Ernest Hébrard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Ernest Hébrard (1875-1933) est un architecte, un archéologue et un urbaniste français connu pour avoir dessiné le plan directeur de Thessalonique et de Hanoï.


Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie l'architecture à Paris puis fait un séjour à Rome. En compagnie de l'historien Jacques Zeiller, il conduit une étude systématique du palais de Dioclétien à Split qui demeure l'un des ouvrages fondamentaux sur ce monument. Pendant la Première Guerre mondiale, il fait partie du service archéologique de l'Armée d'Orient stationnée à Thessalonique : c'est à ce titre qu'il conduit des fouilles au Mausolée de Galère.

La commission de reconstruction en mars 1918.

Après l'incendie catastrophique de la ville en 1917, il est chargé par le gouvernement grec de concevoir un nouveau plan directeur pour la ville, avec l'aide des architectes grecs Aristotélis Záchos et Konstantinos Kitsikis du britannique Thomas Mawsonet du français Joseph Pleyber. Le nouveau plan éventre la vieille ville largement détruite par l'incendie — en particulier les quartiers juifs du centre — et fait partie intégrale du projet de réhellénisation de la ville juive et slave, récemment passée (1912) sous administration grecque.

En 1920, il participe au colloque sur la planification urbaine d'Athènes.

À partir de 1921, il réside en Indochine française, où il participe à la planification de plusieurs villes, dont Hanoï et Dalat. Il crée le « style indochinois » qui résulte d'une observation minutieuse des motifs et équilibres architecturaux traditionnels développés en Indochine, au sens large, c'est-à-dire de l'Inde à la Chine. Plusieurs édifices d'Hanoï sont issus de cette inspiration, parmi lesquels :


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Il retourne à Paris en 1931, où il meurt deux ans plus tard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Ernest Hébrard et Jacques Zeiller, Spalato, le palais de Dioclétien, Paris, 1912.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Haris Yiakoumis, Alexandra Yerolympos, Christian Pedelahore de Loddis, Ernest Hébrard. 1875-1933. La vie illustrée d'un architecte de la Grèce à l'Indochine, Athènes, 2001.

Article connexe[modifier | modifier le code]