Ernest Boulanger (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulanger (homonymie) et Ernest Boulanger.

Ernest Boulanger

Description de l'image  Ernest Boulanger c1872 - BnF - Rosenstiel 1982 p12 (adjusted).jpg.
Nom de naissance Henri Alexandre Ernest Boulanger
Naissance 16 septembre 1815
Paris, Drapeau de la France France
Décès 14 avril 1900 (à 84 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Descendants Nadia Boulanger, Lili Boulanger.

Henri Alexandre Ernest Boulanger, né le 16 septembre 1815[1] à Paris et mort le 14 avril 1900 à Paris, est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ernest Boulanger est issu d'une famille de musiciens. Son père, Frédéric Boulanger (juin 1777 à Dresde, « de parents français » - sans autre précision), est violoncelliste et professeur de chant au conservatoire de Paris, lui-même premier prix de violoncelle au Conservatoire ; en 1797, il est professeur de violoncelle, attaché à la Chapelle du Roi ??? en 1797 ???[réf. nécessaire]. Sa mère, Marie-Julienne Halligner (28/1/1786 Paris - 23/7/1850 Paris), débute comme mezzo-soprano en 1811 au Théâtre de l'Opéra-Comique de Paris dans une œuvre de Grétry, elle est premier prix du Conservatoire en 1812, elle y chante jusqu'en 1845. Elle a épousé son professeur de vocalisation au Conservatoire, Frédéric Boulanger. Ernest Boulanger devint membre du jury du Prix de Rome.

Ernest Boulanger a étudié au conservatoire de Paris et est lauréat du grand prix de Rome à l'âge de 19 ans en 1835 avec sa Cantate Achille. En 1842, il commence à se faire un nom dans le tout-Paris musical à la fois en tant que compositeur d'opéras-comiques et comme chef d'orchestre. Ernest Henri Alexandre Boulanger (1815-1900) compose une dizaine d'opéras-comiques entre 1842 et 1877. Fétis dit qu'après La Cachette, il « semble avoir désespéré de lui-même. ».

En 1870, il est fait chevalier de la Légion d'honneur. En 1871, Ernest Boulanger devient professeur de chant au conservatoire. Il y rencontre Raïssa Myschetsky, une jeune princesse russe âgée de 18 ans, qu'il épouse à Saint-Pétersbourg en 1877. En 1881, il est nommé à l'Académie des beaux-arts. Sa jeune épouse lui donnera quatre filles dont ne survivront que Nadia Boulanger, pédagogue et chef d'orchestre, et la compositrice Lili Boulanger.

Au sein du monde culturel de Paris, Ernest Boulanger avait des relations amicales avec Charles Gounod, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns et William Bouwens.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Moulin (1840, Livret d’Eugène de Planard)
  • Le Diable à l'École (Livret d’Eugène Scribe) (1842)
  • Les Deux Bergères (1843)
  • La Cachette (1847)
  • Le 15 août aux champs (1852, Livret de Michel Carré)
  • Les Sabots de la Marquise (1854, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • L'Éventail (1860, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • Don Quichotte (1896, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)
  • Don Mucarde (1902, Livret de Michel Carré et Jules Barbier)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris en ligne, fichier alphabétique de l'état civil reconstitué