Es-Semara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie À ne pas confondre avec le nom d'un des camps de réfugiés sahraouis de la région de Tindouf, en Algérie
Es-Semara
سمارة
Zaouiat Cheikh Ma El Ainine
Zaouiat Cheikh Ma El Ainine
Administration
Pays Sahara occidental - sous contrôle du Drapeau du Maroc Maroc
province Es-Smara
Région Guelmim-Es Semara
Démographie
Population 40 347 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 26° 44′ 22″ N 11° 40′ 13″ O / 26.739444, -11.67027826° 44′ 22″ Nord 11° 40′ 13″ Ouest / 26.739444, -11.670278  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental

Voir la carte administrative du Sahara occidental
City locator 14.svg
Es-Semara

Géolocalisation sur la carte : Sahara occidental

Voir la carte topographique du Sahara occidental
City locator 14.svg
Es-Semara

Es-Semara, Semara ou Smara (en arabe : سمارة qui signifie "le résistant") est une ville du Sahara occidental sous contrôle marocain. Elle comptait 40 347 habitants en 2004.

Histoire[modifier | modifier le code]

La cité a été fondée en 1898 par Ma El Aïnin sur le territoire qui se nommait alors « l'Afrique occidentale espagnole » qui fut par la suite dissout après la création du « sahara espagnol » le 12 janvier 1958 en rassemblant les territoires de Río de Oro et Seguia el-Hamra. En 1958, Smara est le théâtre de l'opération aéroportée Huracan menée conjointement par le premier escadron parachutiste espagnol et le 7e RPC français (opération écouvillon), visant à déloger l'Armée de libération du Maroc du sud[1]. La même année, l'Espagne cède la bande de Tarfaya au Maroc.

La ville fut aussi touché par la guerre du Sahara occidental opposant le Maroc au Front Polisario lorsque celui-ci attaque la ville d'Es-Semara déclenchant la bataille de Smara se terminant par une victoire du Maroc grâce à une force composée de 6000 hommes[2].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Smara est également le titre d'un livre écrit par Michel Vieuchange. Ces textes reprennent les carnets de voyage qu'il a tenus du 10 septembre au 16 novembre 1930, en accomplissant près de 1 400 km à pied de Tiznit à Smara.

Les carnets de route de Michel Vieuchange ont été publiés chez Plon en 1932, par Jean Vieuchange, son frère, sous le titre Smara, chez les dissidents du Sud marocain et du Rio de Oro, avec 53 gravures et une carte, et une préface de Paul Claudel. Ils ont été réédités en 1990 aux éditions Phébus sous le titre Smara : carnets de route d'un fou de désert, mais sans les photos originales de Michel Vieuchange ni la carte que son frère avait établie d'après ses relevés.

Climat[modifier | modifier le code]

Les hivers sont chauds le jour avec des 23_34 °C et doux la nuit avec des 14_21 °C Les étés sont chauds et très secs avec des maxima dépassant toujours les 30 °C et souvent les 40 °C, la température atteint parfois les 50 °C. La température maximale était de 53 °C a quelques degrés de la température enregistrée a Marrakech, la cinquième plus haute température dans l'histoire du climat. La température maximale moyenne du mois le plus chaud est de 40 °C et la minimale moyenne du mois le plus froid de 17 °C.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Assaut (magazine), no 62, mai 2011, Les parachutistes de l'armée de l'air, par Jacques Baltzer, p. 82
  2. Sahara occidental, Histoire, chp 8, page 6

Lien externe[modifier | modifier le code]