Ermengarde de Narbonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ermengarde de Narbonne (homonymie).
Ermengarde de Narbonne
Titre Vicomtesse de Narbonne
(1134 – 1192/3)
Prédécesseur Aymeri II de Narbonne
Successeur Pedro Manrique de Lara
Conflits Grande guerre méridionale
Biographie
Naissance vers 1127/1129
Décès 1196/1197
en Roussillon
Père Aymeri II de Narbonne
Mère Ermengarde de Servian[1]
Conjoint Bernard d’Anduze
Enfants Sans postérité

Ermengarde de Narbonne, née probablement vers 1127/1129 et morte en Roussillon en 1196 ou 1197, vicomtesse de Narbonne de 1134 à 1192/3, est une figure politique importante de l'Occitanie dans la seconde moitié du XIIe siècle. Elle est également connue pour la protection qu'elle apporta aux troubadours.

L'arrivée au pouvoir[modifier | modifier le code]

Les jours de Rabbi Todros[2] furent un temps de grande calamité à Narbonne, car le seigneur de Narbonne, Don Aymeric, fut tué au cours de la bataille de Fraga; il ne laissa pas de fils [qui lui aient survécu], et le gouvernement de la ville fut laissé entre les mains du troisième [de ses enfants], Dona Esmeineras [Ermengarde], qui était mineure. Et les grands du pays convoitaient son héritage, car [la vicomté] est grande et riche, et ils la persuadaient de toutes leurs forces d'épouser le seigneur de Toulouse, le comte Don Alphonse. Mais le comte de Barcelone, Raimond-Bérenger, était l’ennemi de Don Alphonse et il persuada à Dona Esmeineras de refuser la main du comte Don Alphonse; et puisque le comte de Barcelone était son parent, elle l'écouta et épousa Don Bernard d’Anduze. Alors une guerre commença et la cité se divisa en deux parties. La moitié de la ville appuya la vicomtesse et ses conseillers, tandis que la seconde moitié se déclara pour le comte de Toulouse, Don Alphonse.

Or, avant [ces événements], il y avait à Narbonne une grande communauté, comptant environ deux mille Juifs, dont quelques grandes [personnalités] ainsi que des savants réputés dans le monde entier. En raison de ces troubles, ils se sont dispersés dans l’Anjou, dans le Poitou et en France. Pendant cette guerre une lourde contribution fut imposée sur la communauté [juive][3].

Fragment d'une chronique juive rédigée vers 1160

Lorsque le vicomte de Narbonne Aymeri II est tué à la bataille de Fraga, le 17 juillet 1134, en luttant contre les Almoravides aux côtés d'Alphonse le Batailleur, roi d'Aragon, il ne laisse pour héritières que deux filles encore mineures, Ermengarde, née de sa première épouse, Ermengarde de Servian, répudiée[1] et Ermessinde, née de la seconde, également prénommée Ermessinde. Ses fils, attestés dans plusieurs chartes de son vivant, sont morts avant lui : l’aîné, Aimery, apparaît nommément dans trois documents aux côtés de son père entre 1126 et 1132 et un acte de juin 1131 par lequel le vicomte s’engage avec « ses fils » prouve qu’ils étaient par ailleurs au moins deux à cette date[4].

Au moment du décès de leur père, Ermengarde est alors âgée de cinq ans ou un peu plus, sa demi-sœur est encore plus jeune[5].

Leur héritage, Narbonne et sa vicomté, occupe une place stratégique sur la scène politique régionale de l'époque, où s'affrontent tout au long du XIIe siècle les comtes de Toulouse et les comtes de Barcelone dans la « grande guerre méridionale ». De grands seigneurs comme les vicomtes de la famille Trencavel[6], les comtes de Rodez[7], les comtes de Foix[8] et les vicomtes de Narbonne[9] changent fréquemment de camp, au gré de leurs intérêts et de la conjoncture politique du moment.

Denier d'argent frappé à Narbonne par le comte Alphonse durant son occupation de la ville, portant à l'avers l'inscription ANFOS DVX (« duc Alphonse ») et au revers NARBONE CIVI (« Cité de Narbonne »)[10], claire affirmation des prétentions toulousaines[11].

Alphonse Jourdain, comte de Toulouse, prétendant peut-être exercer son droit de garde des héritières mineures à titre de suzerain, se rend maître de Narbonne vers 1139 avec l'appui d'Arnaud de Lévezou, archevêque de Narbonne et co-seigneur de la ville[12]. Le comte parvient à imposer son autorité sur plusieurs vassaux des vicomtes et obtient leur serment de fidélité en tant que seigneur de Narbonne[13]. Il dispose de certains biens vicomtaux pour se gagner des appuis[12]. Prenant le contrôle de l'atelier monétaire vicomtal, il fait frapper un denier narbonnais portant l'inscription ANFOS DVX (« duc Alphonse »), claire affirmation de ses prétentions sur la cité[11].

On retrouve en 1139 Ermengarde témoin d'un acte de vente en Vallespir, alors gouverné par son cousin germain, Raimond Bérenger IV, comte de Barcelone. Devant la menace toulousaine, Ermengarde s'est sans doute alors réfugiée sur les terres de son parent, un ennemi du comte de Toulouse[14].

Pour mieux assurer sa domination sur le Narbonnais, Alphonse, opportunément « libéré » de son épouse Faydide d'Uzès, morte ou répudiée, songe à la fin de l'année 1142 à épouser Ermengarde, qui entre dans l'adolescence. Un contrat de mariage est rédigé, le 21 octobre 1142, par lequel la vicomtesse se donne au comte « pour loyale femme » avec « Narbonne et toutes ses appartenances »[15].

Ce projet matrimonial, qui ferait passer la vicomté de Narbonne sous contrôle toulousain, menace de bouleverser l'équilibre politique régional. Du point de vue du comte de Barcelone Raimond Bérenger IV, « l'enjeu (...) était capital ; il en allait de la conservation des principautés barcelonaises dans le Midi[16] ». Fin 1142, c'est donc avec l'appui barcelonais qu'une coalition de seigneurs méridionaux se réunit, sous la direction du chef de la famille Trencavel, Roger Ier, vicomte de Carcassonne, Albi et Razès, pour s'opposer aux projets du comte de Toulouse[17]. Sur les conseils du comte de Barcelone, Ermengarde épouse Bernard d'Anduze, un veuf avec plusieurs enfants[18], fidèle du vicomte Roger et cousin des seigneurs de Montpellier.

En 1143, le comte Alphonse, vaincu par la coalition et fait prisonnier, est contraint de lâcher prise. Le traité de paix qui lui est imposé par Roger révèle que Narbonne a été « le grand enjeu de cette (...) guerre »[19]. Selon le premier article du traité, le comte de Toulouse s'engage à « restituer Narbonne à dame Ermengarde et libérer les hommes de Narbonne et de sa région des serments [de fidélité] qu'ils lui avaient prêtés pour Narbonne et les terres appartenant à la ville [...] et il doit également leur restituer les transcriptions de ces serments[20] ». Alphonse doit aussi demeurer à la garde de Bernard de Canet, l’un des principaux hommes de confiance de l’entourage des Trencavel[21], jusqu’à ce qu'il ait rendu Narbonne à Ermengarde. Le respect de ce traité de paix doit être juré par un nombre élevé de protagonistes : Ermengarde avec 40 chevaliers du Narbonnais et son époux avec 20 autres, Roger avec 20 chevaliers du Carcassès et du Razès, Raimond Trencavel (frère de Roger) et Raimond Étienne de Servian accompagnés de 20 chevaliers du Biterrois et de l'Agadès, Pierre de Minerve et les vicomtes de Lautrec Guillaume et Sicard avec 20 chevaliers de l'Albigeois[18].

La restitution de Narbonne intervient sans doute avant septembre 1143, date où le comte de Toulouse promet dans un traité signé avec les Génois et les Pisans de cesser de nuire à leur commerce à Narbonne ou en raison de Narbonne[18].

Les liens privilégiés avec Fontfroide[modifier | modifier le code]

Le cloître de Fontfroide, vu depuis la salle capitulaire, XIIe-XIIIe siècles. L'importante donation foncière d'Ermengarde à cette abbaye en 1157 marque le début de sa prospérité et permet, à terme, la construction du monastère.

Le 21 mars 1157, la vicomtesse Ermengarde donne à l'abbaye de Fontfroide, fondée vers 1093 sur des terres données par son grand-père Aymeri Ier et affiliée depuis peu aux Cisterciens, un vaste ensemble de terres situé autour du monastère. Cette donation, la plus importante reçue par l'abbaye à l'époque[22], marque le début de la puissance foncière et religieuse de l'établissement, qui va rapidement attirer les dons et s'affirmer comme le sanctuaire de la famille vicomtale de Narbonne[23]. Une spécialiste de l'histoire cistercienne compare même cette donation à une refondation littérale de l'abbaye[24].

Fait à noter, alors que les abbés de Fontfroide s'empressent habituellement de faire confirmer les donations reçues par les papes avec qui ils entretiennent alors des relations étroites, le don d’Ermengarde n'apparaît dans aucun privilège pontifical : Véronique de Becdelièvre y voit la preuve que « l'autorité de la vicomtesse était assez reconnue pour que cette donation ne fût pas mise en doute[22] ».

Les relations privilégiées de Fontfroide avec Ermengarde se poursuivent tout au long de son règne. De 1157 à 1191, la vicomtesse paraît dans sept transactions en faveur de l'abbaye cistercienne et souscrit une donation du roi Alphonse II d'Aragon en 1190. À son exemple, de nombreux fidèles et membres de sa cour favorisent également le monastère[25].

La cour d'Ermengarde[modifier | modifier le code]

La cour de la vicomtesse apparaît, selon Jacqueline Caille, « comme un des creusets du réveil intellectuel qui bouillonne en ce XIIe siècle »[26], où se pressent notamment troubadours, juristes et médecins, même si Narbonne n'atteint pas le niveau de vie intellectuel de Montpellier de l'époque.

Médecins et juristes[modifier | modifier le code]

Dans certaines régions, la présence au XIIe siècle de plusieurs médecins en un même lieu peut être considérée, selon la spécialiste de l’histoire de la médecine médiévale Danielle Jacquart, comme l’indice d’une vie intellectuelle importante[27]. Or, c’est dans l’entourage d’Ermengarde que sont repérés les premiers médecins à Narbonne : maître Bremond, attesté de 1155 à 1158/9 et maître Raoul, présent de 1171 à 1174[28].

Parmi les juristes au service de la vicomtesse se distingue surtout maître Géraud le Provençal, formé dans les écoles des régions d'Arles et de Saint-Gilles, auteur de la fameuse Summa Trecensis, qui aurait fait partie de l'entourage d'Ermengarde entre 1164 et 1171. Il aurait assuré la défense de la vicomtesse lors du procès l'opposant à Bérenger de Puisserguier, en 1164[29]. Jacqueline Caille identifie aussi comme probables « spécialistes du droit » maître Pierre et maître Bernard qui apparaissent dans un procès se déroulant par devant Ermengarde en 1152[30] André Gouron signale par ailleurs un clerc nommé Guilhem qui rédige en 1171 le texte d'un accord conclu entre la dame de Narbonne et le vicomte de Béziers[31]. Il est possible que maître Aubert de Béziers, qu'on retrouve à Narbonne vers 1170, ait aussi compté Ermengarde parmi ses clients[32].

Troubadours[modifier | modifier le code]

L'association de Narbonne avec la poésie des troubadours, perceptible dès le gouvernement d'Aymeri II (1105-1134) semble remonter aux premiers temps du mouvement, puisqu'elle est l’une des seules cours explicitement mentionnées, avec Poitiers et Ventadour, dans les vers de Guillaume IX de Poitiers (1086-1127), le premier troubadour dont les chansons ont été conservées[33]. La première des deux tornadas (envoi) de la chanson du prince-troubadour Pus vezem de novelh florir est adressée à Narbonne et demande de confirmer la bonne qualité de la chanson. Pour le romaniste Walter Meliga, cet envoi « fait entrevoir l'existence d'un milieu de passionnés de poésie à Narbonne »[34].

À l’époque où Ermengarde gouverne Narbonne, la poésie lyrique du fin'amor connaît son apogée en Occitanie. Les nombreuses allusions positives à Narbonne contenues dans les œuvres des troubadours contemporains semblent témoigner du rôle de mécène que l'historiographie traditionnelle[35] attribue souvent à la vicomtesse.

Des témoignages indirects — dates d'activités des troubadours avec qui elle aurait été en relation, datation présumée de chansons qui l'évoqueraient — semblent indiquer des contacts de la cour d'Ermengarde avec les troubadours à partir des années 1160[36].

Le troubadour Peire Rogier, représenté dans un chansonnier du XIIIe siècle

Le troubadour dont le nom est le plus souvent associé à la cour de la vicomtesse de Narbonne est Peire Rogier, dont Alfred Jeanroy fait même son « chantre officiel[37] ». Selon sa vida rédigée vers la fin du XIIIe siècle[38], après avoir abandonné son état de chanoine de Clermont pour se faire jongleur  :

« Il se rendit à Narbonne, à la cour de Madame Ermengarde, qui était alors une dame de grande valeur et de grand mérite. Elle l’accueillit très cordialement et lui procura de grands avantages. Il s’éprit d’elle, et la chanta dans ses vers et ses chansons. Elle les reçut de bon gré, et il l’appelait : « Vous-avez-tort » [Tort-n’avez]. Il séjourna longtemps à la cour avec elle, et l’on crut qu’il obtint d’elle la joie d’amour. Aussi en fut-elle blâmée par les gens de cette contrée. Et, par crainte du qu’en-dira-t-on, elle lui donna congé et l’éloigna d’elle[39]. »

C'est à Ermengarde que la trobairitz Azalaïs de Porcairagues dédie sa canso[40], d'après sa tornada : « vers Narbonne, emportez là-bas ma chanson (...) auprès de celle que joie et jeunesse guident[41] ». Bernard de Ventadour en adresse une autre à « ma dame de Narbonne dont chaque geste est si parfait que l'on ne peut médire sur son compte[42] »[43].

Selon sa vida, le troubadour périgourdin Salh d’Escola séjourna auprès d’une nommée « N’Ainermada de Nerbona ». À la mort de sa protectrice, il « abandonna l’art de « trouver » et le chant » pour se retirer dans sa ville natale de Bergerac[44]. Les éditeurs de la vida, Jean Boutière et Alexander Schutz, proposent d’identifier la dame en question à Ermengarde, dont le nom pourrait avoir été corrompu lors de la copie d’un manuscrit[45]. L’unique chanson de Salh d’Escola qui se soit conservée jusqu'à aujourd'hui ne fait cependant aucune allusion à Narbonne ni à Ermengarde[46].

Dans sa chanson La flors del verjan, le troubadour Giraut de Bornelh propose de consulter « Midons de Narbona » (pouvant indifféremment se traduire par « ma dame » ou « mon seigneur » de Narbonne) à propos d'une question de casuistique amoureuse[47] : « Demandez à ma dame de Narbonne, au sujet d'un amant trop empressé, si, quand même il obtient une fois quelque succès, il n'en perd pas cent fois plus[48]. »

La chanson Ab fina joia comensa est aussi envoyée par son auteur, Peire d'Alvernhe, aux comtes de Provence (identifiés à Raimond-Bérenger IV de Barcelone et son neveu Raimond-Bérenger III de Provence), ainsi qu'à Narbonne[49].

Raimon de Miraval semble évoquer sa réputation de générosité envers les troubadours, selon Linda Paterson[50], en remettant à son jongleur un sirventès valant, affirme-t-il, « un cheval ventru, avec une selle de Carcassonne, et une enseigne et un écu de la cour de Narbonne[51] ».

L'image d'Ermengarde[modifier | modifier le code]

André le Chapelain[modifier | modifier le code]

À la fin du XIIe siècle, un clerc français du nom d’André le Chapelain (en latin, Andreas Capellanus) rédige un Traité de l'Amour courtois (en) (en latin, De Arte honeste amandi ou De Amore), qui connaît une importante diffusion au cours de l’époque médiévale. Dans la seconde partie du traité, « Comment maintenir l'amour ? », l’auteur expose vingt-et-un « jugements d’amour » qui auraient été prononcés par certaines des plus grandes dames du royaume de France : sept de ces jugements sont attribués à Marie de France, comtesse de Champagne, trois à sa mère, Aliénor d'Aquitaine, trois autres à sa belle-sœur, la reine de France Adèle de Champagne, deux à sa cousine germaine, Élisabeth de Vermandois, comtesse de Flandre, un à l'« assemblée des dames de Gascogne » et cinq à Ermengarde de Narbonne (« Narbonensis Mengardae dominae »[52]) (jugements 8, 9, 10, 11 et 15), qui est la seule dame nommément désignée par l'auteur qui ne soit pas apparentée aux autres[53].

En dépit de la volonté polémique de l'oeuvre et du caractère très probablement fictif de ces jugements, ils attestent de la renommée acquise par Ermengarde dans le domaine de l’amour courtois, même dans l’ère culturelle de la langue d'oïl.

La Saga des Orcadiens[modifier | modifier le code]

D'après la Orkneyinga saga, Ermengarde aurait accueilli à sa cour le comte des Orcades Rögnvald Kali Kolsson, prince poète et musicien d’ascendance viking en route pour la Terre sainte[54] avec qui elle aurait vécu une romance courtoise et qui aurait composé pour elle des strophes scaldiques[55].

Exil et mort[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Auteurs anciens (jusqu'en 1900)[modifier | modifier le code]

Travaux récents (après 1900)[modifier | modifier le code]

  • Jean Boutière et Alexander Herman Schutz, éditeurs, Biographies des troubadours : textes provençaux des XIIIe et XIVe siècles, Paris, A.-G. Nizet,‎ 1973, lvii-641 p.
  • Jacqueline Caille, « Les seigneurs de Narbonne dans le conflit Toulouse-Barcelone au XIIe siècle », Annales du Midi, vol. 97, no 171,‎ juil.-sept. 1985, p. 227-244. (ISSN 0003-4398)
    Article réédité dans Caille 2005, section IX.
  • Jacqueline Caille, « Le consulat de Narbonne, problèmes des origines », dans Les origines des libertés urbaines. Actes du XVIe Congrès des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur (Rouen 7-8 juin 1985), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen,‎ 1990 (lire en ligne), p. 243-263.
    Article réédité dans Caille 2005, section VII.
  • Jacqueline Caille, « Une idylle entre la vicomtesse Ermengarde de Narbonne et le prince Rognvald Kali des Orcades au milieu du XIIe siècle ? », dans Guy Romestan, dir., Hommage à Robert Saint-Jean. Art et histoire dans le Midi languedocien et rhodanien (Xe-XIXe siècle), Montpellier, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Montpellier / 21 »,‎ 1993, p. 229-233.
    Article réédité dans Caille 2005, section XI
  • (en) Jacqueline Caille, Medieval Narbonne: A City at the Heart of the Troubadour World, Aldershot, Ashgate, coll. « Variorum Collected Studies Series »,‎ 2005, 416 p. (ISBN 978-0-86078-914-7, résumé)
    Réédition en recueil de 15 articles de Jacqueline Caille portant sur l'histoire médiévale de Narbonne, notamment Caille 1985, Caille 1990, Caille 1993 et la traduction anglaise de Caille 1995.
  • (en) Jacqueline Caille (trad. Kathryn L. Reyerson), « Origin and development of the temporal lordship of the archbishop in the city and territory of Narbonne (9th–12th centuries) », dans Jacqueline Caille, Medieval Narbonne: A City at the Heart of the Troubadour World, Aldershot, Ashgate,‎ 2005 (ISBN 978-0-86078-914-7), partie V.
    Version révisée, mise à jour et traduite en anglais de : Jacqueline Caille, « Origine et développement de la seigneurie temporelle de l'archevêque dans la ville et le terroir de Narbonne (IXe-XIIe siècles) », dans Narbonne, archéologie et histoire. 45e Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Narbonne, 14-16 avril 1972, Montpellier, 1973, tome 2, p. 9-36.
  • (en) Jacqueline Caille (trad. Kathryn L. Reyerson), « Ermengarde, viscountess of Narbonne (1127/29-1196/97) : a great female figure of the aristocracy of the Midi », dans Jacqueline Caille, Medieval Narbonne: A City at the Heart of the Troubadour World, Aldershot, Ashgate,‎ 2005 (ISBN 978-0-86078-914-7), partie X.
    Version révisée, mise à jour et traduite en anglais de Caille 1995
  • Fredric L. Cheyette (trad. Aude Carlier), Ermengarde de Narbonne et le monde des troubadours, Paris, Perrin,‎ 2006, 538 p. (ISBN 978-2-262-02437-6, résumé)
    Traduction française, avec corrections et mises à jour, de Cheyette 2001.
  • Aryeh Graboïs, « Une étape dans l'évolution vers la désagrégation de l'État toulousain au XIIe siècle : l'intervention d'Alphonse-Jourdain à Narbonne (1134-1143) », Annales du Midi, vol. 78,‎ 1966, p. 23-35 (ISSN 0003-4398).
  • (en) Hans-Erich Keller, « Ermengarda of Narbonne and Beatrice of Este : A Study in Contrasts », Tenso, vol. 10,‎ 1994, p. 9-17 (DOI 10.1353/ten.1994.0018).
  • Laurent Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles : rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat,‎ 2000 (réimpr. 2003), 445 p. (ISBN 2-7089-5600-0)
  • Jacques Michaud (dir.) et André Cabanis (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, coll. « Pays et villes de France »,‎ 1981.
  • William Paden, « Un comte des Orcades à la cour de Narbonne : Ermengarde la jeune et le scalde Rögnvald », dans Guy Latry, éditeur, La voix occitane. Actes du 8e Congrès de l'Association internationale d'études occitanes, Bordeaux, 12-17 octobre 2005, vol. I, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Saber »,‎ 2009 (ISBN 978-2-86781-576-8), p. 265-276.
  • Linda Mary Paterson (trad. Gérard Gouiran), Le Monde des troubadours : La société médiévale occitane de 1100 à 1300, Montpellier, Les Presses du Languedoc, coll. « Littérature d'Oc »,‎ 1999, 360 p. (ISBN 2-85998-193-4)
    Traduction française de : (en) Linda Mary Paterson, The World of the Troubadours : Medieval Occitan Society, c. 1100-c. 1300, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1993 (réimpr. 1995), 384 p. (ISBN 0-521-55832-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

  • Fredric L. Cheyette, « Ermengarde et les troubadours de son époque », Cahiers de Ventadour,‎ 2005 (ISBN 2-9516848-7-8)
  • (es) Joaquim Miret i Sans, « El testamento de la vizcondesa Ermengarda de Narbona », Boletín de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelone, vol. 1, no 1,‎ janvier-mars 1901-1902, p. 41-46 (ISSN 0210-7481, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Caille 2005, Addenda and Corrigenda, p. 6.
  2. Todros II, chef de la communauté juive de Narbonne vers 1130-1150, Graboïs 1966, p. 25 note 10.
  3. Traduction française par Aryeh Graboïs du texte original hébreu, dans Graboïs 1966, p. 24-25, aussi reproduit dans Cheyette 2006, p. 35-36.
  4. Caille 1995, p. 9-11.
  5. Ces dates de naissance approximatives sont proposées par Caille 1995, p. 10-11.
  6. Débax 2003, p. 72-96; Claudie Duhamel-Amado, « Les Trencavels et la guerre méridionale au XIIe siècle », dans Arno Krispin, éd., Les troubadours et l'État toulousain avant la croisade (1209) : Actes du colloque de Toulouse (9 et 10 décembre 1988), [Paris], CELO/William Blake & Co,‎ 1994 (ISBN 2-84103-021-0 et 9782841030217), p. 117-138.
  7. Frédéric de Gournay, « Guerre et paix en Rouergue à l'époque féodale », dans Guerre et paix en Rouergue: XIe-XIXe siècle, Rodez, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, 1999, p. 39-45; Frédéric de Gournay, Le Rouergue au tournant de l'an mil: De l'ordre carolingien à l'ordre féodal, IXe-XIIe siècle, Rodez/Toulouse, Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron/CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2004, p. 387 et suivantes.
  8. Claudine Pailhès, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la Croisade contre les Albigeois », Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, vol. 47,‎ 1992, p. 113-158 (ISSN 0988-1557)
  9. Caille 1985.
  10. Francis Dieulafait, « Commerce et monnayage », dans De Toulouse à Tripoli : la puissance toulousaine au XIIe siècle (1080-1208), Toulouse, Musée des Augustins, 1989, planche p. 210 no 64 et description p. 213.
  11. a et b Macé 2000, p. 293
  12. a et b Caille 1995, p. 11-12.
  13. Graboïs 1966, p. 28.
  14. Caille 1995, p. 12
  15. Texte du contrat traduit du latin en français du XVIIe siècle, dans Catel 1633, p. 589; version en français « modernisé » dans Caille 1995, p. 38 et Cheyette 2006, p. 33.
  16. Martin Aurell, Les Noces du comte : Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale / 32 »,‎ 1995 (ISBN 2-85944-251-0 et 9782859442514), p. 413.
  17. Caille 1995, p. 12-13, Graboïs 1966, p. 30-33.
  18. a, b et c Caille 2005, p. 10.
  19. Débax 2003, p. 88.
  20. Traduction française du texte original latin dans Cheyette 2006, p. 40 et Graboïs 1966, p. 32
  21. Claudie Duhamel-Amado, « L'indispensable Bernard de Canet. L'ascension d'un chevalier aux cours des Trencavel (1110-1154) », dans Hélène Débax, dir., Les sociétés méridionales à l'âge féodal (Espagne, Italie et sud de la France, Xe-XIIIe s.) — Hommage à Pierre Bonnassie, CNRS / Université de Toulouse-Le Mirail, coll. « Méridiennes », Toulouse, 1999, p. 355-364. (ISBN 2-912025-03-6)
  22. a et b Véronique de Becdelièvre, « Les relations privilégiées de l’abbaye de Fontfroide avec le Saint-Siège aux XIIe et XIIIe siècles », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 95, no 1,‎ 2009, p. 9 (lire en ligne).
  23. François Grèzes-Rueff, « L'abbaye de Fontfroide et son domaine foncier aux XIIe et XIIIe siècles », Annales du Midi, vol. 89,‎ 1977, p. 256, 258. (ISSN 0003-4398).
  24. Constance Hoffman Berman, The Cistercian Evolution: The Invention of a Religious Order in Twelfth-Century Europe, University of Pennsylvania Press, 2010, p. 131 : « In its earliest guise, Fontfroide is described as a tiny struggling house of monks founded in 1093 on lands given by Viscount Aimeric of Narbonne. The abbey had to be virtually refounded by Ermengardis, viscountess and ruler of Narbonne, in the mid-twelfth century. »
  25. Véronique de Becdelièvre, Le chartrier de l'abbaye cistercienne de Fontfroide (894-1260), tome 1 : Introduction, note sur l'édition, bibliographie et index, Paris, CTHS, 2009, p. LVIII-LX.
  26. Caille 1995, p. 20, Caille, Recherches, p. 225
  27. Danielle Jacquart, Le milieu médical en France du XIIe au XVe siècle, Librairie Droz,‎ 1981, p. 238 et note 2
  28. Caille, Recherches, p. 224-225, 233 no 1-2
  29. Caille 1995, p. 21.
  30. Caille 1990, p. 248 et 262 note 77.
  31. André Gouron, « L'entourage de Louis VII face aux droits savants : Giraud de Bourges et son ordo », Bibliothèque de l'école des chartes, 1988, tome 146, p. 27 note 60. pp. 5-29.
  32. André Gouron, « Le "grammairien enragé" : Aubert de Béziers et son œuvre (Ms. Turin, Bibl. Naz. D.V.19) », Index : quaderni camerti di studi romanistici, international survey of roman law : omaggio a Peter Stein, 1994, no 22, p. 448; Caille 1995, p. 21.
  33. Anglade 1907, p. 737-738 ; Ruth Harvey, « Courtly Culture in Medieval Occitania », dans Simon Gaunt et Sarah Kay, éd. The Troubadours : An Introduction, Cambridge / New York, Cambridge University Press, 1999, p. 15.
  34. Walter Meliga, « L'Aquitaine des premiers troubadours. Géographie et histoire des origines troubadouresques », dans Jean-Yves Casanova et Valérie Fasseur (dir.), L'Aquitaine des littératures médiévales, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2011, p. 48.
  35. Anglade 1907, p. 739-743 ; Nicholson 1976, p. 3, 160-164.
  36. Paterson 1999, p. 101; Paden 2009, p. 272.
  37. Alfred Jeanroy, La poésie lyrique des troubadours, Genève, Slatkine,‎ 1998 (1re éd. 1934), p. 166
  38. Cheyette 2006, p. 20 et 24
  39. Vida anonyme de Peire Rogier : « E venc s’en a Narbona, en la cort de ma domna Ermengarda, qu’era adoncs de gran valor e de gran pretz. Et ella l’acuilli fort e ill fetz grans bens. E s’enamoret d’ella e fetz sos vers e sas cansos d’ella. Et ella los pres en grat. E la clamava « Tort-n’avez ». Lonc temps estet ab ela en cort e si fo crezut qu’el agues joi d’amor d’ella; don ella·n fo blasmada per la gen d’aqella encontrada. E per temor del dit de la gen si·l det comjat e·l parti de se », traduction française par Irénée-Marcel Cluzel avec la collaboration de M. Woronoff, publiée, avec le texte original occitan, dans Boutière et Schutz, p. 267 et 269.
  40. Cheyette 1999, p. 168; 232 note 82.
  41. Azalaïs de Porcairagues, Ar em al freg temps vengut : « ves Narbona portas lai / ma chanson [...] / lei cui iois e iovenz guida », édition du texte occitan et traduction française de Jörn Gruber, dans Gérard Zuchetto et Jörn Gruber, Le Livre d'or des troubadours : XIIe-XIVe siècle, anthologie, Éditions de Paris, Paris, 1998, p. 52.
  42. Bernard de Ventadour, chanson 34, La dousa votz ai auzida, VIII, 58-60 : « midons a Narbona / que tuih sei faih son enter / c'om no·n pot dire folatge », édition du texte occitan par Moshé Lazar, éditeur [scientifique], Bernard de Ventadour, troubadour du XIIe siècle : chansons d’amour, Librairie C. Klincksieck, coll. Bibliothèque française et romane - Série B, Éditions critiques de textes (no 5), Paris, 1966, p. 192 ; traduction française dans Cheyette 2006, p. 251.
  43. Nicholson 1976, p. 160-161.
  44. Vida anonyme de Salh d'Escola, texte original occitan : « Salh d'Escola si fo de Barjarac, d’un ric borc de Peiregorc, fils d’un mercadier. E fez se joglar e fez de bonas cansonetas. Et estet cum N’Ainermada de Nerbona ; e quant ella mori, el se rendet a Bragairac e laisset lo trobar e’l cantar. »; traduction française : « Salh d'Escola fut de Bergerac, d’un puissant bourg du Périgord ; il était fils d’un marchand. Et il se fit jongleur, et composa de bonnes chansonnettes. Il résida auprès de N’Ainermada de Nerbona et lorsqu’elle mourut, il se rendit à Bergerac et abandonna l’art de « trouver » et le chant. ». Traduction française par Irénée-Marcel Cluzel avec la collaboration de M. Woronoff, publiée, avec le texte original, dans Boutière et Schutz, p. 64.
  45. Boutière et Schutz, p. 64, note 3.
  46. Nicholson 1976, p. 162; Keller 1994, p. 10.
  47. Nicholson 1976, p. 162.
  48. Traduction française : Jean Jacques Salverda de Grave, Observations sur l'art lyrique de Giraut de Borneil, Amsterdam, Noord-Hollandsche uitgeversmaatschappij, 1938, p. 53.
  49. Nicholson 1976, p. 161; Peire d’Alvernhe, Ab fina ioia comenssa
  50. Paterson 1993, p. 98; Paterson 1999, p. 101.
  51. Raimon de Miraval, sirventès XXIX, A Dieu me coman, Bajona, I, 5-8 : « caval maucut / Ab sela de Carcassona / Et entressenh et escut / De la cort de Narbona », édition du texte occitan et traduction française de L.T. Topsfield, éditeur scientifique, Les Poésies du troubadour Raimon de Miraval, A. G. Nizet, Paris, 1971, p. 316 et 318.
  52. Andreas Capellanus, De Amore [édition latine en ligne]
  53. John Jay Parry, « Introduction », dans John Jay Parry, traducteur, The Art of Courtly Love by Andreas Capellanus, Columbia University Press, New York, réédition, 1990 (1941, 1959, 1969), p. 20; Arnaud Baudin, André le Chapelain et le Traité de l'Amour courtois [en ligne]
  54. Jean Renaud La Saga des Orcadiens Traduite et présentée par Aubier Paris (1990) (ISBN 2 70071642 6), chapitre LXXXVI « la Croisade » p. 195-197
  55. Caille 1993.