Ettore Ovazza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ettore Ovazza (né le 21 mars 1892 à Turin - mort le 11 octobre 1943 à Intra,Verbania) était un banquier et homme d'affaires italien d'origine juive, ayant pris parti pour le fascisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ettore Ovazza, fils d'Ernesto Ovazza, Juif assimilé, avait participé au premier conflit mondial en tant que lieutenant d'artillerie, et avait participé à la bataille de Caporetto. Propriétaire d'une banque à Turin, il s'engage dans les Chemises noires après la marche sur Rome, pour contrer le socialisme qui menaçait alors l'ordre établi.

Membre du parti national fasciste, il anime le journal La Nostra Bandiera (« Notre drapeau »), dans lequel était affirmé le soutien des Juifs italiens au nouveau régime (en Italie, un Juif sur trois avait à l'époque rejoint le fascisme[1]). Il obtient un entretien avec le Duce en 1929.

Malgré les Leggi razziali de 1938, il reste membre du parti fasciste, mais après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, qui conclut - au détriment de Mussolini - l'Axe Rome-Berlin, Ettore Ovazza est obligé de démissionner du parti et de vendre sa banque.

Le 9 octobre 1943, alors qu'il tentait de traverser la frontière italo-suisse, Ettore Ovazza est arrêté par les ss, avec sa femme Nella, son fils Riccardo (né en 1923) et sa fille Elena (née en 1928) à Gressoney (Vallée d'Aoste) par la Gestapo. Après avoir été détenus à la prison de Domodossola, ils sont assassinés le surlendemain 11 octobre dans le sous-sol d'une école d'Intra.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Fascisme italien en couleurs, réalisé par Chris Oxley, 2006

Lien interne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. par nationalisme et parce que le fascisme ne se déclarait pas ouvertement antisémite et ne prônait pas à cette date, la supériorité d'une race sur les autres : Le Fascisme italien en couleurs, voir Filmographie.