Esmeraldas (province)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Esmeraldas.
Province d'Esmeraldas
Image illustrative de l'article Esmeraldas (province)
Image illustrative de l'article Esmeraldas (province)
Administration
Pays Drapeau de l'Équateur Équateur
Capitale Esmeraldas
Démographie
Population 534 092 hab. (2010)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Superficie 15 239 km2

La province d'Esmeraldas est une subdivision de l'Équateur. Sa capitale est Esmeraldas.

La province partage son nom avec le fleuve río Esmeraldas.

Cantons[modifier | modifier le code]

La province est divisée en 8 cantons :

  1. Atacames (Atacames)
  2. Eloy Alfaro (Valdéz)
  3. Esmeraldas (Esmeraldas)
  4. La Concordia (La Concordia)
  5. Muisne (Muisne)
  6. Quinindé (Rosa Zárate)
  7. Río Verde (Rioverde)
  8. San Lorenzo (San Lorenzo)

Population[modifier | modifier le code]

Les Afro-Équatoriens sont relativement concentrés dans cette province où ils représentent environ 44 % de la population en 2010.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le nord de la province est un point chaud de biodiversité de l'ensemble Tumbes-Chocó-Magdalena, remarquable du fait de l'isolement de cette zone climatique très humide depuis plusieurs millions d'années.

90% de la forêt primaire d'origine a été détruite au XXe siècle, et 100 000 hectares supplémentaires ont été détruits entre 2000 et 2013, ne laissant à la forêt primaire que 5% de sa surface d'origine[1]

On y trouve la «Laguna de Cube», une réserve écologique de 113 hectares. C'est un lac de l'extrémité sud-est des montagnes Mache-Chindul dans la région du Chocó, caractérisé par un écosystème lacustre composé d'une masse d'eau permanente et d'une superficie étendue de marais et de zones inondables. La réserve abrite 23 espèces de mammifères, 40 espèces d'oiseaux et 11 de reptiles.

Un projet de 500 hectares de réserve a été lancé le long du Río Canandé pour protéger l'une des 7000 espèces d'orchidées de la région, la remarquable Dracula felix[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Conservationists propose Dracula Reserve in Ecuador », Morgan Erickson-Davis, Mongabay.com, October 24, 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]