Eugène de Carthage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Eugène, statue médiévale, Milan
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eugène.

Saint Eugène, évêque de Carthage de 480 à 484, et de 487 à 495, fut persécuté sous les rois vandales Hunéric et Gunthamund, et mourut dans un monastère du Languedoc près d'Albi en 505. On l'honore le 13 juillet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène est élu à l'unanimité évêque de Carthage en 480 pour succéder à Deogratias (mort en 457). L’élection épiscopale, reportée 23 ans en raison de l'opposition de Genséric, fut, à la fin, autorisée par le roi Hunéric à la requête de l'empereur Zénon et de Placidia, parents de sa femme Eudoxie.

Sa bonne administration, sa charité, son style de vie austère et son courage lui ont valu l'admiration des ariens. Dans sa défense intransigeante de l'orthodoxie, il est imité par ses fidèles, dont beaucoup seront exilés avec lui, en 484.

Début 484, le roi organise, à Carthage, une conférence entre théologiens ariens et évêques orthodoxes[1],[2]. La conférence, tourne court avec le départ du chef des évêques ariens sur le prétexte qu'il ne comprend pas le latin. Hunéric est furieux, il exile, quarante-six évêques en Corse et trois cent deux dans les déserts africains. Parmi ces derniers se trouve Eugène, qui, sous la garde d'un homme nommé Antonius, est déporté dans le désert de Tripoli. Au moment de partir, il écrit une lettre de consolation et d'exhortation aux fidèles de Carthage qui figure dans les œuvres de Grégoire de Tours (PL, LVII, 769-71).

Gunthamund, qui succède à Hunéric en 484, permet à Eugène de retourner à Carthage et de rouvrir les églises, en 487. Après huit années de paix, Eugène est arrêté et condamné à mort, en 495, mais la peine est commuée en exil à Vienne, près d'Albi, où règne l’arien Alaric. Eugène y construit un monastère sur le tombeau de Saint-Amaranthus, et mène une vie de pénitence jusqu'à sa mort le 13 juillet 505.

  1. Les deux parties revendiquent le nom de "catholique", les ariens appelant leurs adversaires "Homoousians".
  2. La liste des évêques participant à la conférence est donnée dans la "Notitia Provinciarum et Civitatum Africae» annexée à l'œuvre de Victor de Vita

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il a écrit un « Expositio Fidei Catholicæ », sur demande d’Hunéric, probablement celui présenté par les évêques catholiques lors de la conférence de Carthage de 484. Il y soutient la consubstantialité du "Verbe" et la divinité du Saint-Esprit. Il a écrit aussi un « Pro Apologétique Fide ; Arianis cum Altercatio », dont des fragments sont cités par Victor de Vita.

Source[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :