Eric Johnson (guitariste américain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Eric Johnson

alt=Description de l'image Eric Johnson cropped.jpg.
Informations générales
Naissance 17 août 1954 (60 ans)
Austin, Texas
Genre musical Rock instrumental, jazz fusion, country, heavy metal, blues
Instruments Guitare, piano

Eric Johnson, né le 17 août 1954, est un guitariste américain, compositeur, et chanteur d'Austin (Texas). Surtout connu pour ses capacités à la guitare électrique, il est également chanteur et joueur de guitare acoustique, lap steel guitar, instrument à résonateur, basse et de piano[1]. Il est à l'aise dans un large éventail de genres musicaux différents, ce qui est visible dans ses travaux en studio et sur scène, dans lesquels il incorpore des éléments de rock, blues électrique ou acoustique, jazz, fusion, soul, folk, new age, classique et country[2].

Dans un portrait réalisé par le magazine Keyboard mag, Eric Johnson a été qualifié de « l'un des guitaristes virtuoses les plus respectés de la planète »[3]. En 1990, son album Ah Via Musicom a été certifié disque de platine. Le single Cliffs Of Dover extrait de l'album lui a valu en 1991 le Grammy award de la « meilleure prestation rock instrumentale »[4].

Johnson a participé en 1996 à la tournée américaine de Joe Satriani en compagnie également de Steve Vai. Ils forment alors la première version du groupe G3.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Eric Johnson naît dans une famille passionnée par la musique. Son père, qui pratique le sifflement musical, incite ses trois sœurs et lui à prendre des leçons de piano. Il commence à apprendre la guitare à 11 ans et découvre rapidement des musiciens qui vont fortement l'influencer, tels que Chet Atkins, Eric Clapton, Jimi Hendrix, Wes Montgomery, Jerry Reed, Bob Dylan, et Jeff Beck, entre autres[2],[5],[6],[7]. Dès l'âge de 15 ans, il rejoint son premier groupe professionnel, Mariani, un groupe de rock psychédélique. En 1968, Eric Johnson enregistre une démo avec ce groupe, qui est diffusée de manière très limitée. Des années plus tard, cet enregistrement est devenu un objet de collection très recherché[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir été diplômé de l'enseignement secondaire, Eric Johnson étudie brièvement à l'Université du Texas à Austin puis voyage avec sa famille en Afrique. De retour à Austin en 1974, il rejoint un groupe de fusion local appelé Electromagnets. Le groupe tourne et enregistre à l'échelle régionale, mais ne parvient pas à attirer l'attention des majors nationales, et finit par se séparer en 1977. Toutefois, notamment en raison de la qualité du jeu d'Eric Johnson, les Electromagnets ne passent pas complètement inaperçus, se créant un petit groupe de fans ; des décennies plus tard leurs deux albums devenus culte connaissent finalement une diffusion importante en étant ressortis au format CD[9],[10].

Après la disparition des Electromagnets, Eric Johnson forme un trio, l'Eric Johnson Group, avec le batteur Bill Maddox et le bassiste Kyle Brock, avec lequel il part en tournée dans la région d'Austin. Entre 1976 et 1978, le groupe enregistre un album complet intitulé Seven Worlds. Johnson a auparavant signé un contrat d'exclusivité avec la société d'agent artistique Lone Wolf Produtions qui est donc chargée d'obtenir un contrat avec une maison de disque pour publier l'album. Espérant parvenir avec un accord avec une major, Lone Wolf refuse plusieurs offres de labels moins importants ; finalement, l'album ne peut sortir[11],[12]. Ce n'est que bien plus tard en 1998 que Seven Worlds a pu être publié[13]. En attendant de pouvoir se libérer de son contrat, Eric Johnson commence à travailler en tant que musicien de studio, notamment pour des artistes aussi connus que Cat Stevens[14], Carole King, ou Christopher Cross[15]. Dans le même temps, il continue à jouer dans des concerts locaux, et à développer son style personnel. Sa carrière rebondit en 1984 avec sa signature chez Warner Bros Records, facilitée par l'expiration de son contrat avec Lone Wolf Productions. Plusieurs versions circulent sur les circonstances entourant la signature de ce contrat. Selon l'une, ce serait Prince qui aurait recommandé au label de signer Johnson[12] ; une autre veut que Warner aurait suivi une recommandation de Christopher Cross pour qui Johnson avait été musicien de studio[16].

Tones, le premier album d'Eric Johnson sur une major, sort en 1986[17]. En mai 1986, Johnson fait la couverture du magazine Guitar Player[9] ; le titre Zap est nominé pour le Grammy Award de la meilleure prestation rock instrumentale. Malgré ces marques d'intérêt et de bonnes critiques dans la presse, l'album ne se vend qu'à 50 000 exemplaires. Warner Brothers qui juge ce résultat insuffisant laisse expirer le contrat d'Eric Johnson. Celui-ci rejoint alors le label indépendant Cinema Records qui lui laisse une liberté totale pour son prochain album[18].

Au moment de la signature avec Cinema, le label indépendant bénéficiait d'un accord de distribution avec Capitol Records, mais alors que Johnson travaille à son prochain disque, ce contrat est résilié. Capitol accepte cependant de reprendre sur son catalogue ce qui va devenir l'album Ah Via Musicom, convaincu par le volume du matériel déjà enregistré par le guitariste[18]. L'album n'est pourtant finalisé que bien plus tard, Johnson se montrant très exigeant, réenregistrant à de nombreuses reprises les mêmes parties jusqu'à obtenir le son qu'il souhaite. Au total, la réalisation d'Ah Via Musicom prend quinze mois de travail en studio, avec des sessions de 14 heures par jour[18]. L'album sort finalement début 1990.

Ah Via Musicom lance véritablement la carrière d'Eric Johnson. L'album atteint la 67e place du Billboard 200 ; les quatre singles qui en sont extraits, Trademarks, High Landrons, Righteous, Cliffs of Dover sont classés dans le Mainstream Rock Tracks chart, trois d'entre eux atteignant le Top 10. Cliffs Of Dover remporte par ailleurs le Grammy award de la meilleure prestation de rock instrumentale[19].

Après ce succès, Johnson ne parvient pas à donner un successeur à Ah Via Musicom avant plusieurs années. Toujours perfectionniste, ce qui allonge considérablement la durée des sessions d'enregistrement, il rencontre également des problèmes personnels ainsi qu'avec ses musiciens habituels, le bassiste Kyle Brock et le batteur Tommy Taylor, qui le quittent après de nombreuses années de collaboration fructueuse[20].

Venus Isle sort finalement le 3 septembre 1996. Par rapport aux précédentes œuvres du guitariste, il se distingue en particulier par des touches de world music qui témoignent d'une évolution dans son style. L'album reçoit un accueil qui n'est pas à la hauteur de celui qu'avait connu son prédécesseur : les critiques sont mitigées, et les ventes nettement plus faibles. En conséquence, Eric Johnson est contraint de quitter Capitol Records. Il rebondit en participant d'octobre à novembre 1996 à une tournée qui rencontre un grand succès en compagnie des célèbres guitaristes Joe Satriani et Steve Vai, la tournée G3. Ce spectacle fait l'objet d'un CD live et d'un DVD certifiés disque de platine intitulés G3: Live in Concert.

En marge de sa carrière solo, Eric Johnson se lance en 1994 dans un projet parallèle appelé Alien Love Child avec lequel il joue de manière sporadique pendant la période d'enregistrement de Venus Isle. Le succès de ces concerts auprès des fans incite Johnson à donner un caractère plus permanent au groupe, avec lequel il commence à tourner de manière plus soutenue. Il en résulte un album live, Live And Beyond, qui sort en 2000 sur le label Favored Nations de Steve Vai. Avec ce projet, Johnson retrouve une certaine spontanéité en acceptant de publier une musique enregistrée en direct, à l'opposé des innombrables prises qui caractérisent ses productions en studio[21],[22],[23].

Johnson finit cependant par retourner au studio d'enregistrement, et sort Souvenir en 2002 sur son propre label Vortexan Records. Disponible sur Internet, l'album est écouté 65 000 fois pendant les sept premières semaines qui suivent sa publication sur mp3.com[13]. Johnson effectue ensuite deux tournées de promotion de Souvenir, la première électrique, et la seconde acoustique[24],[25].

En 2003, Eric Johnson contribue à l'album solo de Mike Tramp, More to Life than This, avec un long solo sur le titre The Good, the Sad and the Ugly[26]. En 2004, Johnson joue Desert Rose au Crossroads Guitar Festival (en) ; son interprétation apparaît sur le disque 2 du DVD sorti à l'occasion du festival.

L'album studio suivant de Johnson, Bloom est publié en juin 2005, à nouveau sur le label Favored Nations de Steve Vai. Il est divisé en trois sections chacune dans un style musical différent, dans le but de mettre en valeur la polyvalence de Johnson[1],[27].

Eric Johnson sort deux autres titres peu après Bloom : un album live enregistré à l'Austin City Limits en décembre 1988, publié à la fois sur DVD et CD sur New West Records en novembre 2005 ; et un DVD pédagogique intitulé The Art of Guitar publié à la fin de l'année 2005 par Hal Leonard Corpopration.

En janvier 2006, un dénommé Brian Sparks est arrêté pour avoir usurpé l'identité d'Eric Johnson afin de soutirer à plusieurs entreprises des guitares et de l'équipement musical pour une valeur totale d'environ 18 000 dollars[28].

En septembre 2006, Eric Johnson participe à une production théâtrale intitulée Primal Twang: The Legacy of the Guitar qui retrace l'histoire de la guitare à travers les âges. En septembre 2007, il participe à nouveau à un spectacle des mêmes auteurs, Love In: A Musical Celebration, qui évoque à travers la musique l'été 1967, le fameux Summer of Love. Il y interprète plusieurs titres de Jimi Hendrix et de Cream[29]. Par ailleurs, il prend part fin 2006 à une deuxième tournée G3 en Amérique du Sud, avec Joe Satriani et John Petrucci.

Son projet suivant est la réalisation d'un album tout-acoustique[30] ; mais en 2007 il décide de les abandonner pour se consacrer plutôt à un nouvel album studio « classique »[31]. L'album Up Close sort finalement le 7 décembre 2010 chez Vortexan Music[32].

Son single Cliffs Of Dover apparaît dans les jeux vidéo de rythme Guitar Hero 3: Legends of Rock (2007) et Rocksmith (2011).

Du 13 au 16 février 2014, il participe à l'événement Ultimate Musician's Fantasy Camp organisé à Las Vegas par le magazine Guitar Player, aux côtés des guitaristes Joe Perry, Steve Vai, Elliot Easton (en), Michael Anthony et bien d'autres[33]. Il joue également en 2014 dans plusieurs concerts de l'Experience Hendrix Tour, une tournée consacrée à la musique de Jimi Hendrix ; parmi les autres guitaristes invités figurent Zakk Wylde, Buddy Guy, Jonny Lang, Kenny Wayne Shepherd, Dweezil Zappa et Doyle Bramhall II[34].

Le 24 juin 2014, Provogue records publie Europe Live[35], un album live de 14 titres enregistrés au cours de sa tournée européenne de 2013, dont deux compositions inédites. L'une d'entre elles, Evinrude Fever, est inpirée par sa passion pour le ski nautique et la plaisance[36].

Guitare et équipements[modifier | modifier le code]

Guitares[modifier | modifier le code]

Eric Johnson est surtout connu pour jouer sur des guitares électriques Fender Stratocaster et Gibson ES-335 avec une installation à trois amplis composés d'amplificateurs Fender, Dumble et Marshall. Il a aussi utilisé d'autres marques de guitare telles que Robin, Rickenbacker, Jackson et Charvel ; une guitare de cette dernière marque apparaît d'ailleurs sur la couverture de l'album Ah Via Musicom. Depuis 2001, Eric Johnson a ajouté une Gibson Custom Shop '59 Les Paul Reissue à ses guitares de prédilection.

Eric Johnson a fait construire selon ses spécifications plusieurs modèles de guitare qui ont ensuite été commercialisées à destination du grand public. En 2003, C.F. Martin & Company sort une guitare édition limitée « Eric Johnson Signature MC-40 ». Johnson fait don de 5% des bénéfices des ventes de cette guitare à l'hôpital de la Thomas Jefferson University, où son père avait fait ses études de médecine[37]

En 2005, Fender sort une guitare « Eric Johnson Signature Fender Stratocaster » également construite selon ses spécifications. Cette sortie est suivie de celle d'un deuxième modèle en 2009, l'« Eric Johnson Signature Stratocaster Rosewood », dont les caractéristiques sont les mêmes que celle de la guitare « Eric Johnson Maple Neck », avec l'ajout d'un pickguard inhabituel blanc triple épaisseur à 8 trous, un micro treble chaud et une touche plastifiée en palissandre avec marqueurs en perloid en forme de points.

Eric Johnson a également signé d'autres éléments d'équipement, comme les cordes « GHS Eric Johnson Nickel Rockers Electric Guitar Strings », les micros « DP211 Eric Johnson Signature Micros » chez DiMarzio et un amplificateur « Fullton-Webb ». Jim Dunlop a de plus commercialisé un plectre « Eric Johnson signature Jazz III » et une pédale Fuzz Face signée Eric Johnson. En 2012 est encore sorti le haut-parleur de guitare à aimant en alnico « Eminence Eric Johnson signature 12 " ».

Effets[modifier | modifier le code]

Eric Johnson utilise des pédales d'effets tels que la Fuzz Face Dallas-Arbiter, la Tube Driver BK Butler, la chorus MXR KD IV Stereo, la wah-wah Vox CryBaby[38], la flanger Toadworks Barracuda[39], la fuzz Prescription Electronics Experience[40], MXR 1500 digital Delay, Line 6 Echo Pro Studio Modeler, et jusqu'à deux delay Echoplex[41],[42] Tous ces éléments sont reliés à plusieurs boîtes A/B pour créer des sons et des tons à la fois clairs et distordus. Bien que la majorité de la configuration utilisée par Eric Johnson soit de type « vintage », il a récemment commencé à utiliser des équipements plus modernes, dont notamment un chorus stéréo produit par Analog Man et un Fractal Audio Systems Axe-Fx.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

Fin 2006, Eric Johnson est passé d'un mode d'enregistrement analogique à un format numérique[43].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Albums vidéos[modifier | modifier le code]

Vidéos pédagogiques[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Eric Johnson: Total Electric Guitar - Format VHS
  • 1996 : Eric Johnson: The Fine Art of Guitar - Format VHS
  • 2006 : Eric Johnson: The Art of Guitar - Format DVD

Singles[modifier | modifier le code]

  • Extraits - Ah Via Musicom :
    • Righteous (1990)
    • High Landrons (1990)
    • Cliffs Of Dover (1990)
    • Trademark (1991)
  • Extrait - Venus Isle :
    • Pavillon (1996)
  • Extraits hors-album :
    • Beck's Bolero (2007)
    • The Wind Cries Mary (2013)
    • Tidal (2013)
    • Wonder (2013)
    • Imagination of You (avec Christopher Cross) (2013)
    • To Whom It May Concern (2013)

Autres enregistrements[modifier | modifier le code]

Album Chanson Année Notes Ref.
Perpetuum Mobile - Mariani
1970 membre du groupe [44]
Electromagnets - Electromagnets
1975 [45]
Christopher Cross - Christopher Cross Minstrel Gigolo 1976 invité [46]
One to One - Carole King
1979 [47]
Long Time Friends - Alessi Rise Up 1982 [48]
Marc Anthony Thompson - Marc Anthony Thompson Recover Gracefully 1984 [49]
Stand Up - Steve Morse Band Distant Star 1985 [50]
Street Language - Rodney Crowell Ballad Of Fast Eddie 1986 [51]
Guitar Speak Western Flyer 1988 divers artistes - compilation [52]
Willie Jones - Willie Jones So Long Mary Jane 1990 invité [53]
The Urge - Stuart Hamm On Our Dreams et Lone Star 1991 invité [54]
Instrumental Moods Cliffs Of Dover divers artistes - compilation [55]
Guitar's Practicing Musicians, Vol. 2 Cliffs Of Dover [56]
Rush Street - Richard Marx Keep Coming Back 1992 invité [57]
The Hunter - Jennifer Warnes Lights Of Louisiana et I Can't Hide [58]
Rendezvous - Christopher Cross Nothing Will Change [59]
Herman Harris & the Voices of Hope - Herman Harris
1993 [60]
Read My Licks - Chet Atkins Somebody Loves Me Now 1994 invité [61]
Wave of the Hand - Carla Olson I'm Tryin' 1995 [62]
True Voices At The End Of The Day avec Susan Cowsill divers artistes - compilation [63]
Angelica Ave Maria 1997 [64]
Merry Axemas The First Nowell [65]
Guitar Gods Trademark 1998 invité [66]
Walking in Avalon - Christopher Cross When She Smiles [57]
Koko's Hideaway - Van Wilks Vanquila 1999 [67]
The Best of Rockline S.R.V. divers artistes - compilation [68]
Moods Box Set Cliffs Of Dover [69]
Fingers And Thumbs - Adrian Legg Lunchtime At Rosie's invité [70]
Live and Beyond - Alien Love Child
2000 membre du groupe [71]
Been A Long Time - Double Trouble In The Garden 2001 invité [72]
Texas Guitar Slingers Vol. 1 Enzo Shuffle 2002 divers artistes [73]
More To Life Than This - Mike Tramp On The Good, The Sad, And The Ugly 2003 invité [74]
A Guitar Supreme, Giant Steps in Fusion Guitar Resolution 2004 divers artistes - compilation [75]
Don't Mess With Texas Vol. 2 Boogie King [76]
KGSR 107.1 Broadcasts Vol. 12 Song For George [77]
Fusion For Miles, A Guitar Tribute: A Bitchin' Brew Jean Pierre 2005 [78]
Industrial Zen - John McLaughlin New Blues Old Bruise 2006 invité [79]
Viva Carlos: A Supernatural Marathon Celebration Aqua Marine compilation of various artists [80]
Walk On - Roscoe Beck Together All The Time invité [81]
Electromagnets 2 - Electromagnets
membre du groupe [82]
The Devil Knows My Name - John 5 The Washing Away Of Wrong 2007 invité [83]
Freeway Jam: To Beck and Back Beck's Bolero divers artistes - compilation [84]
Lovers - Bobby Whitlock et CoCo Carmel Layla 2008 invité [85]
From The Reach - Sonny Landreth The Milky Way Home [86]
Bridging the Gap - Doyle Dykes Red Clay [87]
Big Neighborhood - Mike Stern 6th Street, Long Time Gone 2009 [88]
Doctor Faith - Christopher Cross Hey Kid 2010 [89]
Elemental Journey - Sonny Landreth Passionola 2012 [90]
Musica E Palavras Dos Bee Gees
(album d'hommage aux Bee Gees) par Ana Gazzola
Run To Me [91]
2776 Not What the Founders Intended 2014 divers artistes - compilation [92]

Jeux vidéos[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Albums :
  • Chansons :
    • 1987 : Zap (Tones) : Grammy - Meilleur titre rock instrumental - nomination[95]
    • 1992 : Cliffs Of Dover (Ah Via Musicom) : Grammy - Meilleure prestation rock instrumentale - vainqueur[4]
    • 1997 : Pavilion (Venus Isle) : Grammy - Meilleure prestation rock instrumentale - nomination[96]
    • 1998 : S.R.V. (Venus Isle) : Grammy - Meilleure prestation rock instrumentale - nomination[95]
    • 2002 : Rain (Live and Beyond) : Grammy - Meilleure prestation pop instrumentale - nomination[97]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Guitarist Eric Johnson Interview », sur Guitarhoo,‎ 8 mai 2014 (consulté le 28 septembre 2014)
  2. a et b (en) Matt Pinson, « Eric Johnson: In Full Bloom », sur MusicPlayers.com,‎ 2013 (consulté le 28 septembre 2014)
  3. (en) Jimmy Leslie, « On Tackling Odd Meters: Eric Johnson »,‎ août 2006 (consulté le 28 septembre 2014) : « one of the most respected guitar virtuosos on the planet »
  4. a et b (en) « Past Winners Search - 1991 », sur grammy.com (consulté le 28 septembre 2014)
  5. (en) Scott Simon, « Eric Johnson's Guitar Gets to Austin's Roots », sur nprmusic.org,‎ 13 août 2005 (consulté le 28 septembre 2014)
  6. (en) « An Interview with Eric Johnson », sur Boston Beats (consulté le 28 septembre 2014)
  7. (en) « Nine Questions with: Eric Johnson Interview », sur FingerstylesGuitarist.com (consulté le 28 septembre 2014)
  8. (en) « Mariani (with Eric Johnson) », sur sonobeatrecords.com (consulté le 28 septembre 2014)
  9. a et b (en) Jas Obrecht, « Eric Johnson - An Underground Legend Surfaces », Guitar Player Magazine,‎ mai 1986 (lire en ligne)
  10. (en) Cliff Endres, « Electromagnets - Selling Jazz to the Schlock-Rock Hardheads », sur ericjohnson.com (consulté le 28 septembre 2014)
  11. (en) « Seven Worlds Interview », sur ericjohnson.com (consulté le 28 septembre 2014)
  12. a et b (en) Ed Decker, « Johnson, Eric », sur encyclopedia.com,‎ 1997 (consulté le 28 septembre 2014)
  13. a et b (en) « Eric Johnson Biography », sur ericjohnson.com (consulté le 28 septembre 2014)
  14. (en) Chris M. Junior, « Storytime: Eric Johnson », sur MedleyVille.us,‎ 22 mars 2004 (consulté le 28 septembre 2014)
  15. (en) James K. Wilcox, « StarPolish Interview: Eric Johnson »,‎ 6 novembre 2003 (consulté le 28 septembre 2014)
  16. (en) « Guitar hero Eric Johnson finds he still has plenty to learn », sur RecordNet.com (consulté le 28 septembre 2014)
  17. (en) « Tones », sur AllMusic.com (consulté le 28 septembre 2014)
  18. a, b et c (en) Raoul Hernandez, « Up From the Skies: Eric Johnson's Lifelong Quest », The Austin Chronicle (consulté le 29 septembre 2014)
  19. (en) « Ah Via Musicom - Eric Johnson - Awards », sur AllMusic (consulté le 29 septembre 2014)
  20. (en) Raoul Hernandez, « Eric's World: The Many Fanastic Colors of », The Austin Chronicle,‎ 27 septembre 1996 (lire en ligne)
  21. (en) Adam Levy, « Eric Johnson Cuts Loose on a Rockin' Live Album », Guitar Player,‎ décembre 2000 (lire en ligne)
  22. (en) Brian Vance, « Eric Johnson: Chasing The Tone Carrot », sur Gibson Guitars Online,‎ 28 juin 2001 (consulté le 29 septembre 2014)
  23. (en) Adam St. James, « Eric Johnson: Moving Beyond Perfection », sur Guitar.com,‎ 26 octobre 2000 (consulté le 29 septembre 2014)
  24. (en) Brian Baker, « Magic Johnson », sur CityBeat.com,‎ 2 juillet 2003
  25. (en) Jianda Love, « Jianda interview with Eric Johnson », sur 'SugarMamaPR.com,‎ 2003
  26. (en) « Mike Tramp - Sea of Tranquility interview »
  27. (en) Jimmy Leslie, « Obsessive Perfectionist Eric Johnson Is Trying Go With the Flow », Guitar Player Magazine,‎ septembre 2005 (lire en ligne)
  28. (en) « Man Poses As Grammy Winner to Get Guitars », Dominican Today,‎ 5 janvier 2006 (lire en ligne)
  29. (en) Dave Kirby, « The perfectionist Eric Johnson finds artistry in the details », Boulder Weekly,‎ 27 septembre - 3 octobre 2007 (lire en ligne)
  30. (en) Alan Sculley, « Don't try rushing Eric Johnson », U-T San Diego,‎ 22 juin 2005 (lire en ligne)
  31. (en) Ted Alvarez, « Guitar hero Eric Johnson plays in Beaver Creek », sur Vail Daily News,‎ 24 septembre 2007 (consulté le 3 octobre 2014)
  32. (en) « Eric Johnson - Up Close », sur AllMusic.com (consulté le 3 octobre 2014)
  33. (en) « Rock 'n' Roll Fantasy Camp », sur rockcamp.com,‎ 27 février 2014 (consulté le 3 octobre 2014)
  34. (en) « Experience Hendrix - 2014 Performing Artists », sur experiencehendrixtour.com (consulté le 3 octobre 2014)
  35. (en) « Europe Live », sur ericjohnson.com
  36. (en) Christopher Scapelliti, « Eric Johnson Conquers Europe, Returns With Live Album », Guitar Aficionado,‎ 24 avril 2014 (lire en ligne)
  37. (en) « Jefferson Medical College Students to Benefit from Generosity of Grammy-Winning Guitarist Eric Johnson », sur Thomas Jefferson University Hospital,‎ 25 mars 2004
  38. (en) « Pedals and Effects », sur ericjohnson.com (consulté le 4 octobre 2014)
  39. (en) « Eric Johnson's Guitars and Gears » (consulté le 4 octobre 2014)
  40. (en) « Eric Johnson (Jimi Hendrix Experience Tour Soundcheck) Gear 2010 »
  41. (en) Pete Prown et Lisa Sharken, Gear Secrets of the Guitar Legends: How to Sound Like Your Favorite Players, Hal Leonard,‎ 2003, 20 p. (ISBN 978-0-87930-751-6, présentation en ligne)
  42. (en) Peter Fischer, Masters of Rock Guitar 2: The New Generation, Volume 2, Mel Bay,‎ 2006, 67 p. (ISBN 978-3-89922-079-7, présentation en ligne)
  43. (en) « Guitarist Eric Johnson Adds Euphonix to Studio Arsenal », sur euphonix.com,‎ 5 décembre 2006 (consulté le 4 octobre 2014)
  44. (en) Perpetum Mobile sur Allmusic
  45. (en) Electromagnets sur Allmusic
  46. (en) Christopher Cross sur Allmusic
  47. (en) One to One sur Allmusic
  48. (en) Long Time Friends sur Allmusic
  49. (en) Recover Gracefully sur Allmusic
  50. (en) Distant Star sur Allmusic
  51. (en) Ballad Of Fast Eddie sur Allmusic
  52. (en) Guitar Speak sur Allmusic
  53. (en) Willie Jones sur Allmusic
  54. (en) The Urge sur Allmusic
  55. (en) Instrumental Moods sur Allmusic
  56. (en) Guitar's Practicing Musicians, Vol. 2 sur Allmusic
  57. a et b (en) Rush Street sur Allmusic
  58. (en) The Hunter sur Allmusic
  59. (en) Rendezvous sur Allmusic
  60. (en) Herman Harris & the Voices of Hope sur Allmusic
  61. (en) Read My Licks sur Allmusic
  62. (en) Wave of the Hand sur Allmusic
  63. (en) True Voices sur Allmusic
  64. (en) Angelica sur Allmusic
  65. (en) Merry Axemas sur Allmusic
  66. (en) Guitar Gods sur Allmusic
  67. (en) Koko's Hideaway sur Allmusic
  68. (en) The Best of Rockline sur Allmusic
  69. (en) Moods Box Set sur Allmusic
  70. (en) Fingers And Thumbs sur Allmusic
  71. (en) « Eric Johnson - Alien Love Child: Live And Beyond », sur Muzyka (consulté le 4 octobre 2014)
  72. (en) Been A Long Time sur Allmusic
  73. (en) David Lynch, « Review: Texas Guitar Slingers Volume 1 », The Austin Chronicle,‎ 26 juillet 2002 (lire en ligne)
  74. (en) « Mike Tramp - More To Life Than This », sur nehrecords.com (consulté le 4 octobre 2014)
  75. (en) A Guitar Supreme, Giant Steps in Fusion Guitar sur Allmusic
  76. (en) Don't Mess With Texas Vol. 2 sur Allmusic
  77. (en) « Broadcasts Vol. 12 107.1 KGSR Radio Austin - Various Artists », sur ranchoalegreradio.org (consulté le 4 octobre 2014)
  78. (en) « Jeff Richman & Friends: Fusion for Miles, A Guitar Tribute: A Bitchin' Brew », sur allaboutjazz.com (consulté le 4 octobre 2014)
  79. (en) Industrial Zen sur Allmusic
  80. (en) Viva Carlos: A Supernatural Marathon Celebration sur Allmusic
  81. (en) David Lynch, « Review: Roscoe Beck », The Austin Chronicle,‎ 20 janvier 2006 (lire en ligne)
  82. (en) Electromagnets 2 sur Allmusic
  83. (en) The Devil Knows My Name sur Allmusic
  84. (en) Freeway Jam: To Beck and Back sur Allmusic
  85. (en) Lovers sur Allmusic
  86. (en) From The Reach sur Allmusic
  87. (en) « Red Clay - Doyle Dykes and Eric Johnson (preview) by Eric Johnson (guitarist) », sur soundcloud.com (consulté le 4 octobre 2014)
  88. (en) Big Neighborhood sur Allmusic
  89. (en) Doctor Faith sur Allmusic
  90. (en) Elemental Journey sur Allmusic
  91. (en) Musica E Palavras Dos Bee Gees sur Allmusic
  92. (en) Not What the Founders Intended sur Allmusic
  93. (en) « Grammys- Round 1 : Pop music: Phil Collins' 8 nominations lead the pack and Quincy Jones sets a record with his 74th nod », Los Angeles Times,‎ 11 janvier 1991 (lire en ligne)
  94. (en) « The Complete List of Grammy Nominations », The New York Times,‎ 8 décembre 2005 (lire en ligne)
  95. a et b (en) « Grammy Awards: Best Rock Instrumental Performance », sur Rock on the Net (consulté le 4 octobre 2014)
  96. (en) Greg Kot, « Pumpkins A Smash With 7 Grammy Nominations », Chicago Tribune,‎ 8 janvier 1997 (lire en ligne)
  97. (en) « Grammy Awards: Best Pop Instrumental Performance », sur Rock on the Net (consulté le 4 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]