Eugène Ernest Hillemacher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hillemacher.

Eugène Ernest Hillemacher

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Eugène Ernest Hillemacher dans son intérieur, photographié par Dornac en 1887, collection privée.[réf. nécessaire]

Naissance 13 octobre 1818
Paris
Décès 3 mars 1887 (à 69 ans)
Paris
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Peintre
Maîtres Léon Cogniet
Mouvement artistique académique
Psyché aux enfers (1865), National Gallery of Victoria, Melbourne.

Eugène Ernest Hillemacher est un peintre français, né à Paris le 13 octobre 1818 et mort dans la même ville le 3 mars 1887[1].

Portraitiste et peintre d’histoire et de genre, Hillemacher appartient au courant dit de la peinture académique, entre la monarchie de Juillet, le Second Empire et la troisième République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Guillaume Hillemacher et de Wilhelmine Christine Faber[n 1], il avait été élève de Léon Cogniet à l’École des beaux-arts de Paris à partir de 1838 et débuta au Salon en 1840 avec Cornélie, mère des Gracques et Cuirassier au repos. Par la suite, il continua à prendre part activement aux expositions parisiennes avec tableaux d’histoire, de genre et des portraits. Les seconds lui valurent un franc succès auprès du public et de nombreuses commandes. Plusieurs de ses œuvres ont été reproduites en héliogravure tels Molière consultant sa servante, Philippe IV et Vélasquez, Morlimer et Richard Plantagenet, La Partie de Whist, Boileau et son jardinier, Les Oies de Frère Philippe qui le rendirent populaire.

Hillemacher obtient une médaille de seconde classe en 1848 et de première classe en 1861 et 1863.

Il a été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1865. Son frère, Frédéric Désiré, fut surtout connu comme graveur[2].

Ses deux fils, Paul et Lucien firent une belle carrière comme compositeurs, tous deux prix de Rome (1876 et 1880). Hillemacher s'était marié en 1850 avec Isabelle Julie Antoinette Oosterlinck.

Eugène Ernest Hillemacher meurt à son domicile du 46 Boulevard Magenta, dans le 10e arrondissement, le 3 mars 1887 à midi[n 2]. Le fond de son atelier sera vendu à l'Hôtel Drouot, le 7 mai suivant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Salon de 1840[n 3] : Cornélie, mère des Gracques[3],[n 4]
  • Salon de 1841[n 5] : Cuirassier au repos, Des enfants jouent avec son cheval[4]
  • Salon de 1842 : Saint Sébastien mourant secouru par les saintes femmes ; Portrait de M. S…
  • Salon de 1843 : Paul[5],[n 6] ; la leçon de dessin[6] ; Autoportrait[7]
  • Salon de 1844 : Portrait de M. H…[8]
  • Salon de 1845[n 7] : La Madeleine au sépulcre[9],[n 8] ; la Fortune et le jeune enfant[10],[n 9]
  • Salon de 1847[n 10] : Le vieillard et ses enfants[11],[n 11] ; Un paysan de la campagne de Rome, tête d'étude[12] ; Une femme d'Albano, tête d'étude[13]
  • Salon de 1848 : Un confessionnal de l'église Saint-Pierre, à Rome, le dimanche de Pâques[14] ; Petits pêcheurs napolitains jouant aux osselets[15] ; Jeune paysanne italienne jouant à la fontaine[16] ; Tête de femme, costume de Gaëte, étude[17] ; Porteuses d'eau à Venise, dans la cour du palais ducal[18] ; Une boutique d'acquarollo, à Palerme[19] ; Portrait de M. B.[20] ; Portrait de M. le capitaine D…[21],[n 12]
  • Salon de 1849[n 13] : Scène d'invasion en 1814[22],[n 14] Godiva.[23],[n 15] ; Joueurs d'échecs sous Louis XIII[24]
  • Salon de 1850 : le satyre et le passant[25],[n 16] ; Psychée transportée par Zéphyre[26] ; Un souper de bal masqué[27] ; Portrait de M. W…[28],[n 17]
  • Salon de 1852 : Les assiégés de Rouen en 1418[29] ; Don Juan et la statue du commandeur[29] ; Une séance de quatuor[29]
  • Salon de 1853 : Clotilde de Surville[30],[n 18] ; Le voyage de Vert-Vert[31] ; Portrait de M. G..., architecte[32],[n 19].
  • Salon de 1855 : Le voyage de Vert-Vert (appartient à l'impératrice, Salon de 1853)[33] ; Le dimanche des Rameaux[34] ; La mort du zouave[35] ; Rubens faisant le portrait de sa femme Helena Formann[36] ; La leçon du tambour[37] ; le satyre et le passant[38] ; Un confessionnal de l'église Saint-Pierre, à Rome, le dimanche de Pâques[39]
  • Salon de 1857 : La Sainte famille[40] ; Une jeune mère[40] ; Les deux écoliers de Salamanque[40] ; La partie de Whist[40] ; Le petit garde-malade[40]
  • Salon de 1859 : L'enfance de Jupiter ; Molière consultant sa servante ; Boileau et son jardinier ; La prière du matin ; La partie de billard ; Portrait de Mme O…[n 20] ; Portrait du fils de l'artiste
  • Salon de 1861 : Un cierge à Notre-Dame des Douleurs dans l'église Saint-Laurent à Paris[41] ; Présentation du Poussin au roi Louis XIII par Cinq-Mars (appartient à la Société des amis des arts à Lyon)[41] ; Jean Gutenberg, aidé de Jean Fust orfèvre de Mayence, fait ses premières épreuves typographiques[41] ; James Watt[41] ; La poste enfantine[41] ; Les bulles de savon[41]
  • Salon de 1863 : L'empereur Napoléon Ier avec Goethe et Wirland (1808)[42] ; Antoine rapporté mourant à Cléopâtre (musée de Grenoble)[42] ; Les deux Corneille[42]
  • Salon de 1864 : Philippe IV, roi d'Espagne et Velazquez[43] ; Don Juan[43]
  • Salon de 1865 : Psyché aux enfers ; Les amateurs de bouquins
  • Salon de 1866 : Marguerite d'Anjou[44] ; L'indécision[44]
  • Salon de 1867 : Le jeune Mozart ; Portrait de Mme D…[n 21]
Le petit Jehan de Saintré et la Dame des belles cousines (1868), œuvre non localisée.
  • Salon de 1868 : Le petit Jehan de Saintré et la Dame des belles cousines[45],[n 22] ; Souvenirs (appartient à M. Ed. Moore)[45]
Aristide et le paysan (1869), musée des beaux-arts de Dijon.
  • Salon de 1869 : Aristide et le paysan[46],[n 23] ; Portrait de Mme A. S…[46]
  • Salon de 1870 : Les oies du Frère Philippe ; Portrait de M. E. S…
  • Salon de 1872 : Latone ; Tre amici
  • Salon de 1873 : Le bourgeois gentilhomme et ses professeurs ; Jameray-Duval
  • Salon de 1874 : Le jeune Turenne ; Le coffre de mariage, époque de Louis XIII ; Voisinage
  • Salon de 1875 : La Belle au bois dormant ; Un repas de famille en Picardie, souvenir du bourg d'Ault ; Portrait de Mlle LH[n 24].
  • Salon de 1876 : Entrée des Turcs dans l'église Sainte-Sophie, lors de la prise de Constantinople en 1453 ; Le ménage du serrurier, souvenir du bourg d'Ault, Somme (appartient à Mme Longueville)
  • Salon de 1877 : Archimède ; Phidias
  • Salon de 1878 : Julien de Médicis (1468) ; Portrait de M. L. H…[n 25]
  • Salon de 1879 : Astolphe et Joconde interrogent la Fiammetta ; Picola moneta ? paysans de la campagne de Rome
  • Salon de 1880 : Tarpéna[47],[n 26] ; Portrait de Mme C. P…[48],[n 27]

Œuvre de 1881 : Cornely de Wit torturé, huile sur toile, Bourgmestre de Dordrecht en Hollande (1666), Cornely de Wit fut torturé et assassiné par les Orangistes après avoir tenté d'assassiner Guillaume d'Orange

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fille d'un peintre et sœur du graveur belge à l'eau-forte, Théodore Frédéric Faber (1782-1844).
  2. Archives de Paris, État Civil, V4E6437, no 963, p. 3.
  3. Hillemacher se fait domicilier au 39 rue Hauteville
  4. « Une dame Campanienne ayant étalé devant Cornélie ses bijoux et lui ayant demandé à voir le siens : Voilà mes parures et mes plut beaux ornements, lui répondit celle-ci en montrant set deux enfants. »
  5. Hillemacher se fait domicilier au 55 rue Hautevuille
  6. D'après Paul et Virginie : « Ce fut de cette élévation que Paul aperçut le vaisseau qu'emmenoit Virginie. Il le vit à plus de dix lieues au large comme un point noir au milieu de l'Océan. Il resta une partie du jour tout occupé à le considérer. »
  7. Hillemecher se fait domicilier au 4, rue de Paradis-Poissonnèe.
  8. « 11- Mais Marie se tint dehors près du Sépulcre… Jésus lui fit : Marie !…» (Évangile selon Saint Jean, chap. XX, § II)
  9. « La Fortune passa, l'éveilla doucement, / La Fortune passa, l'éveilla doucement, lui disant ; Mon Mignong, je vous sauve la vie. / Soyez une autre fois plus sage, je vous prie ; / Si vous fussiez tombé, l'un s'en fût pris à moi.» (La Fontaine, Liv. V, Fable VI).
  10. Domicilié à Rome et à Paris, 20, rue St Fiacre.
  11. « L'aîné les ayant pris, et fait tous les efforts, / les rendit en disant : je le donne au plus fort » (La Fontaine)
  12. Le capitaine E. Doulcet (1847)
  13. Hillemacher se faite domicilier au 34 rue La Fayette.
  14. « Au bruit des lugubres fanfares, / Hélas, vos yeux se sont ouverts ! / C'était le clairons de barbares Qui nous annonçait nos revers./Dans le fracas des armes / Sous nos murs en débris. / Vous mêliez à nos larmes / Votre premier souris.» (Béranger)
  15. « La comtesse Godiva, affectionnant extrêmement la ville de Coventry, avait souvent prié son mari que, pour l'amour de Dieu et de la sainte Vierge, il affranchit cette ville de la dure servitude qui pesait sur elle. Mais lui, se plaignant de ses importunités à propos d'une chose incompatible avec ses intérêts, lui enjoignit à l'avenir de ne plus revenir sur ce sujet. Cependant la comtesse le sollicitant toujours, il lui dit enfin que si elle voulait aller achever toute nue d'un bout de la ville à l'autre en vue de tout le monde, il lui accorderait sa demande. À quoi elle répondit : « mais, me permettez-vous de le faire ? » et il lui lit : « oui…» Alors, la noble dame, à un jour dit, toute nue sur un cheval avec ses cheveux déliés qui couvraient tout le corps jusqu'aux jambes, exécuta sa promenade et revint joyeuse vers son mari, qui là-dessus octroya aux habitants une charte de liberté ou immunité. L'histoire ajoute que tous les habitants de Coventry s'étaient tenus renfermés chez eux, porte et fenêtres closes, par respect pour le dévouement de leur noble comtesse ; un tailleur seul eut lu curiosité de la regarder passer et devint aveugle en punition de son indiscrétion. »
  16. « Puis, sur le mets qu'on lui donne / Délicat, il souffle aussi / Le satyre s'en étonne : / Notre hôte, à quoi bon ceci ? » (La Fontaine, Livre V, Fable VII)
  17. Monsieur Warin
  18. Poésie de Clotilde de Surville : « O cher enfantelel, vrai pourtraict de ton père, / Dors sur le scyn que ta houche a pressé ! / Dors petiot ! clos amy, sur le seyn de ta mère / Tien doulx œillet par le somme oppressé. »
  19. M. L/ Geffrier
  20. Madame Oosterlinck, belle-mère de l'artiste
  21. Mme Dumas de l'île Maurice
  22. Huile sur toile. H. 96.5 ; L. 137.2. Vendu à l'administration des Beaux-arts pour 5000 francs (Archives Nationales, F/21/*7639) ; Présenté en 1868 dans les salons du Comte de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-arts ; Vente Napoléon III en 1881 ; acquis à cette vente par M. Lannoy, marchand de tableaux pour 1350 francs ; Vente Christie's, New York, 4-5 avril 2007, lot. 164 (10800 dollars). Daté et signé en bas à droite : « Ernest Hillemacher 1868 ».
  23. Archives Nationales, dossier F/21/0445
  24. Lucille Hillemacher, nièce de l'artiste
  25. Lucien Hillemacher, fils de l'artiste
  26. « Sp. Tarpeius commandait la citadelle de Rome ; sa fille est séduite par l'or de Tatius qui la rencontra comme elle sortait des murs pour puiser l'eau nécessaire aux sacrifices ; elle consentit à laisser entrer les Sabins dans la citadelle… La tradition ajoute que les Sabins portaient au bras gauche des bracelets d'or et que la jeune fille avait stipulé qu'ils lui donneraient ce qu'ils avaient à la main gauche : au lieu de ces anneaux, ils jetèrent sur elle leurs boucliers dont le poids l'écrasa » (Tite-Live, liv. 1). Huile sur toile. H. 105 ; L. 140.
  27. Camille Pariset. Huile sur toile. H. 65 ; L. 54.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol. 4, p. 704.
  2. Henri Béraldi, Les graveurs du XIXe siècle, guide de l'amateur d'estampes modernes, Paris, Conquet, 1889, tome. 8, p. 118.
  3. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée Royal, le 5 mars 1840, Paris, Vinchon, 1840, no 836, p. 92.
  4. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée Royal, le 15 mars 1841, Paris, Vinchon, 1841, no 992, p. 125.
  5. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée Royal, le 15 mars 1843, Paris, Vinchon, 1843, no 609, p. 77.
  6. Ibid., no 610, p. 77.
  7. Ibid., « Portrait de l'auteur », no 611, p. 77.
  8. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée Royal, le 15 mars 1844, Paris, Vinchon, 1844, no 935, p. 116.
  9. Explication des ouvrages de peinture, de sculpture, architecture, gravure et Lithographie des artistes vivants exposé au Musée Royal le 15 mars 1845, Paris, Vinchon fils et successeur de Mme Vve Balland; 1845, no 836, p. 102
  10. Idid., no 837
  11. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée Royal, le 16 mars 1847, Paris, Vinchon, 1847, no 825, p. 98
  12. Ibid., no 826, p. 98.
  13. Ibid., no 827, p. 98.
  14. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au musée national du Louvre, le 15 mars 1848, Paris, Vinchon, 1848, no 2256, p. 164.
  15. Ibid., no 2257, p. 164
  16. Ibid., no 2258, p. 164
  17. Ibid., no 2259, p. 165
  18. Ibid., no 2260, p. 165
  19. Ibid., no 2261, p. 165
  20. Ibid., no 2262, p. 165
  21. Ibid., no 2263, p. 165
  22. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au Palais des Tuileries, le 15 juin 1849, Paris, Vinchon, 1849, no 1045, p. 92.
  23. Ibid., no 1046, p. 92
  24. Ibid., no 1047, p. 93
  25. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, et lithographie des artistes vivants & exposés au Palais National, le 30 décembre 1850, Paris, Vinchon, 1850, no 1527, p. 133
  26. Ibid.., no 1528, p. 133
  27. Ibid., no 1529, p. 133
  28. Ibid., no 1530, p. 133
  29. a, b et c Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants, exposés au Palais Royal, le 1er avril 1852, Paris, Vinchon, 1852
  30. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, et lithographie et architecture des artistes vivants, exposés au Menus Plaisirs, le 15 mai 1853, Paris, Vinchon, 1853, no 605, p. 120.
  31. Ibid., no 606, p. 121.
  32. Ibid., no 607, p. 121.
  33. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, et lithographie et architecture des artistes vivants étrangers et français, exposés au Palais des Beaux-Arts, avenue Montaigne, le 15 mai 1855, Paris, Vinchon, 1855, no 3301, p. 346.
  34. Ibid., no 3302, p. 346.
  35. Ibid., no 3303, p. 346.
  36. Ibid., no 3305, p. 346.
  37. Ibid., no 3307, p. 346.
  38. Ibid., no 3306, p. 346.
  39. Ibid., no 3304, p. 346.
  40. a, b, c, d et e Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants: exposés au Palais des Champs-Elysées le 15 juin 1857, Paris, C. de Mourgues, 1857
  41. a, b, c, d, e et f Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants: exposés au Palais des Champs- Élysée, le 1er mai 1861, Paris, C. de Mourgues, 1861
  42. a, b et c Explication des ouvrages de peinture, sculpture, gravure, lithographie et architecture des artistes vivants: exposés au Palais des Champs-Élysée, le 1er mai 1863, Paris, C. de Mourgues, 1863
  43. a et b Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants: exposés au palais des Champs- Elysées le 1er mai 1864, Paris, C. de Mourgues, 1864
  44. a et b Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants: exposés au palais des Champs- Elysées le 1er mai 1866, Paris, C. de Mourgues, 1866
  45. a et b Explication des ouvrages de peinture, dessin, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants: exposés au palais des Champs- Elysées le 1er mai 1868, Paris, C. de Mourgues, 1868
  46. a et b Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et lithographie des artistes vivants: exposés au palais des Champs- Élysée le 1er mai 1869, Paris, C. de Mourgues, 1869
  47. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, et lithographie des artistes vivants, exposés au Palais des Champs Elysées, le 1er mai 1880, Paris, Imprimerie Nationale, 1880, no 1849, p. 183.
  48. Ibid., no 1850, p. 183

Liens externes[modifier | modifier le code]