Et si c'était vrai... (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Et si c'était vrai....
Et si c'était vrai...
Auteur Marc Lévy
Genre Comédie romantique, fantastique
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur Robert Laffont
Date de parution 2000
Nombre de pages 270
ISBN 978-2-266-10453-1
Chronologie
Où es-tu ? Suivant

Et si c'était vrai... est un roman de Marc Lévy, avec lequel il a remporté le prix Goya du premier roman. Selon Livres-Hebdo, cette édition du roman de Marc Lévy s’est classée 4e des ventes poches 2003, avec 212 800 exemplaires vendus en France.

Résumé[modifier | modifier le code]

Arthur, un architecte, ne sait plus quoi croire. Devient-il fou ? Est-ce son esprit qui lui joue des tours ? Et si c'était vrai...Devant tant d'éléments que lui donne Lauren, la femme que lui seul peut voir, il finit par y croire. Elle est là, mais pas vraiment là.

Ni un esprit, ni un fantôme, elle semble bien réelle, mais son véritable corps est au cinquième étage de l'hôpital de San Francisco, en état de coma irréversible selon les médecins. Arthur va essayer de comprendre comment un esprit peut se séparer de son corps lors d'un coma et pourquoi lui seul la voit.

Les médecins conseillent à la mère de choisir l'euthanasie ; pour l'éviter, l'architecte et son meilleur ami décident d'enlever le corps de l'hôpital. L'architecte arrive à se faire passer pour un vrai médecin en faisant une intervention d'urgence sur un diabétique. Ils emmènent le corps à bord d'une ambulance vieille d'une trentaine d'années.

La police enquête ; malgré des indices épars, un inspecteur retrouve la maison où se trouve le corps, mais il n'a pas assez d'éléments pour convaincre un Procureur de la République de perquisitionner cette maison. L'enquêteur est aussi très intrigué car il n'arrive pas à trouver un mobile plausible pour ce kidnapping d'une personne dans le coma.

La jeune femme convainc l'architecte de redonner son corps à l'hôpital, afin que ce dernier puisse retrouver une vie normale, sans risquer une peine de cinq ans de prison. Ils arrivent à redonner le corps à l'hôpital sans se faire prendre. Après quelques jours, le fantôme de la jeune femme s'estompe petit à petit, ce qui provoque le désespoir de l'architecte, qui croit qu'elle a été euthanasiée.

En fait, la jeune femme sort de son coma, au grand étonnement des médecins ; elle est très affaiblie et incapable de marcher. Elle ne se souvient pas de l'architecte, mais est prête à nouer une relation de confiance avec cet inconnu.

Les personnages[modifier | modifier le code]

  • Lauren
La femme médecin urgentiste en coma stade 4.
  • Arthur
L'architecte ; comme il parle à un fantôme qu'il est le seul à voir, les gens pensent qu'il est fou. C'est un homme très sympathique.
  • La mère d'Arthur
Atteinte d'un cancer alors qu'Arthur était enfant, son souvenir a profondément marqué son fils.
  • Paul
Meilleur ami d'Arthur mais aussi son associé. Il gère avec Arthur une entreprise d'architecture.
  • Georges Pilguez
Agent de police chargé de l'enquête sur la disparition du corps de Lauren.
  • La chienne Kali
Elle reconnaît en Arthur un ami de sa maîtresse.
  • La mère de Lauren
Alors qu'elle promène le chien de sa fille, Arthur en profite pour la rencontrer, avec pour but de dissuader la mère d'accepter la demande des médecins d'euthanasier Lauren.

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Et si c'était vrai a été adapté au cinéma par Mark S. Waters avec Reese Witherspoon et Mark Ruffalo en personnages principaux et produit par Steven Spielberg (DreamWorks). Le film est sorti en France le 23 novembre 2005.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]