Eucynodontia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Eucynodontes (clade Eucynodontia) (du grec eu qui veut dire "bien" ou vrai", cynos signifiant "chien" et odon signifiant "dent", ce qui veut dire « à vraies dents de chien ») forment un infra-ordre de thérapsides cynodontes qui comprend les mammifères et les thérapsides les plus évolués (anciennement appelés reptiles mammaliens). Il comprend à la fois des carnivores et des herbivores. Ils sont apparus au Trias inférieur ou probablement au Permien supérieur, et, avec les mammifères, existent encore de nos jours. Cet aperçu se concentre sur les proto-mammifères, qui ont vécu du Trias inférieur jusqu'au Crétacé inférieur, deux divisions de l'ère mésozoïque (« l'ère des dinosaures »).

Descriptif des familles[modifier | modifier le code]

Cynognathidae[modifier | modifier le code]

Parmi les premiers et les plus primitifs eucynodontes figurait Cynognathus. Ce prédateur de la taille d'un loup avait une répartition presque mondiale. Environ 90 % de sa mâchoire inférieure était formée d'un seul os qui portait les dents, appelé os dentaire. Ses dents étaient différenciées, ce qui leur permettait d'assurer plusieurs fonctions, dont la découpe et la mastication. Un crocodile peut déchirer sa proie en lambeaux mais il ne peut les mâcher. C'est un chasseur efficace, mais sa façon de manger est salissante et s'accompagne de gaspillage. L'oreille du Cynognathus contenait un petit os solitaire pour l'audition : l'étrier. La mâchoire était reliée au crâne par une articulation appelé « articulation du carré ». L'importance de ces caractéristiques, et ce qui s'est passé ensuite, est illustré en détail un peu plus loin.

Cynognathus est le seul représentant connu d'une famille appelée Cynognathidae. Cependant, on connait divers autres parents qui en dérivent.

Chiniquodontoidea[modifier | modifier le code]

On connait d'autres eucynodontes non-mammaliens, mais leur classification dont celle suivie ici a probablement besoin de révision. La principale lignée de carnivores est la superfamille des Chiniquodontoidea. Certains auteurs divisent cette super-famille en deux, avec peut-être deux autres familles possibles et quelques genres non classés.

  • Les Chiniquodontidés qui ont vécu au début du Trias supérieur en Amérique du Sud sont les plus connus d'entre eux. Certains matériels plus énigmatique (principalement des dents) ont été récupérés dans des strates des Trias moyen et supérieur en Europe. Un genre africain du Trias moyen, Aleodon, serait également rattaché à cette famille, mais cela est considéré comme douteux par certains auteurs. Ils allaient de la taille des minuscules Gaumia (dont on n'est pas sûr qu'il s'agisse d'un chiniquodontidé) au Chiniquodon de la taille d'un chien.
  • Les Dromatheriidés sont une autre famille possible, famille dont la connaissance est basée principalement sur des mandibules incomplètes ou de minuscules dents d'animaux ayant vécu au Trias supérieur en Europe, Amérique du Nord et éventuellement en Inde. Bien qu'il restent rares, ces restes fossiles sont très semblables à ceux de mammifères. Un hypothétique ancêtre des mammifères pourrait avoir été équipé de dents analogues et certains de ces fosiles ont peut-être appartenu à des ancêtres de l'homme. Il faudrait découvrir de nouveaux fossiles pour tester la validité de cette hypothèse. Il pourrait s'agir aussi d'un grade informel plutôt que d'un taxon naturel.
  • Une autre famille pouvant être incluse dans les Chiniquodontoidea est celle des Therioherpetidae ayant vécu au Trias supérieur en Amérique du Sud, et peut-être en Europe (Meurthodon). Le statut de cette famille est interprétée différemment selon les chercheurs. Le genre Therioherpeton a été aussi classé dans les Dromatheriidae. Une autre possibilité est qu'il ait eu au moins en partie des affinités avec les Tritheledontidae. C'est une question qui nécessitera d'autres études. Les membres sud-américains étaient de la taille d'une souris ou d'un rat, tandis que Meurthodon était encore plus petit.