Ernest Cimon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ernest Cimon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Ernest Cimon

Nom de naissance Marie-Honorius-Ernest Cimon
Naissance 30 mars 1848
La Malbaie, Québec, Canada
Décès 16 juillet 1917 (à 65 ans)
Québec, Québec, Canada
Nationalité Canada Canadien français
Profession

Ernest Cimon (né le 30 mars 1848 à La Malbaie, Québec - mort le 16 juillet 1917 à Québec, Québec) était un avocat et politicien canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie-Honorius-Ernest Cimon est le fils du notaire Cléophe Cimon et de Caroline Langlois. Après de brillantes études au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et au Séminaire de Québec, il effectue un stage d’un an à la faculté des Arts de l’université Laval et est reçu avocat le 13 juin 1871. Dans les jours qui suivent sa promotion, il s’installe en permanence à Chicoutimi pour y vivre de sa profession. Lors de l’élection fédérale du 6 mars 1874, il brigue les suffrages pour le parti conservateur dans la circonscription de Chicoutimi contre la candidat libéral, A.-A. Hudon, et réussit à remporter la victoire, par une faible majorité de 269 voix. Le 27 janvier 1880, alors âgé de 32 ans, il épouse Marie-Delphine Doucet, fille du juge P.-A. Doucet, de Québec. Toujours intéressé à la chose publique, il occupe la fonction de député fédéral jusqu’en 1882. Il est élu maire de Chicoutimi en 1881-1882. Il reçoit du gouvernement canadien le titre de conseiller de la reine et, le 22 juillet 1882, il est nommé juge de la Cour supérieure pour la Province de Québec, avec résidence à Percé. Après son départ du Saguenay, Ernest Cimon connaît les honneurs. Il épouse en secondes noces le 27 octobre 1891, Stella Langevin, fille de sir Hector Langevin. À l’automne 1912, il déménage à Québec, où il décède le 16 juillet 1917.

Sources[modifier | modifier le code]

Russel Bouchard, La vie quotidienne à Chicoutimi au temps des fondateurs. Extraits des mémoires de la famille Petit 1873-1882, p. 45-46.