Erich Kleiber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erich et Kleiber.

Erich Kleiber

Description de cette image, également commentée ci-après

Erich Kleiber

Naissance
Vienne, Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès
Zurich, Drapeau de la Suisse Suisse
Activité principale Chef d'orchestre
Descendants Carlos Kleiber

Erich Kleiber est un chef d'orchestre autrichien, né le à Vienne (Autriche) et mort le à Zurich. Il est le père de Karl, devenu Carlos Kleiber, également chef d'orchestre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie d'abord la musique à Prague, où il débute en 1911 comme chef de chœurs au Théâtre national. Après avoir dirigé à Darmstadt de 1912 à 1918, puis à Wuppertal de 1919 à 1921, Mannheim en 1922 et Düsseldorf en 1923, il devient directeur musical de l'opéra de Berlin, où il crée de nombreuses œuvres, en particulier, Wozzeck, l'opéra d'Alban Berg en 1925, et Christophe Colomb de Darius Milhaud en 1930. Il participe à la controverse sur Mathis le peintre de Hindemith et impose la création de Lulu, le deuxième opéra de Berg, aussitôt déclaré "art dégénéré" par les autorités nazies en 1935, ce qui entraîne sa démission. Erich Kleiber quitte alors l'Allemagne et devient chef invité à Amsterdam (de 1933 à 1938, puis 1949-1950), à La Scala de Milan (de 1935 à 1939), à Moscou, où il est le premier chef de l'Orchestre symphonique d'État de l'URSS (en 1936), au Covent Garden de Londres. Il quitte ensuite l'Europe et s'installe avec sa famille à Buenos Aires en 1937. Il prend alors la nationalité argentine et dirige au Teatro Colón, où il eut pour corrépétiteur le jeune Michael Gielen. Jusqu'en 1949 il y donne tout le répertoire allemand et en particulier Wagner. Il est aussi invité par l'Orchestre philharmonique de La Havane (de 1944 à 1947) et par l'Orchestre de la NBC (1946-1948). Il revient ensuite en Europe, dirige au Covent Garden (1950-1953), est nommé premier chef à l'Opéra de Berlin (est) en 1954, mais rompt son contrat en 1955, sans avoir dirigé une seule fois pour protester contre les interférences politiques du régime communiste.

Erich Kleiber faisait partie de la “génération dorée” des chefs d'orchestre austro-allemands, celle de Bruno Walter, Otto Klemperer, Wilhelm Furtwängler, Hans Knappertsbusch, Clemens Krauss et Karl Böhm. Comme eux, il possédait un sérieux et une dignité dans la conduite orchestrale qui le font paraître, en comparaison, plus mesuré et plus équilibré que son fils, avec un style sans pathos et toujours très élégant. Parmi les enregistrements qu'il a laissés, ses Noces de Figaro, enregistrées en 1955, avec l'orchestre philharmonique de Vienne, Cesare Siepi, Lisa della Casa et Suzanne Danco sont justement célébrées comme un sommet inégalé, et plusieurs versions de Tristan et Isolde, entre autres, restent mémorables. Il a aussi composé plusieurs concertos, de la musique de chambre et pour piano.

Comme son fils plus tard, les circonstances de sa mort restent mystérieuses, puisqu'on n'est pas certain qu'il se soit suicidé ou non.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :