Escherichia coli O104:H4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Escherichia coli O104:H4 est une souche entérohémorragique rare de la bactérie Shiga Toxine Escherichia Coli, connue pour être la cause de l’épidémie de syndrome hémolytique et urémique de 2011 en Europe[1]. Le « O » de la classification sérologique sert à désigner l’antigène lipopolysaccharide de la paroi cellulaire, alors que le « H » désigne l’antigène flagellaire.

Le séquencage du génome de la souche réalisé au Beijing Genomics Institute, à Shenzhen, en Chine, a révélé que celle-ci était « nouvelle souche hyper-toxique », un hybride, qui a acquis une partie de sa virulence de souches entéroaggrégatives d'E. coli (EAEC), par transfert horizontal de gènes[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Premiers cas[modifier | modifier le code]

24 mai 2011 : les autorités sanitaires allemandes s'inquiètent de la propagation rapide de l’Escherichia coli entérohémorragique (ECEH), qui serait à l’origine de trois décès dans le nord du pays, en sus de centaines de cas recensés au cours des deux dernières semaines[4],[5]. L’épidémie touche également la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni et les Pays-Bas[6],[7].

Premières errances[modifier | modifier le code]

26 mai 2011 : alors que la transmission de la bactérie s’opère d’ordinaire par le biais de la viande ou du lait, la Commission européenne lance une alerte pour informer que l’un des facteurs identifiés contribuant à l’essaimage de l’infection serait imputable à la consommation de concombres contaminés, provenant d’Espagne[8],[6],[9].

27 mai 2011 : les concombres espagnols étant soupçonnés d'être à l’origine de l'infection bactérienne qui sévit dans différents pays européens[10], dont essentiellement l’Allemagne, Madrid adopte des mesures prophylactiques, en suspendant de facto les activités liées à deux distributeurs, soupçonnés d’exporter des produits contaminés par une bactérie pathogène, mâtinée d’une toxicité potentiellement mortifère[11],[10].

Essaimage européen[modifier | modifier le code]

28 mai 2011 : trois cas suspects d’intoxication alimentaire, liée à la bactérie qui s’est essaimée en Allemagne, sont détectés en France[12].

29 mai 2011 : après avoir provoqué la mort de dix personnes en Allemagne, en sus de centaines de personnes infectées, la source de la contamination n’est toujours pas clairement identifiée ; le syndrome se répand dans plusieurs pays européens[7].

30 mai 2011 : à la suite de deux nouveaux décès, annoncés dans l'après-midi, le bilan, en Allemagne, s’élève désormais à 14 morts[13], tous directement liés à la contamination incriminée. Par ailleurs, certains hôpitaux, sis dans le nord de l’Allemagne, sont submergés de cas relevant d’infections par la bactérie Escherichia coli entérohémorragique (ECEH). Selon les dernières données en vigueur et actuellement disponibles[note 1], la piste d’un dénominateur commun – dont le vecteur infectieux serait subordonné à la consommation de légumes crus – paraît de plus en plus plausible[13].

31 mai 2011 : un nouveau décès – directement imputable aux conséquences séquellaires résultant de la contamination par l’ECEH – survient, pour la première fois, hors territoire allemand, soit : en Suède[14]. Cet événement vient grossir le bilan établi qui fait désormais état – à titre provisoire – de 16 morts cumulées[14]. Rosa Aguilar, ministre espagnole de l'Agriculture, requiert l’élaboration d’une « solution européenne », visant à contrer la chute des ventes de légumes, à la suite de la découverte de lots de concombres potentiellement contaminés par la bactérie[14]. Ladite ministre remet également en cause la gestion de la polémique par Berlin[14]. Par ailleurs, une équipe de chercheurs met au point une technique de dépistage de l’ECEH[14].

Origine mystérieuse[modifier | modifier le code]

1er juin 2011 : les concombres – initialement suspectés d’être les vecteurs transmissifs de la pathologie – sont potentiellement mis hors de cause. Selon Bruxelles, il semblerait dès lors apparoir que, en l’état, l’origine fondamentale de l’épidémie – tout comme celle du (ou des) facteur/s causal/aux, qui participerait/ent à sa dissémination factuelle – ne peut encore être clairement identifiée, nonobstant les présomptions liminaires, elles-mêmes devenues caduques, après examens circonstanciés exhaustifs[15].

Indemnisations requises[modifier | modifier le code]

1er juin 2011 : Madrid réclame l’indemnisation de son secteur agricole, au sujet duquel elle reproche aux autorités de surveillance d’avoir précipitamment et injustement attribué une alléguée responsabilité génitrice, dans l’émergence de l’épidémie[15]. Par extension, le gouvernement espagnol envisage d’intenter une action légale à l’encontre des autorités de Hambourg, en réaction implicite aux imputations antérieures, ayant inopportunément incriminé les concombres espagnols comme vecteurs hypothétiques de la contamination[15]. L’Allemagne enregistre son 17e décès[15].

Diffusion en Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

2 juin 2011 : l’épidémie touche la Grande-Bretagne[16] : sept nouveaux cas ont été confirmés et, à l’instar des autres malades, tous ont transité par l’Allemagne[16].

Embargo de la Russie[modifier | modifier le code]

1er juin 2011 : La Russie stoppe l'importation de légumes en provenance de l’Union européenne[17].

Identification de la bactérie[modifier | modifier le code]

1er juin 2011 : alors que les concombres andalous sont officiellement mis hors de cause[18], l’organisation mondiale de la santé (OMS/WHO) révèle que la souche bactérienne d’Escherichia coli entérohémorragique (ECEH) présentement incriminée – O104-H4, STEC – n'aurait été identifiée qu’une seule fois, en Corée, en 2005, mais jamais en situation épidémique[19],[20]. Les premières analyses génétiques suggèreraient qu'il se pourrait aussi éventuellement agir d'une mutation[20],[19], constituée de plusieurs bactéries conglomérées, hypothétiquement porteuses – pour certaines d’entre elles – de gènes potentiellement mortels[20], ce qui, le cas échéant, expliquerait la fulgurante dangerosité corrélée à l’ampleur de ce type d’épidémie[19],[21].

3 juin 2011 : le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, basé à Stockholm, confirme l’identification nominative de l’agent infectieux[19]. Il s'agirait d’une bactérie Escherichia coli, affiliée à une souche rare, jamais détectée (jusqu’ici) dans une déclinaison épidémique[19],[20]. Son appellation en serait la suivante : « 0104:H4 » ou, plus exhaustivement : → « Stx2-positive, eae-négative, hly-négative, ESBL, aat, aggR, aap[19] ».

Mystère croissant[modifier | modifier le code]

En dépit des 199 nouveaux cas de contamination enregistrés, il semblerait que l’épidémie tendrait à se stabiliser[22]. Néanmoins, le mystère s'épaissit, quant au vecteur causal de transmission, dont l’origine et l’identité, en l’état, persistent à demeurer incertaines, inconnues, sujettes à caution, voire en proie à diverses extrapolations contradictoires[23],[22]. L’Institut Robert Koch – chargé de la veille sanitaire, en Allemagne – continue de recommander aux consommateurs d’éviter la consommation de légumes crus, quelles qu’en soient la provenance et/ou l’origine[23]. Même version, du côté du directeur de l’Institut fédéral d'évaluation des risques, Andreas Hensel, qui déclare, en substance : « La provenance des produits importe peu[23] ».

Embargo libanais[modifier | modifier le code]

3 juin 2011 : suivant l’exemple de la Russie, le Liban, à son tour, interdit les légumes européens[24].

Vecteur inconnu[modifier | modifier le code]

4 juin 2011 : les recherches stagnent[25]. Le vecteur de la contamination persiste à demeurer non encore identifié[25]. Les explorations circonstanciées de diverses autres pistes adjacentes[note 2] – visant à retracer le parcours ou l’origine de la contamination – se sont soldées par un échec, dans le sens qu’elles n’ont pas réussi à être corroborées par des éléments de preuve suffisamment tangibles pour être subséquemment accréditées[25]. La flambée épidémique causée par l’ECEH – ou syndrome hémolytique et urémique (SHU) – continue sa progression en Allemagne, selon l’Organisation mondiale de la santé, qui publie son 7e bulletin informatif[26].

Graines germées suspectées[modifier | modifier le code]

5 juin 2011 : 22 décès résultent désormais du SHU, lui-même entraîné par un contact liminaire – encore non identifié – avec l’ECEH[27]. Une nouvelle piste est évoquée par Gert Lindemann – ministre de l’Agriculture du Land de Basse-Saxe : elle pourrait impliquer une contamination survenue par le biais de graines germées, parmi lesquelles figureraient des haricots mungos, plus communément connus sous le nom de « germes de soja[27] ». Le résultat d’analyses plus formelles est attendu pour le lundi 6 juin 2011[27].

6 juin 2011 : 18 déclinaisons de graines germées – dont celles issues des haricots mungos, des brocolis, des lentilles ou encore des radis – sont suspectées de véhiculer l’ECEH[27] et d’être ainsi potentiellement responsables des pathologies récurrentes liées au SHU épidémique. Les investigations se focalisent notamment sur une entreprise spécifique[28], située dans l'arrondissement d’Uelzen[27]. Au cours d'une conférence de presse à Hanovre, Gert Lindemann – ministre de l’Agriculture du Land de Basse-Saxe déclare : « La preuve définitive n'en a pas encore été apportée […] ; les présomptions sont toutefois si fortes que nous devons recommander aux consommateurs de renoncer – pour l'instant – à la consommation de graines germées[27] ». Les exploitants de la ferme « bio » allemande « Gärtnerhof[28] », soupçonnés d'être indirectement à l'origine de l’épidémie, font part de leur consternation, face aux imputations larvées portées à leur encontre[29] : ils affirment n’utiliser strictement aucun engrais dans leur culture et, selon eux, aucun animal ne se trouverait localisé sur leurs exploitations agricoles[29]. En fin de journée, les premiers résultats des analyses de laboratoire n’ont pas permis de retrouver l’agent infectieux dans les graines germées[30] : sur 40 prélèvements déjà effectués, les 23 premiers échantillons analysés s’avèrent négatifs[30]. L’alerte est cependant maintenue, eu égard au faisceau de convergences qui pourrait encore allusivement cibler l’entreprise précitée[28],[29],[30], notamment la perspective d’une possible contamination « antérieure[30],[note 3] », voire un éventuel incident transitoire, impliquant fortuitement la chaîne de livraison[30], compte tenu du fait que plusieurs récipiendaires de la marchandise semblent avoir subséquemment révélé de nombreuses occurrences infectieuses à la chaîne par l’ECEH[30]. Le bilan actuel fait désormais état de 25 morts[31],[note 4], en sus de plus de 2200 cas de contaminations et complications pathologiques enregistrées en Europe[30]. L’incertitude et le mystère continuent à planer sur l’identification originelle du vecteur causal[31].

Dédommagements alloués[modifier | modifier le code]

6 juin 2011 : La présidence hongroise de l’UE convoque l’ensemble des ministres européens de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire à une réunion extraordinaire, qui doit se tenir le 7 juin 2011, à Luxembourg[29] : thème central essentiellement axé sur les conséquences sanitaires et économiques subordonnées à l’épidémie de SHU, elle-même implicitement liée à l’essaimage de la bactérie ECEH[29].

8 juin 2011 : l’issue de la réunion intra-européenne précitée aboutit à une première proposition d’indemnisation[33], rendue publique, par l’entremise du commissaire européen : Dacian Cioloş[33]. Un dédommagement liminaire, substantiel, de 180 millions d’euros, sera initialement alloué, à dessein de compenser – à hauteur de 30 % – les pertes financières endurées par les producteurs de légumes, eux-mêmes affectés par les conséquences économiques résultant de l’épidémie d’ECEH[33]. Ce montant pourrait potentiellement permettre de renflouer environ 20 % à 66 % du manque à gagner, découlant des stocks de légumes invendus, dont les maraîchers sont concomitamment victimes[33]. Alors que la source de la contamination demeure encore inconnue, l’Allemagne paraît observer une baisse sensible des cas de contamination[34]. L’alarmisme – dont auraient fait preuve les autorités allemandes – est critiqué, notamment en raison des données et informations contradictoires qu’il aurait suscité, en sus des accusations arbitraires portées à l’encontre des agriculteurs, lesquels auraient été désignés – « à tort » – comme constituant le canevas originel de l’épidémie[34].

Nouveaux décès[modifier | modifier le code]

8 juin 2011 : deux nouvelles incidences fatales de l’ECEH, survenues ce jour, portent le nombre des décès à 27[35],[note 4]. Par ailleurs, on dénombre plus de 300 nouveaux cas de contamination par la même souche bactérienne[35].

Contaminations annexes[modifier | modifier le code]

8 juin 2011 : La bactérie « Escherichia coli O104:H4[19] » est décelée à Magdebourg[note 5], à partir des restes décomposés d’un concombre, extrait d’une poubelle à compost, appartenant à une famille elle-même contaminée[note 5],[36],[37],[38],[39].

9 juin 2011 : le 30e décès – dû à la bactérie « Escherichia coli O104:H4 – est enregistré en Allemagne[40]. Cependant, le nombre de contaminations continue à baisser[40]. Une bactérie de type ECEH est détectée, en Thaïlande, sur des avocats[40]. Toutefois, on ignore encore s’il s’agit de la même souche[40]. Idem pour des pousses de betteraves néerlandaises, exportées vers l’Allemagne et la Belgique[40] !

Revalorisation des produits agricoles[modifier | modifier le code]

9 juin 2011 : Diego Lopez Garrido – ministre espagnol aux Affaires européennes – et son homologue allemand, Werner Hoyer, s’accordent à trouver conjointement un terrain d’entente, visant à revaloriser les produits issus de l’agriculture ibérique, injustement discriminés, selon eux, par les mesures prophylactiques précédentes. Il est convenu que le gouvernement espagnol ne réclamerait pas de compensations directes auprès de l’Allemagne, quand bien même demeurerait ouverte la perspective que, de leurs côtés, des producteurs espagnols privés puissent hypothétiquement intenter une procédure en aparté[40]. Marian Bestelink, porte-parole des autorités sanitaires néerlandaises, annonce le retrait de la vente de pousses de betteraves suspectes, issues d’une production néerlandaise, après la découverte de lots contaminés par une variante de l’ECEH[note 6],[41].

Graines germées accusées[modifier | modifier le code]

10 juin 2011 : les contaminations à l’Escherichia coli O104:H4 rendraient de facto les graines germées responsables[42],[43], bien qu’aucune trace de cette bactérie n’ait jamais réussi à être décelée dans leurs analyses[44],[32]. Toutefois, il semblerait qu’un « faisceau d’indices » concordants permettrait de les incriminer[44],[32]. Cette conclusion est publiquement annoncée par Reinhard Burger[45], lors d’une conférence de presse triptyque, ayant réuni les organismes étatisés suivants : l’Institut Robert Koch, l’Office fédéral pour la protection des consommateurs et la sécurité alimentaire et l’Institut fédéral d'évaluation des risques[32]. Trois nouveaux décès sont enregistrés en Allemagne[32]. Le nouveau bilan fait état de 33 morts[note 4],[32] et environ 3000 malades[32], recensés dans 14 pays, au cours des cinq dernières semaines[32].

Indemnités complémentaires[modifier | modifier le code]

11 juin 2011 : Gerd Sonnleitner – président de la Fédération des agriculteurs allemands (DBV) – demande à l’UE d’accroître le montant de l’aide allouée aux agriculteurs européens, eux-mêmes touchés de plein fouet par les conséquences économiques résultant de la flambée épidémique d’ECEH[46].

Graines germées incriminées[modifier | modifier le code]

11 juin 2011 : Bien que les graines germées soient « officiellement » désignées comme responsables[32], des doutes subsistent quant au vecteur causal originel de l’épidémie, d’autant que les autorités sanitaires thaïlandaises signalent désormais l’existence de choux-fleurs contaminés, importés d’Europe[47],[46]. Des analyses complémentaires sont en cours, afin de confirmer – ou d’infirmer – l’hypothèse selon laquelle il se pourrait agir de la même souche bactérienne que celle antérieurement décelée en Allemagne, à savoir : Escherichia coli O104:H4[46].

12 juin 2011 : des analyses complémentaires paraissent confirmer la plausibilité d’une interaction imputable à une contamination survenue par le biais des graines germées[48]. Le bilan mortifère passe à 35 décès[49].

Bilan épidémiologique[modifier | modifier le code]

12 juin 2011 : Nele Boehme, de l’Institut fédéral d'évaluation des risques (BfR) déclare que, « jusqu'à ce jour, cette vague de cas d'ECEH et de syndrome hémolytique et urémique (SHU), en Allemagne, est la plus importante jamais recensée dans le monde[note 4],[49] ».

13 juin 2011 : 36e décès recensé[50] ;

14 juin 2011 : les suites fatales d’une contamination par la bactérie affectent – pour la première fois – un enfant en bas âge[51].

Le bilan – provisoire – fait état de :

  • une centaine de cas graves, comportant une détérioration des fonctions rénales[52] ;

25 juin 2011 – le bilan mortifère européen s’accroît : 43 décès[54].

Nouveaux cas en France[modifier | modifier le code]

25 juin 2011 : de nouveaux cas d’intoxications alimentaires – impliquant apparemment à nouveau certains types de graines germées[note 8] – se produisent en France, à Bordeaux[54] : dix patients contaminés, dont plusieurs cas de SHU[note 7] ; l’un des malades est en réanimation. Selon l’Agence régionale de santé française, l’agent causal pourrait être le même que celui antérieurement détecté en Allemagne, soit : Escherichia coli O104:H40104[54].

Pathogénie[modifier | modifier le code]

L’une des particularités de cette épidémie est qu’elle cible l’adulte[53], alors que le syndrome hémolytique et urémique[note 7] atteint essentiellement le jeune enfant.

L’autre particularité repose sur la source même de la contamination : végétale ... et non animale comme pour le syndrome hémolytique et urémique classique.

L’infestation, dans un organisme humain, par Eschechiria Coli 0104:H4, produirait des shiga-toxines (STEC), dont l’invasion s’avérerait actuellement réfractaire à presque toute forme d’antibiothérapie[23].

Traitement[modifier | modifier le code]

3 juin 2011 : L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santéafssaps – autorise l'utilisation de l’éculizumab[55], selon le protocole consensuel allemand : patient avec diagnostic avéré et atteinte neurologique[55],[note 9].

11 juin 2011 : les éditeurs du New England Journal of Medicine[56] décident d’anticiper la date de publication d’un article[note 9], dont la teneur intrinsèque décrirait les observations cliniques résultant d’un nouveau traitement médicamenteux : son action, allopathique, ciblerait les manifestations pathogènes[note 7] succédant à une contaminations par la bactérie Escherichia coli O104:H4[57],[56].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Données collectées, compilées, comparées, auxquelles s’ajoutent les recueils de témoignages des patients, dont l’anamnèse semble obéir à un pattern récurrent.
  2. Par exemple, ont été respectivement mis en équation : la probabilité d’une propagation de l’infection, au cours d’une fête ayant eu lieu sur le port de Hambourg[25] (qui, du 6 au 8 mai 2011, a rassemblé 1,5 million de personnes), ainsi que l’indice impliquant potentiellement un restaurant de Lübeck[25], sis dans le Schleswig-Holstein (nord), dont 17 clients auraient été contaminés. Sans résultat ! Les conclusions ont formellement démenti les soupçons précités[25].
  3. Le cas échéant, la perspective d’une possible contamination antérieure pourrait alors expliquer que la bactérie ne soit désormais plus décelable à l’analyse, dans les échantillons de graines germées actuellement à disposition.
  4. a, b, c et d En date du 12 juin 2011, sont répertoriés, à la suite des conséquences engendrées par la contamination épidémique par l’Escherichia coli O104:H4 : 34 décès survenus en Allemagne[32] et 1 en Suède[32].
  5. a et b Magdebourg se trouve en Saxe-Anhalt, à près de 240 km de Hambourg, foyer de l'épidémie ; cette distance géographique pose une interrogation supplémentaire aux enquêteurs, sachant que, selon ses dires, la famille atteinte par la maladie n’aurait pas voyagé dans le secteur incriminé.
  6. La variante d’Escherichia coli découverte sur le lot de betteraves néerlandaises diffère sensiblement de celle – potentiellement létale – ayant sévi en Allemagne. Bien que, en l’état, ladite variante ne semble pas présenter de réel danger immédiat, le retrait des lots contaminés paraît relever essentiellement d’un principe de précaution prophylactique.
  7. a, b, c et d Le SHU ou « syndrome hémolytique et urémique » constitue l’une des conséquences pathologiques les plus graves – potentiellement létales – découlant d’une contamination par la bactérie Escherichia coli O104:H4.
  8. Les graines germées, suspectées d’être à l’origine de la contamination survenue à Bordeaux[54], relèveraient de celles produites à partir de semis de fenugrec, de moutarde et de roquette.
  9. a et b L’article décrivant l’action curative de ce nouveau médicament – et destiné à être publié dans les colonnes du New England Journal of Medicine – avait déjà été réceptionné en février 2011 par l’éditeur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (en) EHEC O104:H4, causing a severe outbreak in Germany, mai 2011
  2. (en) « BGI Sequences Genome of the Deadly E. Coli in Germany and Reveals New Super-Toxic Strain », BGI,‎ 2011-06-02 (consulté le 2011-06-02)
  3. (en) David Tribe, « BGI Sequencing news: German EHEC strain is a chimera created by horizontal gene transfer »,‎ 2011-06-02 (consulté le 2011-06-02).
  4. [vidéo] [audio] Une bactérie meurtrière se propage en Allemagnetsrinfo.ch – 24.05.2011, à 15:34 – mise à jour : 26.05.2011, à 13:27.
  5. [PDF] Infections dues à l'EHEC en Allemagne. Document publié par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), sous l’égide du Département fédéral de l'intérieur – (DFI) – 25 mail 2011.
  6. a et b En Europe, l'épidémie liée aux concombres s'étendLe Figaro, actualité santé, 27 mai 2011 21:42.
  7. a et b [vidéo] [audio] Escherichia coli entérohémorragiques (ECEH) : la contamination s’étend en Europetsrinfo.ch – 29.05.2011, à 18:09 – mise à jour : 29.05.2011, à 19:18.
  8. Bruxelles alerte sur des concombres contaminés venant d’Espagne. Le Monde, avec AFP – 27 mai 2011, 08:18 – mise à jour : 27 mai 2011, 08:25
  9. Cette bactérie qui sème la panique en Allemagne, par Chloé Durand-Parenti : « Gilles Salvat, de l’Agence nationale de sécurité sanitaire des aliments, dresse le portrait de l’ECEH », lepoint.fr, publié le 26 mai 2011 à 19:17, modifié le 26 mai 2011 à 19:18.
  10. a et b Escherichia coli entérohémorragique (EHEC ou VTEC) : communiqué de l’Office fédéral de la santé publique – OFCP – 27 mai 2011.
  11. [vidéo] [audio] Bactérie Escherichia coli : Madrid prend des mesurestsrinfo.ch – 27 mai 2011, 22:30 – mise à jour : 28 mai 2011, 17:55
  12. Interrogations sur les concombres contaminés en France : lepoint.fr – Publié le 28 mai 2011 à 17:34 – Modifié le 29 mai 2011 à 16:36
  13. a et b [vidéo] [audio] Concombres toxiques : la bactérie se propagetsrinfo.ch – 30 mai 2011, 15:13 – mise à jour : 30 mai 2011, 23:41
  14. a, b, c, d et e [vidéo] [audio] Bactérie Escherichia coli entérohémorragiques (ECEH) : critiques espagnoles et bilan alourditsrinfo.ch – 31 mai 2011, 12:50 – mise à jour : 31 mai 2011, 22:38.
  15. a, b, c et d [vidéo] [audio] Bactérie Escherichia coli entérohémorragiques (ECEH) : source toujours pas découvertetsrinfo.ch – 1er juin 2011, 07:11 – mise à jour : 1er juin 2011, 22:57.
  16. a et b Bactérie mortelle. L'épidémie s'étend : sept malades en Grande-BretagneLe Télégramme1er juin 2011, 21:30.
  17. [vidéo] [audio] Bactérie ECECH : Moscou bannit les légumes européenstsrinfo.ch – 2 juin 2011, 08:33 – mise à jour : 2 juin 2011, 13:27.
  18. [vidéo] Bactérie ECEH en Europe : les concombres espagnols ont été mis hors de cause 12:45 le journal – tsr.ch – 2 juin 2011, 12:45.
  19. a, b, c, d, e, f et g [vidéo] [audio] La bactérie provient d'une souche jamais détectéetsrinfo.ch – 2 juin 2011, 08:38 – mise à jour : 3 juin 2011, 08:21.
  20. a, b, c et d Une nouvelle souche de bactérie E. coli à l’origine de l'épidémie européenne : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirme que la typologie relative à la bactérie Escherichia coli entérohémorragique (ECEH), présente dans plusieurs pays européens, relève d’une souche rare … jamais détectée auparavant dans un contexte épidémique – radio-canada.ca – 2 juin 2011 – mise à jour : 2 juin 2011, 15 :15 HAE.
  21. [vidéo] [audio] Tout savoir sur la bactérie ECEH et ses conséquences : dossier informatif sur l’épidémie d’ECEH, avec mises à jour ponctuelles, au fur et à mesure de l’évolution de la situation – articles, documents audiovisuels, vidéos librement consultables en streaming, etc. – tsrinfo.ch – 2 juin 2011, 15:58 – mise à jour : 6 juin 2011, 12:14.
  22. a et b [vidéo] [audio] L'épidémie due à la bactérie ECEH se stabilisetsrinfo.ch – 3 juin 2011, 12:00 – mise à jour : 2 juin 2011, 17:23.
  23. a, b, c et d Une bactérie tueuse qui garde tout son mystère, par FTV (avec agences) – 3 juin 2011, 16:12.
  24. Bactérie tueuse : le Liban interdit les légumes européensleParisien.fr – 3 juin 2011, 08:24 – mise à jour : 3 juin 2011, 16:26.
  25. a, b, c, d, e et f [vidéo] [audio] Bactérie tueuse : son origine reste inconnuetsrinfo.ch – 4 juin 2011, 21:33.
  26. Allemagne – Flambée épidémique causée par ECEH : 7e bulletin, publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS/WHO) – l’E. coli entérohémorragique (ECEH) continue sa progression – euro.who.int – 4 juin 2011.
  27. a, b, c, d, e et f [vidéo] [audio] Bactérie tueuse: des graines germées en cause ?tsrinfo.ch – 5 juin 2011, 17:14 – mise à jour : 6 juin 2011, 09:03.
  28. a, b et c (de) gaertnerhof.org – site web de la ferme Gärtnerhof, sise à Bienenbüttel : ses cultures « bio » de graines germées seraient potentiellement soupçonnées d’avoir été contaminées par l’ECEH et, consécutivement, d’être – hypothétiquement – à l’origine de l’épidémie de SHU – consulté le : 6 juin, 2011, 14:37.
  29. a, b, c, d et e [vidéo] [audio] Bactérie tueuse : Bactérie tueuse : compensations aux agriculteurstsrinfo.ch – 6 juin 2011, 10:36 – mise à jour : 6 juin 2011, 14:12.
  30. a, b, c, d, e, f et g [vidéo] [audio] Premières analyses de graines négativestsrinfo.ch – 6 juin 2011, 16:50 – mise à jour : 7 juin 2011, 15:05.
  31. a et b [vidéo] [audio] L'origine de la bactérie tueuse demeure mystérieusetsrinfo.ch – 7 juin 2011, 14:39 – mise à jour : 8 juin 2011, 15:03.
  32. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j [vidéo] [audio] Bactérie tueuse : graines germées « coupables »tsrinfo.ch – 10 juin 2011, 10:55 – mise à jour : 10 juin 2011, 20:59.
  33. a, b, c et d Escherichia Coli : Bruxelles réévalue les compensations, par Ana Lutzky – usinenouvelle.fr – 8 juin 2011.
  34. a et b [vidéo] [audio] Baisse des cas d'infection à la bactérie Ecehtsrinfo.ch – 8 juin 2011, 11:06 – mise à jour : 8 juin 2011, 15:03.
  35. a et b [vidéo] [audio] Deux nouveaux décès dus à la bactérie Ecehtsrinfo.ch – 8 juin 2011, 11:06 – mise à jour : 8 juin 2011, 15:03.
  36. Bactérie Eceh : l’agent pathogène découvert dans une poubelleleparisien.fr – 8 juin 2011, 10:13 – mise à jour : 8 juin 2011, 22:58
  37. La bactérie tueuse a été retrouvée sur un concombre, dans une poubelle, en Allemagne20minutes.fr – 8 juin 2011, 20:47.
  38. (de) EHEC in der Mülltonne : eine wenig hilfreiche Entdeckung Aktualisiert am Mittwoch – focus.de – 8 juin 2011, 21:47.
  39. (de) [vidéo] EHEC – Bakterien auf Gurkenrest nachgewiesen : focus.de / Reuters – 8 juin 2011, 21:32. Durée : 01:58 Min.
  40. a, b, c, d, e et f [vidéo] [audio] Il y a désormais 30 décès dus à la bactérie ECEHtsrinfo.ch – 9 juin 2011, 14:50 – mise à jour : 9 juin 2011, 22:11.
  41. Une variante de la bactérie ECEH détectée sur des betteraves néerlandaiseslemonde.fr – avec AFP – 9 juin 2011, 09:41 – mise à jour : 9 juin 2011, 09:47.
  42. La bactérie mortelle était dans les graines germéesEurope1.fr / AFP – 10 juin 2011, 11:13 – mise à jour : 10 juin 2011, 22:28.
  43. Une ferme «bio» à l'origine de l'épidémie de bactérie tueusele figaro.fr – 10 juin 2011, 21:08.
  44. a et b Graines germées : des indices mais pas de preuves formellesle figaro.fr – 10 juin 2011, 20:54.
  45. Le Professeur Reinhard Burger est directeur de l’Institut Robert Koch (RKI)
  46. a, b et c [vidéo] [audio] ECEH: les producteurs réclament plus d'aidetsrinfo.ch – 11 juin 2011, 14:03 – mise à jour : 11 juin 2011, 17:21.
  47. Thaïlande : la bactérie Eceh détectée dans des choux-fleurs européensletelegramme.com – 11 juin 2011, 10:27.
  48. Bactérie Eceh : la source de l’épidémie confirmée, Berlin et UE soulagéesguysen.com – 12 juin 2011, 03:06.
  49. a et b Plus grave épidémie de Eceh (institut)le figaro.fr – 12 juin 2011, 19:03
  50. [vidéo] [audio] ECEH : un nouveau décès porte le bilan à 36 mortstsrinfo.ch – 13 juin 2011, 15:25.
  51. a et b Pour la première fois, la bactérie Eceh tue un enfantletelegramme.com – 14 juin 2011, 15:12.
  52. a, b et c E. coli O104:H4 : Transfert de gènes et état de guerre... bactériologique, par Michel Albergantifranceculture.com – 14 juin 2011.
  53. a et b (en) Frank C, Werber D, Cramer JP et al. Epidemic profile of shiga-toxin–producing Escherichia coli O104:H4 outbreak in germany — Preliminary report, N Eng J Med, 22 juin 2011.
  54. a, b, c et d [vidéo] [audio] E.coli : des graines germées suspectes en Francetsrinfo.ch – 25.06.2011, 08:57 – mise à jour : 25.06.2011, 22:50.
  55. a et b Utilisation de Soliris dans le SHU post diarrhéique à shiga toxine produite par E. coli : point d'information de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santéafssaps.fr – 3 juin 2011 – consulté le : 14 juin 2011.
  56. a et b (en) Complement Blockade in Severe Shiga-Toxin–Associated HUSNew England Journal of Medicine – 10.1056/NEJMc1100859 – Nature.com – Critical hours for E. coli outbreak in Germany – 25 mai 2011.
  57. Escherichia coli O104:H4 : Un nouveau traitement, adopté pour le traitement du SHU – NEJMomnipraticien.hautetfort.com – 11 juin 2011 (faisant implicitement référence à un article publié le 31 mai 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]