Esther Phillips

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phillips.

Esther Phillips

Description de cette image, également commentée ci-après

Esther Phillips (1976)

Informations générales
Nom de naissance Esther Mae Jones
Naissance 23 décembre 1935
Galveston, Texas
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 7 août 1984 (à 48 ans)
Torrance, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rhythm and blues, soul, jazz

Esther Phillips, de son vrai nom Esther Mae Jones, est une chanteuse américaine de rhythm and blues, de musique soul et de jazz, née le 23 décembre 1935 à Galveston (Texas) et décédée le 7 août 1984 à Torrance (Californie).
Elle est élue meilleure chanteuse de rhythm and blues par les magazines Rolling Stone et Ebony et reçoit un prix de l'Académie française de Jazz.

Carrière[modifier | modifier le code]

Esther Phillips fait ses débuts en 1949, sous le nom de Little Esther, au sein de l'orchestre de Johnny Otis qui lui fera, par ailleurs, enregistrer le simple Double Crossing Blues avec les Robins qui sera n° 1 des ventes Rhythm and blues.
Avec pour la firme Savoy, elle obtient un nouveau succès avec Ring-A-Dig Doo en 1952. Alcoolique et héroïnomane alors qu'elle est encore adolescente elle est contrainte d'interrompre sa carrière en 1954.

Elle enregistre à nouveau en 1965 et obtient deux nouveaux succès avec Release Me et And I Love Him, une reprise des Beatles, chez Atlantic. Sa prestation est très remarquée au festival de Newport en 1966. Sa voix éreintée, comparable à celle de Nina Simone, lui permet de déployer un large éventail d'émotions.

Après une nouvelle cure de désintoxication de 1966 à 1969, elle enregistre l'album Burnin' , puis une chanson poignante sur la drogue en 1972 : Home Is Where You Hatred Is.

L'album From a Whisper to a Scream est nommé aux Grammy Awards, mais c'est Aretha Franklin qui obtient la récompense. Celle-ci l'offre à Esther Phillips déclarant qu'elle la mérite plus qu'elle. Son plus grand succès est une version disco de What a Diff'rence a Day Makes en 1975. Elle chante à Paris, Salle Pleyel, le 8 novembre 1978. Sur la fin de sa carrière, elle se produit régulièrement dans les clubs de jazz.

Elle meurt à 48 ans d'une insuffisance rénale et hépatique, conséquences de ses excès passés.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Release Me !, Lenox, 1963 P.1962 Atlantic [dans coffret en 5 CD "100 tubes Soul", P./C.2008 WEA 5051865336525]
  • And I Love Him, Atlantic, 1965
  • Burnin', Atlantic, 1970
  • From a Whisper to a Scream, Kudu, 1971
  • Alone Again, Naturally, Kudu, 1972
  • Black-Eyed Blues, Kudu, 1973
  • Performance, Kudu, 1974
  • For All We Know, Kudu, 1975
  • What a Difference a Day Makes, Columbia, 1975
  • Confessin' the Blues, Atlantic, 1975
  • Capricorn Princess, Kudu, 1976
  • You've Corne a Long Way, Baby, Mercury, 1979
  • A Good black Is Hard to Crack, Mercury, 1992
  • Esther Phillips Anthology, Soul Brother, 2003
  • Home Is Where the Hatred Is: The Kudu Years 1971-1977, Raven, 2004

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]