Escalier des Gémonies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Escalier des Gémonies
Lieu de construction Capitole
Date de construction Monarchie romaine
Ordonné par -
Type de bâtiment Escalier
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Escalier des Gémonies
Coordonnées 41° 53′ 37″ N 12° 29′ 02″ E / 41.8936, 12.484 ()41° 53′ 37″ Nord 12° 29′ 02″ Est / 41.8936, 12.484 ()  
Liste des monuments de la Rome antique

L'escalier des Gémonies (en latin scalae Gemoniae) était un escalier, dans la Rome impériale, où les corps des suppliciés étaient exposés publiquement avant d’être jetés dans le Tibre.

Topographie[modifier | modifier le code]

Cet escalier est cité par plusieurs auteurs latins à partir de Tibère, entre autres Valère Maxime, Suétone et Tacite[1]. Il n'est pas localisé avec précision. Il se trouvait probablement au-dessous de la prison du Tullianum, dans le secteur de l'actuelle via di San Pietro in Carcere, au pied du Capitole[2].

Expression, étymologie[modifier | modifier le code]

On trouve là l'origine de l'expression « vouer aux gémonies », qui signifie vouer au mépris public. Le mot « Gémonies » était associé pour le sens au latin gemo qui signifie « se plaindre », « gémir », mais dérive plus probablement du nom propre Gemonius, pour une raison inconnue[2].

L'expression « vouer aux Gémonies » signifie souhaiter la mort ou des malheurs à quelqu'un, l'injurier en public.

En latin, « escalier des gémissements » se dit gemoniae (supplice) scalae (escalier)

Il longeait une prison depuis laquelle on pouvait entendre les cris des torturés. De plus, y étaient exposés les corps des morts de cette prison. Ce dispositif visait à dissuader les Romains de commettre crimes et délits, car les habitants de Rome passaient au moins une fois par semaine devant cet escalier, le but était donc de leur faire peur.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valère Maxime, VI, 3, 3 et VI, 9, 13 ; Suétone, Vie de Tibère, 53, 61, 75 ; Tacite, Annales, Livre III, 14 et VI, 4, 31.
  2. a et b Samuel Ball Platner, « Scalae Gemoniae », A Topographical Dictionary of Ancient Rome, London, Oxford University Press, 1929, sur Lacus Curtius