Estrébœuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Estrébœuf
Église Saint-Jean-Baptiste d'Estrébœuf.
Église Saint-Jean-Baptiste d'Estrébœuf.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Saint-Valery-sur-Somme
Intercommunalité Communauté de communes Baie de Somme Sud
Maire
Mandat
Jean-Marie Machat
2014-2020
Code postal 80230
Code commune 80287
Démographie
Population
municipale
253 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 09′ 25″ N 1° 37′ 07″ E / 50.1569, 1.618650° 09′ 25″ Nord 1° 37′ 07″ Est / 50.1569, 1.6186  
Altitude Min. 2 m – Max. 47 m
Superficie 6,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Estrébœuf

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Estrébœuf

Estrébœuf est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté en 1284 sous la forme latinisée Destribovis[1] ou Destribouis (autre lecture du mot)[2].

Albert Dauzat[3] reprend l'hypothèse d'Ernst Gamillscheg[4] en rendant compte de ce nom par un hypothétique destrui-bouis, formé avec bouis « bois » ou « buisson », mais il n'explicite pas le premier élément. Il sous-entend probablement « ruiné, ravagé », qui était le sens de l'ancien français destruit[5].

Ernest Nègre[1] analyse le premier élément Estre- par le nom de personne norrois Starr que l'on rencontre dans Éterville (Calvados Starvilla XIe siècle), suivi du vieux norrois both « baraque, habitation »

Le nom « Destribœuf » serait devenu « d'Estrébœuf » par déglutination sous l'attraction probable d’estrée, ancien mot pour route, fréquemment attesté dans la toponymie picarde (cf. Estrées-en-Chaussée) et associé au bœuf, d'où l'étymologie populaire de « route du bœuf ».

Il n'est pas sûr que cette étymologie soit exacte à moins de ne pas tenir compte de l'unique attestation. Ernest Nègre rejette complètement la forme Destribovis pour tenter une explication par le vieux norrois. Cependant, dans l'état actuel des sources, il n'y a aucun nom de lieu d'origine scandinave identifié avec certitude hors des frontières historiques du duché de Normandie[6]. De plus, les noms normands en -beuf (éventuellement aussi -bœuf) présentent tous des formes anciennes médiévales en -botum, -bodo, -buoth, -bot, -bu ou -bo, ce qui n'est pas le cas ici. En outre, cet élément n'est jamais associé à un nom de personne. Starr est de toute façon invérifiable ici, simplement possible phonétiquement.

L'hypothèse d'A. Dauzat est au contraire fondée sur la seule analyse de la forme ancienne. Le nom d'Estrebœuf reste donc largement obscur en l'absence de formes plus anciennes suffisamment caractérisées et d'éléments de comparaisons avec d'autres toponymes.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Une pirogue celtique en chêne, de 30 pieds de long et 20 pouces de large, est découverte en 1834 dans la tourbe du marais[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Hilaire Jacques    
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Marie Machat   Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Estréboeuf compte 274 habitants (soit une augmentation de 20 % par rapport à 1999). La commune occupe le 23 210e rang au niveau national, alors qu'elle était au 24 464e en 1999, et le 370e au niveau départemental sur 782 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Estréboeuf depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 1836 avec 370 habitants.

En 2011, la commune comptait 253 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
118 131 281 324 370 354 335 329 330
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
319 356 344 334 296 294 280 279 267
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
295 272 251 210 222 220 238 245 282
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 - -
277 225 232 196 229 266 253 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,3 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 21,6 %) ;
  • 47,7 % de femmes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 25,2 %, plus de 60 ans = 23,6 %).
Pyramide des âges à Estréboeuf en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,0 
6,5 
75 à 89 ans
10,2 
14,4 
60 à 74 ans
13,4 
20,9 
45 à 59 ans
25,2 
20,1 
30 à 44 ans
18,9 
20,9 
15 à 29 ans
18,1 
16,5 
0 à 14 ans
14,2 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,9 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,8 
20,6 
15 à 29 ans
19,3 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste

Église Saint-Jean-Baptiste[13].

Chapelle Pérache (La Neuville).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, Genève, t. II, 1991, p. 1015, § 18281.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1979, p. 274.
  3. Op. cité.
  4. Ernst Gamillscheg, Romania germanica, Berlin-Leipzig, 1934-1936.
  5. Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe siècle au XVe siècle, Bouillon, Paris, 1881-1902, t. II, p. 675c.
  6. F. de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Manche, éditions Picard 1986.
  7. François-César Louandre, Histoire d'Abbeville et du comté de Ponthieu jusqu'en 1789, p. 8., vol. reprise de 1883, t. Tome 1, 67, rue Saint-Jacques - 75005 Paris, Lorisse éditeur-diffuseur,‎ 6 avril 1998, 14e éd., 439 p. (ISBN 2-84435-013-5)
  8. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 31 mars 2014, p. 36.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Estréboeuf en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Somme en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  13. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80287.htm

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :