Ernst Ludwig von Gerlach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne Ernst Ludwig von Gerlach. Pour son frère, Leopold, voir Ludwig Friedrich Leopold von Gerlach.
Ernst Ludwig von Gerlach
Ernst Ludwig von Gerlach

Ernst Ludwig von Gerlach (né le 7 mars 1795 à Berlin et décédé le 18 février 1877 au même endroit) est un homme politique prussien qui a été longtemps, avec Friedrich Julius Stahl, un leader des conservateurs. Il fait partie, tout comme son frère Leopold du cercle dit du « Kreuzzeitung ».

Il combat de 1813 à 1815 dans les guerres de libération contre l'envahisseur français. Puis il entre dans la fonction judiciaire, en tant que « Oberlandesgerichtsrat » d'abord en 1823 à Naumbourg, puis en tant que directeur du tribunal régional de Halle en 1829, enfin en 1835 il devient vice-président de « Oberlandesgericht » à Francfort-sur-l'Oder.

Il est membre du "club dans la Wilhelmstraße", qui s'est fixé pour objectif de retablir l'État germano-chrétien. Il travaille pour la « Politischen Wochenblattes » (l'hebdomadaire politique). En 1842, il devient « Geheimer Oberjustizrat », et peu après membre du conseil d'État et de la commission des lois. En 1844, il devient président de l' « Oberlandes- und Appellationsgericht » de Magdebourg, où il travaille avec son frère Léopold, Carl Friedrich Göschel et d'autres opposants au mouvement évangélique hérétique que sont les « Lichtfreunde ». En 1848, il fonde le „Neue Preußische Zeitung“ (qui à cause de la croix sur sa couverture est rapidement surnommé Kreuzzeitung, le journal à la croix), et y place à la tête de sa rédaction Hermann Wagener, un de ses hommes de confiance. Gerlach écrit de manière mensuelle ou trimestrielle un "panorama" en faveur des ultra-conservateurs et de l'ordre féodal. En 1849, il est élu dans la première chambre du parlement, la future « Herrenhaus ». Il prend la tête du parti conservateur, et y lutte contre le constitutionnalisme et pour l'établissement d'un droit spécial pour les nobles à la manière moyenâgeuse.

Avec l'arrivée au pouvoir de Guillaume Ier en 1858 suite à la maladie de son frère Frédéric-Guillaume IV, Ernst Ludwig se retire de la direction du parti conservateur, tout en restant en continuant de diffuser ses idées grâces au Kreuzzeitung, dans lequel il reste rédacteur.

Au sein du « Preußischer Landtag » depuis 1873, il se montre être un grand opposant à la Kulturkampf mise en place par Otto von Bismarck. À la même époque il rentre dans le nouveau parti du centre : le Zentrum. Il s'attire ainsi les foudres de Bismarck, et à la suite de la distribution de tract contre le gouvernement en 1874, il est renvoyé de son poste de président à Magdebourg. En 1877, il est élu député au « Reichstag », toujours sous étiquette Zentrum. Il meurt peu après.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]