Ernst Friedrich von Ockel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernst Friedrich (von) Ockel zu Salwitz[1] est un théologien et écrivain luthérien de Courlande (Lettonie), né le 16 novembre 1742 à Mengeringhausen (principauté de Waldeck) et mort à Mitau (Lettonie) le 22 mars 1816.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Issu d'une longue lignée d'officiers municipaux, de pasteurs et de prédicateurs allemands de la ville de Halle (Saxe-Anhalt), d'origine aristocratique[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un pasteur et maître d'école de Mengeringhausen, il fit ses études à l'Université de Halle.

Pédagogue réputé, il fut chargé vers 1762 de l'éducation du jeune prince Ludwig de Waldeck.

Nommé en 1767 maître de cour du duché de Courlande, il devint prieur du diocèse de Kandaush en 1780, puis premier prédicateur de Mitau (à l'Église de la Trinité) et superintendant du duché de Courlande et Semigalle en 1785.

Reçu en 1792 docteur en théologie à l'université de Greifswald, il devient président du Consistoire de Courlande en 1806.

Marié à une descendante du ministre niortais Louis de La Blachière, Charlotte, née à Hanau.

Enseignement théologique[modifier | modifier le code]

Prédicateur et écrivain chrétien et enfant de son siècle, profondément marqué par le rationalisme des Lumières, Ockel s'affirma comme l'un des principaux disciples du maître de Berlin, le Dr Abraham Teller.

Particulièrement attaché à la relecture et au dépoussiérage de l'enseignement chrétien sur une base rationaliste, il étoffa le système initiatique prôné par son illustre devancier[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Écrivain prolifique, il a laissé de très nombreux ouvrages de pédagogie, récits et sermons, dont :

Sources[modifier | modifier le code]

Die Aufhellungen der neuren Gottesgelehrten in der Schriftlichen Glaubenslehre von 1760 bis 1805, Leipzig, 1807

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou Saalfeld
  2. Anoblis par Charles Quint au XVIe siècle (au profit de Gregor, maire de la ville de Halle), puis confirmés dans leur qualité le (10 juillet 1602) par Rodolphe II, les Ockel de Salwitz/Saalfeld portent d'argent à trois poissons nageant d'azur, l'un sur l'autre, le cimier surmonté d'une vierge issante, vêtue d'un parti d'argent et d'azur, couronnée de feuillage et les cheveux épars, tenant de chaque main un poisson d'azur en pal (source: J.-B. Rietstap, Armorial général, Tome II, Gouda, 1861)
  3. Über die Religion der Vollkommnern Anmerkungen und Zusätze zu der Schrift des Herrn Oberconsistorial-Raths Doctor Teller, Berlin, 1794