Et exspecto resurrectionem mortuorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Et exspecto resurrectionem mortuorum (Et j'attends la Resurrection des morts) est une œuvre pour orchestre d'Olivier Messiaen écrite en 1964 et créée l'année suivante. Elle est constituée de cinq pièces.

Résurrection des morts. Vitrail, région parisienne, vers 1200, en provenance de la Sainte-Chapelle

Genèse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Commandée par André Malraux pour célébrer les morts des deux guerres mondiales, elle fut écrite et orchestrée en 1964. Elle est destinée à être exécutée dans de vastes espaces, églises, cathédrales, en plein air et en haute montagne. Messiaen s'inspira des paysages qui l'entouraient lors de sa composition, les Hautes-Alpes avec leurs puissantes montagnes, mais aussi des images imposantes d'églises d'architecture romane et gothique et d'édifices anciens du Mexique ou de l'Ancienne Égypte. Les textes qu'il étudiait à l'époque étaient La Résurrection et le Monde des Ressuscités de Saint-Thomas d'Aquin.

Effectif orchestral[modifier | modifier le code]

L'orchestre est constitué de trois ensembles : bois, cuivres et percussions métalliques.

Bois[modifier | modifier le code]

  • 2 petites flûtes, 3 flûtes, 3 hautbois, 1 cor anglais, 1 petite clarinette en mi bémol, 3 clarinettes en si bémol, 1 clarinette basse en si bémol, 3 bassons, 1 contrebasson.

Cuivres[modifier | modifier le code]

  • 1 petite trompette en ré, 3 trompettes en ut, 6 cors en fa, 3 trombones, 1 trombone basse, 1 tuba en ut, 1 saxhorn basse en si bémol.

Percussions métalliques[modifier | modifier le code]

  • 3 jeux de cencerros, 1 jeu de cloches-tubes, 6 gongs, 3 tam-tams.

Analyse des cinq pièces[modifier | modifier le code]

« Des profondeurs de l'abîme, je crie vers toi, Seigneur : Seigneur, écoute ma voix ! »[modifier | modifier le code]

(Psaume 130, v.1 et 2)

Thème de la profondeur confié aux cuivres graves, harmonisation par les 6 cors en complexes colorés, cri de l'Abîme !

« Le Christ, ressuscité des morts, ne meurt plus; la mort n'a plus sur lui d'empire. »[modifier | modifier le code]

(Saint-Paul, Epître aux Romains, chap.6,v.9)

Messiaen précise que les silences dans cette pièce sont aussi importants que la musique. La trompette jaillit des complexes colorés des bois. Le cor anglais et la clarinette concluent la pièce.

« L'heure vient où les morts entendront la voix du Fils de Dieu... »[modifier | modifier le code]

(Evangile selon Saint-Jean, chap.5, v.25)

Cette voix évoquée dans le titre de la pièce est symbolisée à trois reprises : 1er symbole confié aux bois, chant mystérieux de l'Uirapuru, oiseau de l'Amazonie

« Ils ressusciteront, glorieux, avec un nom nouveau - dans le concert joyeux des étoiles et les acclamations des fils du ciel.  »[modifier | modifier le code]

(Saint-Paul, 1e Epître aux Corinthiens, chap.15, v.43 - Apocalypse de Saint-Jean, chap.2,v.17 - Livre de Job, chap 38, v.7)

Reprise de l'ensemble des thèmes de l'œuvre, les tam-tams symbolisent le moment solennel de la résurrection et la mélodie lointaine des étoiles. Superposition de quatre complexes sonores qui s'unissent pour acclamer les ressuscités dans leur gloire.

« Et j'entendis la voix d'une foule immense... »[modifier | modifier le code]

(Apocalypse de Saint-Jean, chap.19, v.6)

« Le tutti de l'orchestre et les percussions des gongs sont chargés de cet effet choral qui reste énorme, unanime et simple. »[1]

Création[modifier | modifier le code]

Et exspecto resurrectionem mortuorum a été créée en audition privée le 7 mai 1965 à la Sainte-Chapelle à Paris. La première audition publique eut lieu le 20 juin 1965 en la cathédrale Notre-Dame de Chartres, sous la direction de Serge Baudo.

Durée[modifier | modifier le code]

  • 35 minutes

Discographie[modifier | modifier le code]

Yvonne Loriod, piano; Groupe instrumental à percussion de Strasbourg, Orchestre du Domaine musical, direction: Pierre Boulez

(avec Couleurs de la Cité Céleste par les mêmes, et L'Ascension, quatre méditations symphoniques pour orchestre, Orchestre Philharmonique de l'ORTF, dir. Marius Constant), disque Erato 2292-45505-2/III ECD 71587, 1966-71

Références[modifier | modifier le code]

  1. Messiaen, livret du cd référencé ci-dessus

Lien interne[modifier | modifier le code]