Ernolsheim-Bruche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ernolsheim.
Page d’aide sur l’homonymie Ernolsheim-sur-Bruche redirige ici.
Ernolsheim-Bruche
Piste cyclable communale.
Piste cyclable communale.
Blason de Ernolsheim-Bruche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Molsheim
Canton Molsheim
Intercommunalité C.C. de la région de Molsheim-Mutzig
Maire
Mandat
Martin Pacou
2014-2020
Code postal 67120
Code commune 67128
Démographie
Gentilé Ernolsheimois, Ernolsheimoises
Population
municipale
1 717 hab. (2011)
Densité 261 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 52″ N 7° 33′ 58″ E / 48.56444444, 7.56611111 ()48° 33′ 52″ Nord 7° 33′ 58″ Est / 48.56444444, 7.56611111 ()  
Altitude Min. 154 m – Max. 206 m
Superficie 6,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ernolsheim-Bruche

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Ernolsheim-Bruche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ernolsheim-Bruche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ernolsheim-Bruche

Ernolsheim-Bruche, Arelse en alsacien, est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Ernolsheim-Bruche est située à 20 km à l'ouest de Strasbourg et à 8 km de l'aéroport international d'Entzheim.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention d'Ernolsheim date de 1127 et l'origine du nom de la commune viendrait d'Ernould ou d'Arnould[réf. souhaitée]. Le village, selon l'époque, fut soit propriété d'évêques, soit de seigneurs.

Dans une charte datée du 5 février 737, le duc d'Alsace vend à un moine de Wissembourg, Rantwig, les biens qu'une certaine Ingina a jadis cédés à son père et situés dans une localité nommée Aunulfovillare[réf. souhaitée]. Cela pourrait correspondre à Ernolsheim car dans la même charte est nommée Soultz-les-Bains. Arnoul est un ancêtre de Charles Martel[réf. souhaitée], une abbaye a porté son nom, Arnulfsau, située non loin de Drusenheim sur une île du Rhin.

En 1554, la famille Uhrendorf érigea un petit château Renaissance, comme l'indique le nombre inscrit dans la pierre scellée dans le mur du pignon.

Les Uhrendorf faisaient partie d'une famille de chevaliers de Strasbourg, famille qui est connue depuis le milieu du XIVe siècle. On peut voir encore aujourd'hui derrière la chapelle du cimetière une pierre tombale qui était dédiée à un sévère[pas clair] seigneur Caspar von Uhrendorf, décédé en 1599.

À l'extinction de leur lignée, en 1636, le château devint la propriété de Franz Reinhard von Bettendorf, qui le vendit en 1685 à Frédéric Casimir de Rathsamhausen-Ehenweier faisant partie de la noblesse d'Empire[réf. souhaitée]. C'est d'ailleurs pour cela que l'on voit une mosaïque représentant une partie du blason de la maison de Rathsamhausen sur la façade du château[réf. souhaitée]. Les documents de l'époque mentionnent aussi un pavillon de chasse ou petit château forestier nommé Breuschwald (nom d'un des lotissements actuels de la commune), situé sur la rive droite de la Bruche et qui faisait également partie du château Uhrendorf[réf. souhaitée].

Au début du XVIIIe siècle, les deux constructions appartenaient à Nikolas de Trustett, qui descendait d'une famille protestante originaire de Souabe. Le 25 juin 1715, il se convertit au catholicisme en l'église paroissiale du village[réf. souhaitée].

Les seigneurs d'Uhrendorf et Breuschwald disposaient de biens considérables dont une estimation officielle est donnée en l'an 1724 comme suit[réf. souhaitée] :

  1. le château et ses dépendances : 15 000 livres ;
  2. deux maisons : 5 000 livres ;
  3. le bien du Breuschwald avec 500 jours de prairies, 100 jours de terres agricoles et 150 jours de forêts : 30 000 livres ;
  4. en plus, dans le ban d'Ernolsheim, 177 jours de terres agricoles, vignes, forêts et deux jardins d'une valeur totale de 27 000 livres (un jour de terrain correspond à environ 30 ares actuels et les possessions des seigneurs s'élevaient donc au total à presque 3 hectares actuels) ;
  5. finalement, il y a encore un droit de chasse et de pêche s'élevant à 25 sacs de seigle d'une valeur de 5 200 livres que la communauté d'Ernolsheim doit livrer aux seigneurs du château une fois par an.

Avec tout cela, il semble que l'on pouvait vivre largement. Ce qui ne fut pas le cas du prochain possesseur des châteaux et des biens d'Uhrendorf et de Breuschwald.

En l'an 1732, les châteaux d'Uhrendorf et de Breuschwald changèrent de propriétaire[réf. souhaitée] : François-Antoine de Cléry fit l'acquisition de tous les biens et se nomma alors « Seigneur d'Uhrendorf et de Breuschwald ». Les de Cléry descendaient d'une famille suisse connue depuis deux siècles pour être au service des rois de France en tant qu'officiers (époque de François Ier et de ses successeurs).

François-Antoine ne resta pas longtemps Seigneur d'Uhrendorf et de Breuschwald. Tout laisse à penser qu'il géra mal ses biens situés à Ernolsheim et qu'il fut obligé de les vendre[réf. souhaitée]. Le colonel de Cléry fut pensionné en 1770 et se retira à Soultz en Haute Alsace (Haut-Rhin). Son fils, François-Jacques, complètement ruiné, entra dans l'armée du Roi de Prusse comme simple soldat, en 1773 à Berlin[réf. souhaitée]. Il abandonna son titre de noblesse. Il devint sergent et en 1804, il était maître d'armes du futur empereur Guillaume Ier d'Allemagne[réf. souhaitée].

Au cours du XVIIIe siècle, il est ensuite aux mains des Wimpfen, avant d'être converti en exploitation agricole[réf. souhaitée]. Aujourd'hui, il est propriété de la famille Reibel, et ce depuis la fin du XIXe siècle[réf. souhaitée].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Ernolsheim-Bruche

Les armes d'Ernolsheim-Bruche se blasonnent ainsi :
« D'azur à la rame d'or posée en bande, accompagnée de deux étoiles du même. »[1].

La rame du batelier fait allusion à l'ancien flottage sur le canal de la Bruche[réf. souhaitée].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Michel Daeschler[2]    
2001 2008 Michel Daeschler    
1995 2001 Michel Daeschler    
1989 1995 Michel Daeschler    
1983 1989 Pierre Kastner    
1977 1983 Pierre Kastner    
1971 1977 Pierre Kastner    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 717 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 616 664 787 767 761 702 706 725
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
698 668 691 651 637 648 640 678 633
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
624 571 585 559 583 598 610 606 596
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
591 704 838 1 285 1 583 1 688 1 580 1 564 1 717
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Canal de la Bruche et sa piste cyclable[modifier | modifier le code]

C'est sur l'ancien chemin de halage du canal qu'a été aménagée la piste cyclable entre Molsheim et Strasbourg.

Église Saints Cosme et Damien[modifier | modifier le code]

C'est à l'emplacement d'une chapelle dédiée à ces deux saints depuis 1666 que l'église actuelle est construite. Depuis 1711, l'église paroissiale est placée sous le patronage de la Vierge[réf. souhaitée]. En 1498, les droits patronaux et la dîme sont dus à la prévôté de Haslach. C'est en 1694 que la paroisse devient filiale de celle de Kolbsheim. Et c'est jusqu'en 1802 qu'Ernolsheim fait partie du chapitre rural de Molsheim[réf. souhaitée].

AS Ernolsheim sur Bruche[modifier | modifier le code]

Le club de football du village fait partie de l'un des meilleurs clubs formateurs d'Alsace : il a reçu la visite d'Aimé Jacquet en 2000 et est passé dans un reportage sur TF1. Il dispose également d'installations de qualité.

Installations sportives[modifier | modifier le code]

  • 1 terrain de football synthétique
  • 1 terrain de football herbe
  • 1 terrain de football stabilisé (reconverti en parking)
  • 1 petit terrain de football herbe
  • 1 terrain de beach-volley
  • 1 city stade
  • 2 courts de tennis
  • 1 terrain de pétanque
  • 2 clubs house
  • 1 salle multisports
  • 1 tribune

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Rey, né le 22 janvier 1948, ancien joueur international de football, joua à Ernolsheim en tant qu'amateur, après sa retraite.

Matthieu Dreyer, né le 20 mars 1989, joueur professionnel du Football Club Sochaux-Montbéliard, originaire d'Ernolsheim et formé à l'ASE.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :