Espèce porte-drapeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo illustrant l'utilisation du Lynx boréal comme espèce porte-drapeau pour une zones protégée en Pologne

Le concept d'espèce porte-drapeau, ou d'espèce-phare, est utilisé dans le cadre de la biologie de la conservation. Il consiste à mettre en valeur une espèce particulière afin de faire augmenter le soutien offert à la conservation de la biodiversité dans un contexte particulier. Cette stratégie de conservation est efficace pour amasser des fonds, mais la valeur et l'efficacité scientifique sont très contestées puisqu'elles se ne se concentrent que sur une seule espèce[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le concept d'espèce porte-drapeau est devenu populaire vers le milieu des années 1980[2] avec le débat sur la façon de prioriser les espèces pour la conservation. Les premières références largement disponibles sur ce concept concernent les primates néotropicaux[3], les éléphants africains et les rhinocéros[4].

L'utilisation du concept a été largement dominée par les espèces de grande taille[5], et plus particulièrement par des mammifères[6], bien que d'autres espèces aient été occasionnellement utilisées[7].

Définition[modifier | modifier le code]

Plusieurs définitions ont été données concernant le concept d'espèce porte-drapeau[1]. La plupart des définitions récentes se concentrent sur le caractère stratégique et socio-économique du concept, voire sur l'aspect marketing[8].

  • une espèce utilisée pour une campagne de marketing plus large fondée sur sa possession d'un trait ou plus qui séduit l'audience ciblée[8].
  • une espèce qui a la capacité de capter l'imagination du public et d'inciter les gens à supporter les actions de conservation et/ou de donner des fonds[9].
  • une espèce populaire et charismatique qui sert de symbole et de point de ralliement pour stimuler la sensibilisation à la conservation et l'action pour la conservation[10].

Le terme est parfois confondu avec celui d'espèce parapluie, d'espèce clé de voûte et d'espèce indicatrice[1]. Une espèce phare doit avant tout agir autant dans les sphères sociales et économiques pour être considérée[9].

Sélection d'un emblème[modifier | modifier le code]

Les espèces porte-drapeau devraient être sélectionnés selon certains critères précis pour avoir un maximum d'efficacité.

1-Favoriser une espèce représentative d'une région (par exemple, une espèce endémique) et qui peut représenter un symbole national[11].

2-L'espèce devrait avoir de l'importance dans l'écosystème où elle vit. La préservation d'espèces clé de voute et parapluie auront donc l'avantage d'assurer le fonctionnement optimal de l'écosystème[6]. Toutefois, il est à noter que certains mammifères, par exemple ceux qui vivent et qui migrent dans la savane, dépendent d'un environnement intact pour leur survie.

3-L'espèce devrait avoir un status précaire ou être en voie d’extinction. Plus une espèce est en danger, plus les gens sont incité à soutenir la cause[11].

4-L'espèce devrait être charismatique auprès du public et être une espèce avec laquelle les communautés qui la côtoie n'aient pas de craintes face à cet animal[12].

Quelques exemples de succès et échecs[modifier | modifier le code]

Le panda géant est une espèce porte-drapeau

Un exemple bien connu est celui du panda géant (Ailuropoda melanoleuca), qui est notamment représenté sur le logo de WWF. Le tigre du Bengale (Panthera tigris), l'éléphant d'Afrique (Loxodonta sp.) et l'éléphant d'Asie (Elephas maximus) peuvent également être qualifiés d'espèces porte-drapeau[8],[13].

Le succès d'une espèce phare varie d'une espèce à une autre et de projets en projets[14]. Le respect des bases du développement durable (sphère sociale, environnementale et économique) et la gestion de la biodiversité dans une équipe multidisciplinaire est important pour ne pas omettre des détails importants[15].

Cas du Tamarin lion doré (Leontopithecus rosalia)

La référence en termes de succès d'une espèce phare concerne le lion tamarin doré (L. rosalia) dans la forêt atlantique au Brésil. À cause de la déforestation, de l'expansion urbaine et des activités des compagnies minières, les effectifs de cette espèce ont chuté au point de frôler l'extinction dans les années 1970[16]. Conscient des pertes de biodiversité et du besoin de valoriser la forêt, le gouvernement du Brésil a adopté des programmes de conservation dont la sentinelle la plus notable fut le lion tamarin doré puisque cet animal est attirant auprès du public international, ne provoque pas la peur chez les locaux[11] et joue un rôle important dans la dispersion de plusieurs arbres à fruits[17]. Le programme multidisciplinaire aura permis d'éviter l'extinction du lion tamarin doré, de mieux connaître l'espèce grâce aux recherches entreprises dans les zoos[16] (éthologie, reproduction et besoins fondamentaux pour survivre ex-situ et être réintroduits), de reboiser la Mâta Atlantica[16], de sensibiliser la population locale[16], d'assurer un suivi de la population par des professionnels[16] en plus de faire entrer certaines lois environnementales en vigueur[18].

Cas du Panda géant (Ailuropoda melanoleuca)

Le panda géant est l'animal qui aura attiré le plus d'attention en tant qu'espèce phare et celle dont la gestion est la plus catastrophique. Entre 1963 et 1979, 12 réserves visant à protéger les pandas géants furent créées dû à la pression populaire [19]. Par la suite, un partenariat entre le WWF et le ministre Chinois des forêts prit place en 1980 pendant 12 ans dans le but de faire de la recherche biologique sur le panda géant[19]. Malgré ces actions, les pandas géants auront continué de décliner dans ces réserves. La cause la plus notable concerne le fait d'avoir négligé l'activité des communautés locales[20]. L'une des réserve les mieux connu pour une gestion de ce genre est la réserve de Wolong qui fut créé en 1962 et nommée réserve de la biosphère en 1980 pour sa riche biodiversité et ses pandas géants. Une petite population d'humains habitait déjà dans cette réserve lors de la création de la réserve. En environ 30 ans, cette population, qui dépend du bois quotidiennement pour se nourrir et se chauffer en hiver, aura réduit de façon notable l'habitat du panda au point de faire décliner la population[21]. Les pandas géants de la réserve auront passé de 145 individus en 1974 à 72 en 1986[22] . Il est à noter que la population de 2560 personnes en 1975 aura augmentée à 4329 personnes en 1998 [22]. Des réserves hydroélectriques furent érigées dans la réserve dans le but d'alimenter les gens en électricité pour que cesse la déforestation. Toutefois, cette décision n'aura pas pris compte du fait que les communautés rurales sont trop pauvres pour acheter de l'électricité [22]. Malgré le financement énorme reçu de la part du gouvernement Chinois et le WWF pour gérer cette réserve [20] , la gestion est un échec.

Plusieurs autres facteurs sont connus pour avoir contribué au déclin de cette espèce : le braconnage (l'une des causes qui stimule le plus sensibilité du public. Le braconnage est moins notable que dans le passé depuis que la peine de mort peut être imposée légalement sur des braconniers reconnus coupable d'avoir tué des pandas [23]) les besoins stricts du panda (migration à très longue distances et altitudes pour suivre le cycle du bambou [24], se nourri spécifiquement de bambou [25], l'importance du contact des rejetons avec la mère et prédation des rejetons dû au manque d'abris idéal dû aux coupes non durables [26]) et en partie dû aux zoos(population notable de pandas géants gardé en captivité par rapport au nombre restant en nature[25], échec total à être parvenu à réintroduire 1 panda avec succès en nature depuis 1936 [27] et problèmes d'accouplement des pandas géants à la suite d'un changement de comportement causé par l'absence leur habitat naturel [28] (nourriture différente, cages trop restreintes, panda enlevé trop jeune)).

En sommes, la gestion est capitale pour le succès d'une espèce phare.

Avantages de la stratégie[modifier | modifier le code]

Conservation parcimonieuse

La protection d'une espèce phare dépend de la protection de sa niche écologique. L'espèce phare agira comme un parapluie (sans pour autant être une espèce parapluie)pour les espèces vivantes qui côtoient cette dernière et bénéficieront aussi de sa protection. Plusieurs espèces phares,tel les pandas géants et les rhinocéros, ont des besoins en territoires qui sont élevés et qui sont favorables à la création de grandes réserves fauniques. Étant donné que la stratégie se centre uniquement sur une espèce, cette tactique peut permettre de protéger la biodiversité dans des endroits où il y a urgence d'agir de façon plus rapide qui pourra permettre d'éviter des extinctions imminentes[29]. Le support des communauté les plus riches du globes sont nécessaires dans les régions les plus pauvres.

Accès facilités aux fonds

La valeur d'existence des espèces phares est très élevée auprès du public. En étant émotionnellement engagé à vouloir sauvé une espèce appréciée et en danger d'extinction, les gens peuvent espérer avoir un impact en versant des fonds. Plusieurs réserves fauniques parviennent à recevoir beaucoup de financement par la présence d'espèce phares. Par exemple, le Pilanesberg National Park (Afrique du Sud) générerait 9 millions de dollars US par année à la suite de l'implantation de lions dans la réserve [30].

Implication sociale

L'implication du public permet de donner un message clair sur le désir de vouloir préserver les espèces. En plus de participer au financement, le public peut aussi mettre une certaine pression sur les autorités. À titre d'exemple, la désir de vouloir préserver le panda géant et la pression imposée par le WWF aura incité la Chine à valoriser davantage ses ressources et avoir un vaste territoire protégé (voir cas du panda géant en haut). Étant donner que des sommes importantes d'argent sont en jeu, d'autres acteurs économiques et nationaux peuvent être portés à s'impliquer.

Inconvénients de la stratégie[modifier | modifier le code]

Sensibilisation douteuse

Malgré l'aspect de sensibilisation de la stratégie, les donateurs sont souvent intéressés que par l'animal et rien d'autre. La simplification d'un problème comme la perte d'habitat se résume souvent au portait d'une espèce en détresse [14]. Dans plusieurs cas, des concepts écologiques nébuleux comme celui de la biodiversité et de la diversité génétique sont flous auprès des gens [31]. Par exemple, une étude démontre qu'une majeure partie des gens intéressés par la protection des dauphins ne comprennent pas en quoi la biologie de l'animal et son écosystème sont vitaux pour assurer sa protection [32].

Négligence

Étant donné que les zones protégées dépendent de la présence de l'espèce phare et que la stratégie n'est pas une approche par biodiversité, plusieurs zones du globe peuvent être négligées dû au manque d'espèces d.intérêts. Certaines espèces non charismatique, comme les petits mammifères[33], insectes [34] et les arthropodes sont négligés et peuvent jouer un rôle majeurs dans les chaînes trophiques et/ou certains écosystèmes. La population locale, souvent mise de côté dans les plans de gestion, peut parfois devenir hostiles comme dans le cas du pandas géant,de l'éléphant [35] et l’orang-outang. Il arrive que les préférences entre la population locale et internationale soit différentes en termes d'animaux charismatiques. Par exemple, si les Américains aiment les éléphants et les tigres, les Africains en sont effrayés et vont préférer les zèbres et les girafes qui sont une source de nourriture[36]. En Amérique et en Europe, les gens ont une vision positive des pandas géants tandis que les Chinois le considère comme un ours dangereux. Le petit panda, un animal charismatique qui vit en sympatrie avec le panda géant dans les forêts de bambous[37], pourrait être une espèce phare poentielle. Cet animal se reproduit bien dans les zoos et il est retrouvé dans plusieurs zones de l'Asie où l'endémisme est élevé[38]. Enfin, lorsque des réserves sont mises en place, les responsables de ces réserves doivent souvent affronter un dilemme dans lequel ils doivent privilégier soit le tourisme ou les mesures de protections[39].

Connaissances restreintes

Plusieurs animaux requierent plusieurs années d'études avant de pouvoir accéder à des plans de conservation efficace. Les zoos ont un grand rôles dans les recherches biologiques à long terme et la conservation ex-situ. Plus une espèce charismatique est grande, plus elle est difficile à préserver et plus les plans de conservation sont couteux. Par exemple, il aura fallu 10 ans pour comprendre comment la reproduction en captivité fonctionne chez le lion tamarin doré [18]. Chez des grands animaux comme le panda géant, plusieurs problèmes d'adaptation et les besoins stricts de l'animal rendent difficile de les garder en captivité [28]. Bien que les pandas géant soient impossibles à réintroduire en nature, certaines rumeurs avancent qu'un peuple traditionnel Chinois, les Baïmas, seraient parvenus à en réintroduire[40] et il est probable que des peuples indigènes, dont les coutumes et les connaissances traditionnelles sont menacés à l'échelle mondiale, aient des connaissances précieuses sur la préservation in-situ et la réintroduction d'animaux charismatiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Frédéric Ducarme, Gloria M. Luque et Franck Courchamp, « What are “charismatic species” for conservation biologists ? », BioSciences Master Reviews, vol. 1,‎ 2013 (lire en ligne).
  2. Frazier, J. 2005. Marine turtles: the role of flagship species in interactions between people and the Sea MAST, 3(2) and 4(1),5–38
  3. Mittermeier, R. 1988. Primate diversity and the tropical forest. Pages 145-154 in E. O. Wilson, editor. Biodiversity. National Academy Press., Washington, DC.
  4. Mittermeier, R. A. 1986. Primate conservation priorities in the Neotropical region. Pages 221-240 in K. Benirschke, editor. Primates: The road to self-sustaining populations. Springer- Verlag, New York
  5. Veríssimo, D., I. Fraser, R. Bristol., J. Groombridge, and D. MacMillan. 2009. Birds as tourism flagship species: A Case Study on Tropical Islands. Animal Conservation 12:549-558.
  6. a et b Leader-Williams, N., and H. T. Dublin. 2000. Charismatic megafauna as ‘flagship species'. Pages 53–81 in A. Entwistle, and N. Dunstone, editors. Priorities for the Conservation of Mammalian Diversity: Has the Panda Had Its Day. Cambridge University Press
  7. Guiney, M.S., Oberhauser K.S. (2008) Insects as flagship conservation species. Terr Arthropod Rev 1, 111–123.
  8. a, b et c Veríssimo, D., D. C. MacMillan, and R. J. Smith. 2011. Toward a systematic approach for identifying conservation flagships. Conservation Letters 4:1-8.
  9. a et b Walpole, M.J., Leader-Williams N. (2002) Tourism and flagship species in conservation. Biodiversity Conservation 11, 543–547.(Walpole & Leader-Williams 2002)
  10. Heywood, V.H. (1995) Global biodiversity assessment. Cambridge University Press, Cambridge.
  11. a, b et c Dietz J. M, Dietz L. A et Nagagata E. Y (1993), The effective use of flagship species for conservation of biodiversity: the example of lion tamarins in Brazil dans Creative conservation: interactive management of wild and captive animals, Chapman et Hall.,P: 32-49.
  12. Linnell, J. D. C., Swenson. J. E., et Anderson, R. (2001). Predators and people: conservation of large carnivores is possible at high human densities if management policy is favourable. Animal Conservation 4. 345-349.
  13. Barua, M., J. Tamuly, and R.A.Ahmed. 2010. Mutiny or clear sailing: examining the role of the Asian elephant as a flagship species. Human Dimensions of Wildlife 15(2):145-160.
  14. a et b Entwistle A. C, Mickleburgh S. et Dunstone N. (2000), Mammal conservation: current contexts and opportunities dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p.1-7
  15. Feistner T. C. et Mallinson J. J. C. 2000. A recipe for species conservation: multidisciplinary ingredients. Pages 309–323 in A. Entwistle, and N. Dunstone, editors. Priorities for the Conservation of Mammalian Diversity: Has the Panda Had Its Day. Cambridge University Press
  16. a, b, c, d et e Kleiman D. G et Mallinson J. J. C (1998), Recovery and management committees for Lion Tamarins: Partnerships in conservation planning and implemention, Conservation Biology, volume 12: 27-38
  17. Andresen E. (2000), Ecological roles of mammals: the case of seed dispersal dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3: 11-25
  18. a et b Russo G (2009), Biodiversity: Biodiversity' bright spot, Nature, Volume 462, p. 266-269
  19. a et b Reid D. G (1994), The focus and role of biological research in giant panda conservation, International association for bear research and management, Volume 9, p. 23-33
  20. a et b Liu J., Ouyang Z., Taylor W. W, Groop R., Tan Y. et Zhang H. (1999), A framework for evaluating the effects of human factors on wildlife habitat: the case of giant panda, Conservation Biology, Volume 13, p. 1360-1370
  21. Linderman M. A, An L., Bearer S., He G., Ouyang Z. et Liu Jianguo (2006), Interactive effects of natural and human disturbances on vegetation dynamics across landscapes, Ecological applications, Volume 16, p. 452-463
  22. a, b et c An L., Lupi F., Liu J., Linderman M. A et Huang J. (2004), Modeling the choice to switch from fuelwood to electricity. Implications for giant panda habitat conservation, Ecological economics, Volume 42, p. 445-457
  23. Reid D.G et Gong J. (1999), Giant panda conservation plan dans Bears Status survey and conservation action plan, IUCN Bear specialist group, p. 241-254
  24. Loucks C. J, Zhi L., Dinerstein E., Dajun W., Dali F. et Hao W. (2003), The giant pandas of the Qinling mountains, China: a case study in designing conservation landscapes for elevational migrant, Conservation Biology, Volume 17, p. 558-565
  25. a et b Carter J, Ackleh A. S, Leonard B. P et Wang H. (1999), Giant panda (Ailuropoda melanoleuca) population dynamics and bamboo (sunfamily Bambusoideae) life history: a structured population approach to examining carrying capacity when the prey are semelparous, Ecological modeling, Volume 123, p.207-223
  26. Zhou Z. et Pan W. (1997), Analysis of the viability of a giant panda population, Journal of applied ecology, Volume 34, p.363-374
  27. Kontoleon A et Swanson T (2003), The willingness to pay for property rights for the giant panda: can a charismatic species be an instrument for nature conservation?, Nature economics, Volume 79, p.483-499
  28. a et b Zhi L., Wenshi P., Xiaojian Z., Dajun W. et Hao W.,2000, What has the panda taught us? dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p.325-334
  29. Simberloff D (1997), Flagship, umbrellas, and keystones: is single-species management passé in the landscape era?, Biological conservation, Volume 83, p. 247-255
  30. SERGIO F., I. NEWTON, L. MARCHESI and P. PEDRINI (2006) , Ecologically justified charisma: preservation of top predators delivers biodiversity conservation, Journal of Applied Ecology,volume 43:1049–1055
  31. Bright P. W et Morris P. A (2000), Rare mammals, research and real politik: priorities for biodiversity and ecology? dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p. 141-155
  32. Barney E. C, Mintzes J. J et Yen C-F. (2005), Assessing knowledge, attitudes, and behavior toward charismatic megafauna: The case of dolphins, The Journal of Environmental Education, Volume 36, p. 41–55
  33. Entwistle A. C et Stephenson P. J. (2000),Small mammals and the conservation agenda dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p. 119-139
  34. New T. R (2011), Launching and steering flagship Lepidoptera for conservation benefit, Journal of threatened taxa, Volume 3, p. 1805-1817
  35. Muruthi P., Price M. S,Soorae P., Moss C. et Lanjouw A. (2000), Conservation of large mammals in Africa. What lessons and challenges for the future? dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p. 207-219
  36. Leader-Williams N. et Dublin H. T (2000), Charismatic megafauna as “flagship species” dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p.53-81
  37. Wei F., Feng Z., Wang Z. et Hu J. (2000), Habitat use and separation between the giant panda and the red panda, Journal of mammalogy, volume 81, p.448-455
  38. Harris R. B (2007), Wildlife conservation in China: Preserving the habitat of China’s wild West, M.E. Sharpe, 341 p.
  39. Goodwin H. J. Leader-Williams N. (2000),Tourism and protected areas- distorting conservation priorities towards charismatic megafauna? dans Priorities for the conservation of mammalian diversity, Cambridge university press, Volume 3, p. 53-81
  40. Yaofeng L., Liu J. et Zhang D. (2009), Role of traditional beliefs of Baima Tibetans in biodiversity conservation in China, Forest ecology and management, Volume 257, p. 1995-2001

Liens externes[modifier | modifier le code]