di Rohan (1843), de Gaetano Donizetti. Elle chante aussi Lucia di Lammermoor et Don Pasquale.

De retour en Italie, elle crée les opéras Ernani (1844) et Alzira (1845) pour Giuseppe Verdi qui la récuse, en raison de la trop grande beauté de sa voix, pour le rôle de Lady Macbeth.

Type même de la soprano sfogato, au timbre limpide, maîtrisant une vocalisation et un trille exemplaires, elle sut s'adapter peu à peu aux exigences de l'interprétation nouvelle des héroïnes du romantisme.

Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise à Paris (2e division)[1].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Roland Mancini et Jean-Jacques Rouveroux, Le Guide de l'opéra, Fayard, 1986 (ISBN 2-213-01563-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Domenico Gabrielli, Dictionnaire historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIe et XIXe siècles, Paris, éd. de l'Amateur,‎ 2002, 334 p. (ISBN 2859173463, OCLC 49647223), p. 291