Ernst Friedrich Zwirner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernst Friedrich Zwirner

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ernst Friedrich Zwirner

Naissance 28 février 1802
Jakobswalde aujourd'hui Kotlarnia
Décès 22 septembre 1861 (à 59 ans)
Cologne
Nationalité Drapeau de la Confédération germanique Confédération germanique
Profession
Architecte

Ernst Friedrich Zwirner, architecte allemand, naquit le 28 février 1802 [1] à Jakobswalde aujourd'hui Kotlarnia, dans la Silésie prussienne, mort le 22 septembre 1861 à Cologne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Destiné d'abord à l'industrie métallurgique par son père, qui était inspecteur de forges, il manifesta quelque aptitude pour ce genre d'occupation, mais son goût pour l'architecture l'emporta, et après avoir fait de bonnes études classiques, il passa à l'école spéciale d'architecture de Breslau. Il y resta jusqu'à l'âge de dix-neuf ans. Trois ans plus tard, et après s'être procuré des ressources au moyen de ses premiers travaux, il vint à Berlin pour s'y perfectionner en prenant part aux cours de l'académie royale d'architecture et de l'université. Il donna quatre ans à ces études complémentaires, et fut ensuite attaché comme auxiliaire à l'administration supérieure de l'architecture. Il avait donné une première preuve d'habileté en reconstruisant, sur les dessins du grand architecte Karl Friedrich Schinkel, l'hôtel de ville de Goldberg, et il concourut à l'exécution des plans les plus importants de son maître.

C'est en 1833 qu'il fut appelé à Cologne à la place d'Ahlert, uniquement d'abord pour faire à la cathédrale des réparations urgentes. Mais son génie lui fit concevoir un plus grand dessein, celui de l'achèvement et de la complète restauration de ce monument d'un si grand intérêt historique. Il est vrai que l'artiste avait trouvé un puissant auxiliaire d'abord dans le sentiment des populations, ensuite dans l'appui d'un prince qui aimait les arts, nous voulons parler de Frédéric-Guillaume de Prusse, depuis roi de Prusse. À son avènement, une société de la construction du Dom, ou cathédrale (Domlauwerein), protégée par le nouveau souverain, se forma à Cologne en vue de l'achèvement de cette grande construction des âges écoulés.

L'Allemagne et même l'étranger s'associèrent à ce projet, les dons affluèrent ; le roi s'imposa pour une somme annuelle de cinquante mille thalers francs), et le 4 septembre 1842 eut lieu la seconde fondation de la cathédrale. Dirigés par Zwirner, les travaux furent continués depuis sans interruption. Le roi Frédéric-Guillaume put poser lui-même en 1854 la clef de voûte du portail du nord. L'auteur de l'écrit l'Itinéraire des bords du Rhin rapporte qu'à cette date le chœur était terminé ; que les transepts étaient achevés ; que les piliers intérieurs de la nef s'élevaient à toute leur hauteur ; enfin, que l'on travaillait activement à la voûte et aux tours. Comme toute grande entreprise, celle-ci a son journal, le Domblatt (feuille de la cathédrale), pour stimuler les dons des catholiques de tous les pays, mais celui qui aura le plus contribué à l'œuvre par ses plans et dessins c'est Zwirner. Ils ont figuré à l'exposition universelle de 1885.

Dans un écrit dont il est l'auteur et ayant pour titre : le Passé et l'avenir de la cathédrale de Cologne, cet éminent architecte a exprimé et figuré, par ses dessins, ses idées au sujet de cette grande restauration. On doit encore à Zwirner les plans de divers autres monuments, tels que : l'église Saint-Apollinaire de Remagen ; le chœur de la chapelle du château de Schwerin ; le château du comte de Fürstenberg à Herdringen et d'autres demeures seigneuriales. Zwirner mourut le 22 septembre 1861 ; il avait eu le titre de conseiller intime du gouvernement.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 1801, d'après Nagler, Dictionnaire des artistes

Source[modifier | modifier le code]

« Ernst Friedrich Zwirner », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]