Ettendorf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ettendorf
L'église Saint-Nabor.
L'église Saint-Nabor.
Blason de Ettendorf
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Hochfelden
Intercommunalité C.C. du Pays de la Zorn
Maire
Mandat
Patrice Weiss
2014-2020
Code postal 67350
Code commune 67135
Démographie
Gentilé Ettendorfois, Ettendorfoises
Population
municipale
805 hab. (2011)
Densité 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 49″ N 7° 34′ 59″ E / 48.81361111, 7.58305556 ()48° 48′ 49″ Nord 7° 34′ 59″ Est / 48.81361111, 7.58305556 ()  
Altitude Min. 181 m – Max. 286 m
Superficie 6,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ettendorf

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ettendorf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ettendorf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ettendorf

Ettendorf est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

En 2006, ce village de 797 habitants est devenu la quatrième commune la plus peuplée du canton de Hochfelden en devançant Alteckendorf.

Ses habitants sont les Ettendorfois, en alsacien « Addederfer ».

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du village apparaît en 766 sous le nom de Atinheim[réf. nécessaire]. En 1193 apparaît le nom définitif Ettendorf qui subira encore des variations.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ettendorf, 630 hectares, 200 m d’altitude, est un village de plus de 800 habitants, niché au creux d’un vallon, celui du Landgraben, situé entre Saverne et Haguenau, et plus précisément entre Hochfelden et Pfaffenhoffen, sur le CD 25 vers Wasselonne et sur la ligne de chemin de fer Strasbourg - Sarreguemines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Il a des origines très anciennes. Lors de fouilles archéologiques récentes, des éléments prouvant une présence humaine datés de 800 ans av. J.-C. et de 2000 av. J.-C. ont été retrouvés. Nos lointains ancêtres ont très certainement appartenu à la tribu des Triboques.

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

Aux XIIIe et XIVe siècles, Ettendorf était une possession impériale donnée en fief à la famille d’Ettendorf. En 1409, le village fut intégré dans le bailliage de Haguenau; enfin, il a appartenu jusqu’en 1610 à la famille noble de Wangen.

Description d'Ettendorf en 1702[modifier | modifier le code]

"Ettendorff est un lieu assez considérable en habitants situé dans un fond dans lequel il y a une église qui a un clocher vouté, son cimetière renfermé par une vieille muraille haute de trois à quatre pieds ébréchée en deux endroits" [1].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fut incorporée au canton de Bouxwiller puis en 1801, à celui de Hochfelden. Avant 1860, Ettendorf, 808 habitants en 1856, était un village pauvre, isolé présentant un taux de mortalité important et une population décroissante. La commune « s’administrait elle-même ». Elle avait le souci de ses habitants les plus indigents et un profond sens de la solidarité. Ceci se reflète dans les décisions des conseils municipaux successifs. La vie était rythmée par les travaux des champs, les travaux d’intérêt général (curage de fossés, empierrement de voies, défrichements, charrois...) encadrée par une pratique religieuse très fervente parfois teintée de croyances et de superstitions.

Après 1870, la vie du village semble aller mieux : les ressources agricoles, par le travail, sont déclarées suffisantes. La ligne de chemin de fer, construite après 1890, va définitivement désenclaver la commune et apporter un peu de richesse à ses habitants par le dédommagement des terres achetées pour cette construction et, surtout, la possibilité d’aller vendre plus loin sa production agricole. Le village va s’ouvrir, bon nombre de fonctionnaires du chemin de fer vont s’y implanter, les enfants seront envoyés dans les « écoles », souvent religieuses, pour être formés. C’est ainsi qu’un certain nombre d’exploitations agricoles purent se maintenir jusqu’en 1975 : le chef d’exploitation ayant une double activité.

Cette amélioration de la fin du XIXe siècle vient à point nommé pour favoriser la construction d’une nouvelle église en discussion depuis 1860. L’ancienne église, construite en 1577, entourée d’un cimetière fortifié du XIVe siècle, était délabrée, trop petite pour la taille du village et les réparations nécessaires au clocher, tour carrée en forme de donjon, ne répondaient plus aux exigences de la situation. (cf. Histoire de la construction de l’église).

La proximité de l’autoroute A4, à 5 km, ouverte en 1978, a eu un peu le même effet : celui de rapprocher le village de la grande ville ; les sorties quotidiennes vers la ville se sont intensifiées et les urbains viennent s’implanter dans le village. À ceci, s'ajoute le retour ou l’enracinement d’un bon nombre des enfants du baby-boom qui ont choisi de construire au village. Aussi, Ettendorf voit sa population de 606 habitants en 1982 grimper à 831 en 2010.

Avec de nouvelles énergies humaines, une nouvelle ère commence pour le village qui entreprend de grands travaux et l’amélioration de l’existant : construction d’une salle polyvalente, réfection de toute l’école, transformation du presbytère inoccupé en mairie, espace paroissial et bibliothèque municipale, aménagement de la cour d’école... Conscients de l’effort réalisé par leurs ancêtres pour construire une nouvelle église en 1895 et y implanter un orgue en 1908, les habitants se sont engagés moralement et financièrement dans la restauration de ce patrimoine depuis 1996 pour concrétiser cette opération d’envergure en 2001 et 2003.
Parallèlement, ont démarré, en 2001, les travaux d’assainissement, de voirie, de réfection du réseau d’eau, de mise en terre des réseaux électrique, téléphonique et câblé. Le village a recomposé son aménagement pour les cinquante ans à venir. Tous ces travaux se sont achevés au printemps 2007.
Après un 1er projet élaboré par la Commune, la Communauté de Communes du pays de la Zorn a repris à son compte la réalisation en 2008 et 2009 d'un terrain de terrain de football synthétique avec la construction d'un nouveau club-house et des vestiaires. En 2009, la commune y a joint un terrain multi-sports et un terrain de pétanque.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ettendorf

Les armes d'Ettendorf se blasonnent ainsi :
« Écartelé : au premier et au quatrième d'or à l'aigle de gueules becquée d'azur, au deuxième et au troisième d'or au sautoir de sable. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Patrice Weiss[3]    
2001 2008 Patrice Weiss    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 805 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
762 783 879 970 953 1 025 876 897 872
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
808 793 750 792 768 730 736 744 830
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
796 790 774 716 747 740 761 732 663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
665 666 635 606 674 700 797 811 805
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Nabor, de style néo-classique, date de 1895.

La grande croix du cimetière, datée de 1762, a été classée au registre des monuments historiques le 28 juillet 1937.

Le cimetière juif, un des plus anciens d'Alsace, a été inscrit le 19 janvier 1995.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Francis Mayer né à Ettendorf le 1er septembre 1950 et décédé à Paris le 9 décembre 2006, inhumé au cimetière d'Ettendorf. Depuis le 18 décembre 2002, pour un mandat de 5 ans, il était directeur général de la Caisse des dépôts et consignations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport de l'ingénieur militaire de Neuf Brisach, Guillin
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  3. [PDF] Liste des maires au 1 avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :