Ernő Gerő

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans le nom hongrois Gerő Ernő, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français Ernő Gerő, où le prénom précède le nom.

Ernő Gerő, né Ernő Singer le 8 juillet 1898 à Terbegec (actuelle Trebušovce), et mort le 12 mars 1980 à Budapest, est un dirigeant du Parti des travailleurs hongrois dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale. Il est brièvement premier secrétaire du parti pendant l'Insurrection de Budapest en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gerő est né à Trebušovce, (aujourd'hui en Slovaquie), de parents juifs, mais il répudie très jeune ses racines religieuses. En août 1919, il se réfugie en Union soviétique après l'échec du gouvernement communiste de Béla Kun. Il devient un agent actif du KGB et du Komintern. Il combat également en Espagne pendant la guerre civile.

Ernő Gerő est membre du Haut Conseil national de Hongrie (gouvernement provisoire) du 26 janvier au 11 mai 1945.

Aux élections de novembre, le Parti communiste hongrois obtient 17 % des voix, contre 57 % au Parti des petits propriétaires, mais le maréchal Vorochilov qui commande en chef en Hongrie impose un gouvernement de coalition en plaçant des communistes aux postes clés. Après un simulacre d'élection, les communistes prennent le contrôle du pays en 1949 et Mátyás Rákosi y cumule les fonctions de premier ministre et de secrétaire général du Parti. Ernő Gerő et Mihály Farkas sont ses principaux collaborateurs.

L'autorité de Rákosi est contesté en 1953 à la mort de Staline, et l'Union soviétique impose Imre Nagy comme Premier ministre. Cependant Rákosi conserve son poste de Secrétaire général jusqu'au rapport secret de Nikita Khrouchtchev dénonçant le stalinisme. Rákosi est forcé de quitter ses fonctions le 18 juillet 1956 après avoir fait son autocritique, mais reste en mesure de désigner Gerő pour lui succéder à la tête du parti.

Lors du déclenchement le 23 octobre 1956 de l'insurrection de Budapest Gerő adopte une ligne dure et fait appel au Parti communiste soviétique. Anastas Mikoyan et Mikhaïl Souslov se rendent à Budapest le 24 octobre 1956 - au cours de la première intervention militaire soviétique - pour évaluer la situation. Les envoyés soviétiques forcent Gerő à démissionner le lendemain, et à se réfugier en Union soviétique. Après l'écrasement de la révolution, le régime plus modéré János Kádár s'oppose à son retour et ce n'est qu'en 1960 que Gerő est autorisé à rentrer d'exil. Il est cependant exclu du Parti communiste. Il a travaillé comme traducteur occasionnel à Budapest durant sa retraite.

Articles connexes[modifier | modifier le code]