Erwan Lecœur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecœur.

Erwan Lecoeur est un sociologue et politologue français né en 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé en Sciences politiques (Université libre de Bruxelles) et en journalisme, Docteur en sociologie, psychosociologue, proche des écologistes[1], il mène des activités professionnelles d'études et de conseils dans le domaine de la communication politique et de la sociologie et poursuit une activité de recherches sur l'extrême droite, la communication et les médias, ou l'écologie politique.

Spécialiste du populisme et de l'extrême droite française, Erwan Lecœur a enseigné la psychologie sociale et s'intéresse particulièrement aux liens entre religieux et politique, l'utilisation de symboles, la forme du discours et autres évocations signifiantes dans le domaine social et politique. Erwan Lecœur a été journaliste, chargé de cours, puis a travaillé dans la communication (politique).

Extrême droite et populisme[modifier | modifier le code]

Erwan Lecœur s'est fait connaître du grand public[réf. nécessaire] après avoir soutenu, le 3 mai 2002, une thèse intitulée « Front national: sens et symboles. La construction d'un repli identitaire ethnico-religieux dans la France de la fin du XXe siècle » (2002). La soutenance de cette thèse, qui analysait la montée du phénomène lepéniste au cours des trente années précédentes, allait à l'encontre de nombre d'observateurs (et spécialistes de l'époque)[réf. nécessaire] qui prévoyaient depuis 1999 la fin du lepénisme (et le succès de Bruno Mégret). Un article en Une du journal Le Monde (5 mai 2002) relevait qu'Erwan Lecœur avait (dès fin 2001) émis l'hypothèse d'un approfondissement de la "crise du sens" qui avait fait le lit du "phénomène Le Pen" et d'une progression logique des scores du FN qui pouvait entraîner l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle (du 21 avril). Plusieurs chapitres de cette thèse ont été retranscris dans un ouvrage, paru l'année suivante (mars 2003) aux éditions La Découverte : Un néopopulisme à la française.

En 2007, il a dirigé un Dictionnaire de l'extrême droite (Larousse, mars 2007) qui rassemble les contributions de spécialistes comme Jean-Yves Camus, Sylvain Crépon, Nonna Mayer, Marie-Cécile Naves, Brigitta Orfali, Bernard Schmid,Fiammetta Venner.

Médiascopie et Observatoire du débat public[modifier | modifier le code]

Il est devenu en 2003 directeur d'études de l'Institut Médiascopie et directeur scientifique de l'Observatoire du Débat Public (organisme indépendant de veille sociologique sur les médias et la politique), au sein duquel il a mené de nombreuses études qualitatives de "veille sociologique" (méthodes qualitatives) sur l'impact de la réception médiatique et leurs effets sur les représentations sociales des "médiaconsommateurs" français et leurs opinions politiques (cf. D. Muzet : La Mal info, 2006, ou D. Muzet : La Croyance et la Conviction, 2007). Début 2006, il pronostique, par exemple : « On peut assister en 2007 à une forme de révolte conservatrice » (Le Monde, 19-20 février 2006).

Consultant[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté l'Observatoire du Débat public (en 2007), il développe depuis quelques années une activité de sociologue consultant auprès de diverses structures et groupes de travail ou de recherche (études, enquêtes et conseils), anime des formations et des réunions de groupes sur divers sujets politiques, ou sociaux.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il oriente depuis quelques années ses travaux de recherche (et écrits) autour de l'écologie politique, des nouveaux comportements et des questions de changement d'attitude (opinions et comportements) et d'évolution des modes de vie face aux nouveaux défis contemporains (changement climatique, catastrophes naturelles, etc.)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Un néo-populisme à la française. Trente ans de Front national, La Découverte, coll. « Cahiers Libres », Paris, 2003 (ISBN 2-7071-3931-9)
  • (dir.) avec la participation de Nonna Mayer, Jean-Yves Camus, Sylvain Crépon et al., Dictionnaire de l’extrême droite, Larousse, coll. « À présent », Paris, 2007 (ISBN 9782035826220)
  • Des écologistes en politique, Lignes de repères, Paris, 2011 (ISBN 978-2-915752-61-8)
  • Petit bréviaire écolo, Les Petits matins, Paris, 2011(avec Wilfrid Séjeau)
  • Face au FN, Le Passager clandestin, Paris 2013 (avec Enzo Poultreniez) (ISBN : 978-2-916952-90-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Renversant "l'ordre préétabli", l'écologiste Eric Piolle ravit Grenoble au PS », Le Monde, 1er avril 2014