Essaimage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'essaimage est dans son sens premier un phénomène observé dans les ruches d'abeilles, quand une partie des abeilles quittent la ruche avec une reine (l'essaim) pour former une nouvelle colonie.

Le phénomène biologique[modifier | modifier le code]

Cellule royale.
Chez l'abeille domestique, insecte social, l'essaim est en quelque sorte le propagule collectif de la ruche.

L'essaimage se produit généralement à la saison favorable, généralement avant les miellées ou après (au milieu du printemps ou au début de l'été), ce qui a permis à la colonie-mère prise de « la fièvre d'essaimage » de se développer à nouveau de construire la nouvelle ruche et constituer des provisions. Dans les semaines précédentes, une dizaine de larves ont été nourries à la gelée royale pour devenir des reines. Les ouvrières donnent des petits coups de tête à la reine et cessent de la nourrir, lui signalant l'essaimage imminent. Maigrissant, elle peut désormais marcher alors que les ouvrières devenues moins actives se gorgent de réserves de miel, que leurs glandes à cire se développent et que de petites plaques de cire apparaissent sur leur abdomen, étant prêtes à construire de nouveaux gâteaux de cire alvéolaires dans la future ruche. Les éclaireuses donnent le signal de départ lorsque le temps est chaud et ensoleillé et que le début de métamorphose des larves royales en chrysalides a commencé. C'est l'ancienne reine qui accompagne l'essaim juste avant la naissance de celles qui la remplaceront, ces princesses pouvant combattre à mort pour devenir la nouvelle reine-mère qui hérite de la ruche. S'il ne fait pas trop froid, la reine peut être suivie par d'autres jeunes reines, il s'agit alors d'un essaim dit secondaire, tertiaire, etc. L'essaim (nuage qui peut atteindre une vingtaine de mètres de long, constitué des deux tiers de la colonie-mère) se fixe à un objet quelconque, le plus souvent une branche à quelques dizaines de mètres de la ruche qu'il vient de quitter. Des éclaireuses exécutent la danse de l'essaim et une partie d'entre elles (5 % de l'essaim) quadrillent une surface d'environ 70 km2 à la recherche du bon site pour établir la nouvelle colonie. Dans le cas où elles ne trouvent pas d'emplacement convenable, il peut arriver qus l'essaim reste à l'endroit où il est accrochés. Une fois l'essaim définitivement fixé, les ouvrières bâtissent des cires, où elles ne tardent pas à déposer du miel et où la reine ne tarde pas à pondre, afin d'assurer le renouvellement des générations le plus vite possible[1],[2].

L'essaimage est le mode naturel de reproduction et dispersion dans l'espace des colonies d'abeilles.

Chez certaines espèces de fourmis, autres insectes sociaux, l'essaimage est également le moment où de nombreuses princesses et de nombreux mâles fourmis s'envolent pour s'accoupler, reines et mâles sont poussés hors du nid pour s'envoler, s'accouplent et retombent au sol. Le mâle va mourir peu après, la reine, elle, va aller fonder un nouveau nid. Ces princesses sont les fameuses fourmis « ailées » qui ne constituent pas une espèce mais une caste[3].

Extension du sens (métaphore) à la société humaine, aux entreprises...[modifier | modifier le code]

Métaphoriquement, on parle d'essaimage des idées nouvelles, des religions, des techniques, des savoir et savoir-faire

Dans le vocabulaire de l'entreprise[modifier | modifier le code]

L'essaimage désigne ici la démarche consistant pour une entreprise à aider un (ou plusieurs) de ses salariés à créer sa propre société ou à en reprendre une. Il s'agit d'une mesure d'accompagnement de départ.

L'aide apportée peut être un accompagnement du créateur par un conseiller tout au long de son projet (appui méthodologique, conseils, réseau relationnel...) matérielle (l'entreprise fournit les technologies nécessaires), financière (prime d'aide au démarrage, prêt bonifié...) logistique ou encore commerciale (l'entreprise s'engage à passer des commandes).

Instauré par la loi du 3 janvier 1984 et renforcé par la Loi d'Initiative économique du 1er août 2003 de Renaud Dutreil, le congé création d'entreprise (CCE) permet au salarié qui le demande, de prendre un congé de 12 mois renouvelable une fois (soit 2 ans en tout) pour créer ou reprendre une entreprise. Il peut être à temps plein ou à temps partiel.

On distingue communément trois formes d'essaimage entrepreneurial :

  • L' essaimage à froid. Il émane principalement de l'initiative de salariés au sein de sociétés menant une politique valorisant la mobilité extérieure. C'est généralement le cas de quelques grands groupes.
  • L' essaimage à chaud, ou social. Dans ce cas de figure, la société essaimante met en place un dispositif fortement incitatif pour résoudre un sureffectif ou mener une restructuration par exemple. C'est la forme d'essaimage la plus répandue.
  • L' essaimage stratégique. Il repose sur la volonté de réussite et une réelle cohésion des parties. Sa mise en œuvre se réalise dans le cadre d'une politique visant à optimiser un portefeuille de brevets, réaliser un transfert de technologie ou de savoir-faire par exemple.

Le nombre d'entreprises créées par essaimage en France est estimé à 15 000 par an (chiffre de 2002).

Dans le monde associatif[modifier | modifier le code]

On parle aussi d'essaimage quand une association de type fédérale impulse la création de nouvelles structures, qui vont être membre de cette organisation, dans des zones où elle n'existe pas encore.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daval Hervé, Le processus entrepreneurial d’essaimage, Thèse pour le Doctorat en Sciences de Gestion, Grenoble
  • Laviolette Eric Michael, "L'essaimage en PME : proposition d'un cadre d'analyse", Revue de l'Entrepreneuriat, 4(1), 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter David Paterson, L'apiculture, Éditions Quae,‎ 2008, p. 20-21
  2. Nadia Perrin, Patrice Cahé, Conduire ses ruches, Educagri Editions,‎ 2009, p. 62
  3. Exemple de source