Eugen Weber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Weber.

Eugen Weber (24 avril 1925 à Bucarest en Roumanie ; mort le 17 mai 2007 à Brentwood) était un historien américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur émérite à l'Université de Californie à Los Angeles, il s'est rendu célèbre par ses travaux sur la France aux XIXe et XXe siècles, notamment par son analyse de l'évolution du monde rural dans la Fin des terroirs. Il est également l'auteur d'un ouvrage sur l'Action française qui fait autorité sur le sujet[1].

Dans la perspective d'Eugen Weber, la paysannerie française serait entrée tardivement en politique, à savoir au cours de la période 1870-1914. La politique paysanne serait avant tout centrée sur les problèmes locaux, les difficultés matérielles. Le sociologue Bertrand Hervieu estime lui aussi que l'introduction du monde paysan dans la sphère politique se serait effectuée à ces mêmes dates, sous l'impulsion des élus de la Troisième République et de Gambetta en particulier qui créa le premier ministère de l'agriculture. Il s'agissait de trouver un appui dans le monde rural à la République renaissante.

En ce sens, ils s'opposent, d'une part aux thèses de Georges Lefebvre et d'Albert Soboul, pour qui le moment fondateur de l'entrée en politique des paysans se situerait dès la Révolution française, d'autre part à celle de Maurice Agulhon, qui considère que c'est la Seconde République (à partir de 1848) qui permettrait l'« apprentissage » de la vie politique, et ce par l'intermédiaire du suffrage universel (masculin).

La thèse d'Eugen Weber a été critiquée notamment par rapport au fait que les régions qu'il étudie se situent principalement au sud d'une ligne Saint-Malo - Genève, et qu'elles englobent en conséquence beaucoup d'espaces montagneux : ce serait donc là une donnée faussant quelque peu l'analyse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

en français
  • L'Action française, 1962.
  • La Fin des terroirs, 1983 (titre original Peasants Into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1880-1914) (1976).
  • Fin de siècle, la France à la fin du XIXe siècle, 1986.

Une histoire de l'Europe, Fayard, 1987

  • Ma France, Mythes, culture, politique, 1991.
  • Satan Franc-Maçon: la mystification de Leo Taxil, 1964.

La France des années 30 (Fayard)

en anglais
  • The Nationalist Revival in France, 1905-1914, 1959.
  • Action Française: Royalism and Reaction in Twentieth Century France (1962).
  • "Nationalism, Socialism and National-Socialism in France" pages 273-307 from French Historical Studies, Volume 2, 1962.
  • Varieties of Fascism: Doctrines of Revolution in the Twenthieth Century (1964).
  • Codirection avec Hans Rogger, The European Right: A Historical Profile, 1965.
  • "Pierre de Coubertin and the Introduction of Organized Sports in France" pages 3–26 from Journal of Contemporary History, Volume 5, 1970.
  • "Gymnastics and Sports in Fin-de-Siècle France: Opium of the Classes?" pages 70–98 from American Historical Review, Volume 76, 1971.
  • A Modern History of Europe: Men, Cultures, and Societies from the Renaissance to the Present (1971).
  • Peasants Into Frenchmen: The Modernization of Rural France, 1880–1914 (1976).
  • « Comment la politique vint aux paysans: A Second Look at Peasant Politicization » pages 357-389 from American Historical Review, Volume 87, 1982.
  • "Reflections on the Jews in France" from The Jews in Modern France edited by Frances Malino and Bernard Wasserstein, 1985.
  • France, Fin de siècle (1986).
  • My France: Politics, Culture, Myth, 1991.
  • The Hollow Years: France in the 1930s (1994).
  • Apocalypses (1999).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La meilleure étude sur la question. » Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Victoires et frustrations (1914–1929), Le Seuil, Paris, 1990, p. 445.