Ernest Roume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernest Roume

Nom de naissance Ernest Nestor Roume
Naissance 12 juillet 1858
Marseille
Décès 16 avril 1941 (à 83 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Administrateur colonial

Ernest Nestor Roume (12 juillet 1858 à Marseille - 16 avril 1841) est un administrateur colonial français, ancien gouverneur général de l'Afrique-Occidentale française (AOF), en poste du 15 mars 1902 au 15 décembre 1907.

Carrière[modifier | modifier le code]

  • Polytechnicien (1878).
  • Auditeur au Conseil d'État puis maître des requêtes.
  • Maître de conférence
  • Directeur du Commerce extérieur.
  • Directeur des Affaires Asiatiques au Ministère des Colonies
  • Missions aux États-Unis, en Angleterre, Belgique et Hollande.

Afrique[modifier | modifier le code]

Il remplace le "Service topographique" par le "Service géographique" de l'A.O.F

Premier système scolaire de type public pour l’ensemble de l'AOF puis l'AEF (1911) :

  • L’école de village (ou école de premier degré) : niveaux C.P. et C.E., (langue française, hygiène et calcul)
  • L’école régionale : niveau C.M.
  • L’école urbaine : programmes de la métropole sanctionnés par un diplôme, le Certificat d’Études primaires.
  • Les écoles fédérales : forment les techniciens et cadres « auxiliaires »
  • 1904 : Il transforme l'escale de Thiès en une Commune Mixte de Premier Degré. Création du service zootechnique et des épizooties, chargés d’orienter et de coordonner les études d’ensemble ayant trait à l’élevage et à la pathologie du bétail.
  • 1906 : création du corps des aides médecins indigènes. Il refuse d'effectuer un recensement de l'A.O.F. selon les instructions reçues car la méthode est impraticable : impossible de connaître toutes les races ou ethnies ainsi que les religions. Pour lui, "race" et "tribu" sont deux choses différentes, et il ne faut pas que les recensements "portent les mêmes peuplades tantôt comme tribus, tantôt comme races"...
  • 1907 : il accepte de prendre Auguste Brunet comme Secrétaire général hors cadre, mais il précise : « Il doit être bien entendu qu'il n'exercera pas effectivement les positions de Secrétaire Général, et qu'en particulier, il n'aura aucun droit à exercer éventuellement les fonctions de lieutenant-gouverneur intérimaire ». Il le recommandera finalement pour une promotion.
  • 1908 : Il tombe malade et rentre en France. C'est son protégé, William Ponty, qui va lui succéder.

Indochine[modifier | modifier le code]

Air France[modifier | modifier le code]

  • 1933-1935 : ancien président d'Air Orient, il devient président de la compagnie aérienne nationale Air France, qui avait été créée le 31 aout 1933.

Citation[modifier | modifier le code]

"Tout l'enseignement de l'histoire et de la géographie doit tendre à montrer que la France est une nation riche, puissante, capable de se faire respecter, mais en même temps grande pour la noblesse des sentiments." Cité par Bernard Mouralis dans Littérature et développement: essai sur le statut, la fonction et la représentation de la littérature africaine d'expression française (Paris : Silex, 1984).

"Considérons l'instruction comme chose précieuse qu'on ne distribue qu'à bon escient et limitons en les bienfaits à des bénéficiaires qualifiés. Choisissons nos élèves tout d'abord parmi les fils de chefs et les notables". (1924)

Académie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Officier de la Légion d'Honneur.

Postérité[modifier | modifier le code]

Un boulevard porte le nom d'Ernest Roume à Abidjan (Côte d'Ivoire). C'était le cas également d'une avenue à Dakar-Plateau – celle où se trouve le Palais du Gouvernement – , mais dans l'intervalle elle a été rebaptisée du nom de Léopold Sédar Senghor.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • La Conquête des colonies allemandes, Barcelone, 1917, p. 31

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paul E. Lovejoy et A.S. Kanya-Forstner (dir.), Slavery and its abolition in French West Africa : the official reports of G. Poulet, E. Roume, and G. Deherme, University of Wisconsin-Madison, 1994, 206 p. (ISBN 0942615220)
  • Jean Chataud, Les Chemins de Fer de l'AOF (1909)
  • Jean-Claude Faur, La mise en valeur ferroviaire de l'AOF (1880-1939) - (Université de Paris. Thèse de doctorat, Faculte de Lettres, 1969)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]