Esther Delisle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delisle.

Esther Delisle (née en 1954 à Québec -), essayiste, politologue et historienne canadienne (québécoise). Elle a réalisé des recherches sur l'antisémitisme au Québec des années 1930, notamment en rapport avec les thèses du chanoine Groulx.

Esther Delisle, Canadian Historian, Montreal, 1992

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Elle a fait ses études doctorales et post-doctorales à l'université Laval et l'université McGill.

Travaux controversés sur l'antisémitisme et l'extrême droite au Québec[modifier | modifier le code]

Très controversée, sa thèse de doctorat intitulée Le Traître et le Juif (titre de parution en volume) a suscité un vaste débat médiatique en 1993 avant même qu'elle ne soit officiellement sanctionnée par l'université. Les informations ont d'abord été relayées par le magazine L'actualité.

Delisle a publié une liste noire de présumés « fascistes » québécois qui aurait été écrite par le consul américain de Québec. En plus de Lionel Groulx, cette liste inclut Olivar Asselin, Victor Barbeau, Hermas Bastien, Paul Bouchard, René Chaloult, Oscar Drouin, Paul Gouin et Philippe Hamel.

Dans le sillage de cette affaire, l'essayiste a également demandé que la station de métro Lionel-Groulx soit renommée pour ne pas laisser un héritage antisémite à la ville de Montréal.

Ses analyses sur la personne de Groulx ont été nuancées, voire très critiquées. En effet, plusieurs historiens québécois considèrent que le caractère nationaliste du célèbre chanoine n'était qu'un aspect de sa personnalité complexe. L'association par Delisle de Groulx au fascisme était quelque peu hâtive et peu nuancée. L'association implicite entre le prétendu racisme de Groulx et le racisme du nationalisme québécois moderne a été jugée comme un raccourci douteux, mais a été abondamment relayée par la presse anglophone. Irving Abella, Pierre Anctil, Gérard Bouchard, Gary Caldwell, Luc Chartrand, René Durocher, Jacques Langlais et Jean-François Nadeau ont adressé des répliques à Esther Delisle. L'écrivain Pierre K. Malouf a répliqué aux détracteurs d'Esther Delisle, dans un texte intitulé "L'Effet Delisle". L'historien Gérard Bouchard, dans sa lettre du 1er mai 2003, a noté que 44 des 58 citations de Groulx utilisées par Esther Delislse contenaient 56 erreurs, dont des ajouts et des amputations qui en changeaient le sens. Esther Delisle a reconnu par la suite que certaines de ces citations étaient effectivement erronées.

À travers ses recherches, Delisle a également montré l'influence qu'avait le journal Le Devoir sur l'extrême droite de l'époque. Elle en conclut que le dirigeant fasciste Adrien Arcand n'avait presque aucun appui chez les élites nationalistes.

Les travaux de Victor Teboul, d'Esther Delisle et ceux de Mason Wade ont été utilisés durant les années 1990 par l'écrivain Mordechai Richler, notamment dans Oh Canada ! Oh Québec ! ce qui a nourri une polémique sur les tabous de la société québécoise.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Antisémitisme et nationalisme d'extrême-droite dans la province de Québec 1929-1939, Thèse (Ph. D.), Science politique, Université Laval, dir. Jacques Zylberberg, 1992
  • Le traître et le juif: Lionel Groulx, Le Devoir, et le délire du nationalisme d'extrême droite dans la province de Québec (1929-1939), Outremont, L'Étincelle, 1992. Trad. anglaise: Anti-semitism and extremist right-wing nationalism in French Canada from 1929 to 1939, preface de Ramsay Cook, Westmount, Robertson Davies publishing, "Food for Thought", 1993
  • Myths, memory & lies. Quebec's intelligentsia and the fascist temptation (1939-1960), Westmount, Robertson Davies multimedia, 1998 ; version française: Mythes, mémoire et mensonges : l'intelligentsia du Québec devant la tentation fasciste (1939-1960), traduit de l'anglais par Madeleine Hébert, Westmount, Éditions Multimédia Robert Davies, 1998
  • Essais sur l'imprégnation fasciste au Québec, postface de Pierre K. Malouf, "L'effet Delisle", Montréal, Éditions Varia, "Histoire et société", 2002
  • (Avec Pierre K. Malouf), Le Quatuor d'Asbestos: autour de la grève de l'amiante, Montréal, Éditions Varia, "Histoire et société", 2004

Références[modifier | modifier le code]