Ettelbruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ettelbruck
(lb) Ettelbréck
(de) Ettelbrück
Blason de Ettelbruck
Héraldique
Localisation de Ettelbruck au Luxembourg
Localisation de Ettelbruck au Luxembourg
L’hôtel de ville
L’hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
District Diekirch
Canton Diekirch
Bourgmestre Jean-Paul Schaaf
Démographie
Population 7 606 hab. (2008)
Densité 501 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 47″ N 6° 05′ 57″ E / 49.84639, 6.09917 ()49° 50′ 47″ Nord 6° 05′ 57″ Est / 49.84639, 6.09917 ()  
Altitude Min. 192 m – Max. 382 m
Superficie 1 518 ha = 15,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Ettelbruck

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir la carte topographique du Luxembourg
City locator 14.svg
Ettelbruck
Liens
Site web ettelbruck.lu

Ettelbruck (luxembourgeois : Ettelbréck, allemand : Ettelbrück) est une ville luxembourgeoise qui est le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans les canton et district de Diekirch.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1850, la commune fut amputée des sections de Birtrange, Erpeldange, Ingeldorf, Niederschieren et Oberschieren pour créer les communes d’Erpeldange et Schieren[1].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, jour du déclenchement de l'invasion du Luxembourg, Ettelbruck est prise par les allemands de la 1re Panzerdivision[2] qui a pour objectif de traverser la Meuse à Sedan.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située près du centre-ville, la gare ferroviaire se trouve sur la ligne 1 reliant Luxembourg à Troisvierges-frontière.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

L'église

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mémorial no 18 de 1850
  2. Jean-Yves Mary, Le Corridor des Panzers, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ 2009, p. 71.