Etheldrède d'Ély

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Etheldrède d'Ely
Image illustrative de l'article Etheldrède d'Ély
Little Pictorial Lives of the Saints, Benzinger Brothers, 1878.
Naissance c. 636
Exning (Suffolk)
Décès 23 juin 679 
Ely (Cambridgeshire)
Vénéré à St Etheldreda's Church, Ely Place, Holborn, Londres; anciennement à la Cathédrale d'Ely
Fête 23 juin
Attributs Abbesse portant sur le bras un modèle réduit de la Cathédrale d'Ely.
Saint patron Maux de gorge

Etheldrède d'Ely ou Ethelrede, Æthelthryth, Etheldreda, Ediltrudis, appelée aussi Awdrey ou Awdrey (née vers 630 à Exning et morte le 23 juin 679 à Ely), est une sainte chrétienne anglo-saxonne très populaire, fêtée le 23 juin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de sainte Hereswyde et d'Anna, roi d'Est-Anglie, elle naquit probablement à Exning, près de Newmarket dans le Suffolk. Ses sœurs sainte Sexburge, sainte Ethelburge, sainte Wilburge, sainte Sédride se retirèrent du monde et fondèrent des abbayes. Son frère saint Erconwald devint évêque de Londres.

Etheldrède contracte un premier mariage (vers 652) avec Tonbert, chef des Gyrvians du Sud, ou fenmen. Cependant, elle réussit à persuader son mari de respecter un vœu de virginité qu'elle avait prononcé avant son mariage. À la mort de son mari en 655, elle se retire dans l'île d'Ely, que Tonbert lui avait donnée comme « cadeau du matin ».

Etheldrède se remarie ensuite en 660 à Egfrid, roi de Northumbrie pour des raisons politiques. Néanmoins, elle prit le voile à Coldingham peu de temps après l'accession au trône d'Egfrid, soi-disant avec sa permission, mais qu'il regretta plus tard. Cet épisode fut la cause probable d'une longue querelle avec Wilfrid, l'archevêque d'York.

Une version explique qu'Ecgfrith accepte d'abord qu'Etheldrède continue de rester chaste, mais que, vers 672, il souhaite consommer son mariage et tente même de soudoyer Wilfrid pour qu'il use de son influence afin de persuader la reine. Après son refus, le roi décide d'extirper la reine de son couvent par la force. Sur quoi, elle s'enfuit pour se réfugier à Ely avec deux nonnes qui lui étaient fidèles, réussissant à s'échapper en partie grâce à une miraculeuse marée montante.

Le roi de Northumbrie se remarie avec Eormenburg, et expulse Wilfrid de son royaume en 678.

D'après la Chronique anglo-saxonne, Etheldrède fonde le monastère double d'Ely en 673 ; ce monastère sera détruit lors de l'invasion danoise de 870.

Etheldrède meurt de la peste à Ely en 679. Bède raconte comment, après la mort d'Etheldrède, ses restes furent exhumés par l'abbesse Sexburge, sa sœur précédemment reine du Kent, puis enterrés dans un cercueil de marbre blanc venant de Cambridge.

La sœur, la nièce et la petite-nièce d'Etheldrède, princesses royales dont deux reines en veuvage (royaume de Mercie), prirent sa suite en tant qu'abbesses d'Ely.

Culte[modifier | modifier le code]

Etheldrède est fêtée le 23 juin. Sainte Etheldrède est la patronne de Cambridge et de ceux qui souffrent d'affections de la gorge ou du cou.

Etheldrède était couramment appelée sainte Awdrey. Ce nom est à l'origine de l'adjectif anglais tawdry, qui signifie de « mauvais goût » ; en effet, les amoureux achetaient des articles de dentelle peu ajourée lors d'une foire dédiée à Awdrey qui se tenait annuellement à Ely ; leur mode passa, et ces articles furent bientôt considérés comme vieillots, bon marché ou de mauvaise qualité ; ce fut le cas tout particulièrement au XVIIe siècle quand les puritains de l'est de l'Angleterre regardaient d'un mauvais œil toute forme d'habillement paré de dentelle.

Sur Ely Place, à Holborn (à proximité de Londres), se trouve une chapelle dédiée à sainte Etheldrède, et qui était à l'origine une dépendance du palais des évêques d'Ely. Après la Réforme, ce palais fut la résidence des ambassadeurs espagnols, ce qui permit la continuité du culte catholique dans cette chapelle, qui peut ainsi être considérée comme la plus ancienne église catholique en usage en Angleterre, bien que les Welsh non-conformistes l'utilisèrent quelque temps au cours du dix-neuvième siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • La Vie Seinte Audree, poème hagiographique sur sur Etheldrède d'Ély
  • M. Dockray-Miller, Saints Edith and Æthelthryth: Princesses, Miracle Workers, and their Late Medieval Audience. The Wilton Chronicle and the Wilton Life of St Æthelthryth, Turnhout 2009, Brepols Publishers, ISBN 978-2-503-52836-6