Eric Ambler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eric et Ambler.

Eric Ambler

Autres noms Eliot Reed
Activités Romancier, scénariste
Naissance
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Décès (à 89 ans)
Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Langue d'écriture anglais britannique
Genres Roman policier, Thriller,
Roman d'espionnage
Distinctions Prix Edgar-Allan-Poe
Grand prix de littérature policière 1976
Prix Mystère de la Critique 1979

Œuvres principales

  • Le Masque de Dimitrios (1939)
  • Les Trafiquants d’armes (1959)
  • Topkapi (1962)
  • Docteur Frigo (1974)

Eric Ambler (OBE), né le et mort le à Londres, est un écrivain, scénariste et producteur britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il passe une enfance heureuse, mais une adolescence plus difficile : « Les ennuis d'argent et la puberté m'arrivèrent en même temps : je découvris à la fois la débauche et le vol »[1].

Il entreprend et complète des études d'ingénieur à l'Université de Londres en 1928, mais choisit plutôt de travailler dans la publicité. Devenu romancier, il publie ses romans les plus célèbres dans les années 1930, notamment Frontière des ténèbres, (1936) et Je ne suis pas un héros (1938). Plusieurs de ses récits d'espionnage sont alors portés à l'écran: en 1943, La Croisière de l'angoisse, sous le titre Voyage au pays de la peur par Norman Foster et Orson Welles et Au loin, le danger, sur un scénario de W.R. Burnett sous le titre Intrigues en Orient par Raoul Walsh, et en 1944, Épitaphe pour un espion sous le titre Hotel Reserve (en) par Lance Comfort et Le Masque de Dimitrios sous le titre éponyme par Jean Negulesco avec Peter Lorre et Sydney Greenstreet. Contrairement aux récits manichéens à l'atmosphère lourde et angoissante jusqu'alors privilégiés par le genre, les romans d'espionnage d'Ambler mettent en scène des gens ordinaires, qui deviennent espions par hasard ou par sottise. Ces antihéros, souvent charmés par les idéaux du patriotisme triomphant, se retrouvent victimes de traquenards, de méprise ou de faux-semblants et remettent en doute un peu trop tard les mensonges du pouvoir. Homme de gauche, Ambler met à profit sa connaissance du milieu des affaires et sa formation d'ingénieur pour construire des récits crédibles qui, bien que teintés d'humour, demeurent impitoyables dans leur dénonciation de la raison d'État et des valeurs dominantes de l'Occident capitaliste.

Pendant les années 1930, il rédige quelques nouvelles policières où revient le docteur Jan Czissar, ancien membre de la police tchèque en exil à Londres. Ces textes d'énigme classique restent sans lendemain pour l'auteur en raison du succès rencontré par ses romans d'espionnage, mais ils présentent des thèmes similaires et un style tout aussi limpide.

La Seconde Guerre mondiale interrompt sa carrière littéraire. Il sert dans l'artillerie et devient lieutenant-colonel. Il se retrouve peu après au Service cinématographique. Sur cette lancée, il entre à la Rank comme scénariste, en 1944. Il écrit à partir de ce moment une douzaine de scénarios pour le cinéma et plus du double pour la télévision, les plus connus étant son adaptation d'un roman de Nicholas Monsarrat (en) pour le film La Mer cruelle (1953), réalisé par Charles Frend, scénario pour lequel Ambler est nommé aux Oscars, ainsi que La Flamme pourpre (1954) par Robert Parrish, Atlantique, latitude 41° (1958) par Roy Ward Baker et Cargaison dangereuse (1959) par Michael Anderson. Sur le plan personnel, Eric Ambler se marie le 7 octobre 1958.

N'ayant publié aucun roman entre 1940 et 1951, Ambler y revient avec L'Affaire Deltchev. En 1962 paraît un de ses gros succès, Topkapi, récit d'un vol qui met en scène le truculent Abdul Simpson, incarné à l'écran par Peter Ustinov, un rôle qui vaut à ce dernier l'Oscar du meilleur acteur de second rôle dans Topkapi, réalisé par Jules Dassin (1964).

Pendant cette dernière période, la maîtrise du récit ne cesse de s'affiner chez Ambler avec Les Trafiquants d'armes (1959), Complot à Genève (1969), Docteur Frigo (1974), qui reçoit le Grand Prix de littérature policière 1976, et N'envoyez plus de roses, un récit sur l'univers trouble des paradis fiscaux et des détournements de fonds à l'échelle internationale. La haute tenue de chacune de ses œuvres s'explique en partie par le fait qu'à partir de 1950, Ambler écrit aussi quelques romans de moindre qualité qu'il publie sous le pseudonyme de Eliot Reed. Ainsi ne signe-t-il de son propre nom que le meilleur de sa production.

Après avoir vécu quelques années à Hollywood avec sa deuxième épouse, productrice pour Alfred Hitchcock, Eric Ambler s'établit en 1968 à Clarens, puis à la Tour de Peilz en 1985, commune où il réside jusqu'en 1987. Là, il se lance dans la rédaction de son dernier livre, Le Brochet (1981), un thriller sous fond de terrorisme dans le monde arabe. Il se consacre également à la rédaction de ses mémoires, Here Lies : An Autobiography (1985), où il évoque son enfance et ses débuts de romancier. On y découvre un être déchiré, insatisfait, mais lucide : un étonnant portrait du père fondateur du thriller moderne qui meurt à Londres en 1998, à l'âge de 89 ans.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Signés Eric Ambler[modifier | modifier le code]

  • The Dark Frontier (1936)
    Publié en français sous le titre Frontière des ténèbres, Paris, Les Humanoïdes associés, 1978 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 237, 1986 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 531, 1998
  • Uncommon Danger ou Background to Danger [USA] (1937)
    Publié en français sous le titre Au loin, le danger, Paris, Rivages/Noir no 622, 2006
  • Epitaph for a Spy (1938)
    Publié en français sous le titre Épitaphe pour un espion, Paris, Nouvelle Revue Critique, coll. L'Empreinte no 167, 1939
    Publié en français dans une nouvelle traduction sous le titre Épitaphe pour un espion, Paris, Les Humanoïdes associés, 1978 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 169, 1984 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 540, 1998
  • Cause for Alarm (1938)
    Publié en français sous le titre Je ne suis pas un héros, Paris, Presses de la Cité, coll. Un Mystère no 44, 1950 ; réédition dans Polars années cinquante, vol. 2, Paris, Omnibus, 1996 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 661, 2006
  • The Mask of Dimitrios (1939)
    Publié en français sous le titre Le Masque de Dimitrios, Paris, Éditions du Pavois, 1939 ; réédition, Paris, Éditions Planète, 1966 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 136, 1984 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 441, 1997 ; réédition dans Agents secrets face à l'Europe nazie, Paris, Omnibus, 2005 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 680, 2008
  • Journey into Fear (1940)
    Publié en français sous le titre Voyage dans l'épouvante, Paris, Hachette, coll. L'Énigme, 1947
    Publié en français dans une traduction intégrale sous le titre La Croisière de l'angoisse, Paris, Les Humanoïdes associés, 1979 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 197, 1985 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 442, 1997
  • Judgment on Deltchev (1951)
    Publié en français sous le titre L'Affaire Deltchev, Paris, Les Humanoïdes associés, 1979 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 217, 1985
  • The Schirmer Inheritance (1953)
    Publié en français sous le titre L'Héritage Schirmer, Paris, Del Duca, coll. Romance et mystère, 1975
    Publié en français dans une nouvelle traduction intégrale sous le titre L'Héritage Schirmer, Paris, Seuil, 1984 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 376, 1988 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 435, 1997
  • The Night Comers (1956)
    Publié en français sous le titre Les Visiteurs de l'aube, Paris, Presses de la Cité, 1957
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Les Visiteurs du crépuscule, Paris, Les Humanoïdes associés, 1979 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 478, 1991
  • Passage of Arms (1959)
    Publié en français sous le titre Les Trafiquants d'armes, Paris, Les Humanoïdes associés, 1978 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 186, 1985 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 430, 1997
  • The Light of the Day ou Topkapi (1962)
    Publié en français sous le titre La Nuit d'Istanbul, Paris, Plon, 1964 ; réédition sous le titre Topkapi, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 540, 1992 ; réédition sous le titre Topkapi : la nuit d'Istanbul, Paris, Seuil, coll. Points no 422, 1997
  • A Kind of Anger (1964)
    Publié en français sous le titre Le Rendez-vous de Nice, Paris, Plon, 1965 ; réédition, Paris, Edito-Service, coll. Les Classiques de l'espionnage, 1985
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Énergie du désespoir, Paris, Les Humanoïdes associés, 1980 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 261, 1986 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 539, 1998
  • Dirty Story (1967)
    Publié en français sous le titre Sale Histoire, Paris, Stock, 1971 ; réédition, Genève, Slatkine, coll. Morts subites, 1982
    Publié en français dans une autre traduction sous le titre Sale Histoire, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 551, 1992 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 721, 2009
  • The Intercom Conspiracy (1969)
    Publié en français sous le titre Complot à Genève, Paris, Librairie des Champs-Élysées, 1974 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 294, 1988 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 573, 1998
  • The Levanter (1972)
    Publié en français sous le titre Le Levantin, Paris, Hachette, coll. Thrillers, 1973 ; réédition, Le Livre de poche no 7404, 1977 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 317, 1988
  • Dr Frigo (1974)
    Publié en français sous le titre Docteur Frigo, Paris, Fayard, coll. Thillers, 1976 ; réédition, Paris, Rivages/Noir no 771, 2010
  • Send No More Roses (1976)
    Publié en français sous le titre N'envoyez plus de roses, Paris, Les Humanoïdes associés, 1977 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 153, 1984 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points no 492, 1998
  • The Card of Time (1981)
    Publié en français sous le titre Le Brochet, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 1982 ; réédition, Paris, Seuil, coll. Points/Roman no 562, 1992

Signés Eliot Reed[modifier | modifier le code]

  • Skytip (1950)
  • Tender to Danger (1951)
  • The Maras Affair (1953)
  • Charter to Danger (1954)
  • Passport to Panic (1958)

Nouvelles et courts romans[modifier | modifier le code]

  • Waiting for Orders (1991) recueil posthume regroupant huit récits écrits au début de la Deuxième Guerre mondiale :
    • The Intrusions of Dr Czissar - 6 nouvelles
    • The Army of the Shadows - un court roman
    • The Blood Bargain - un court roman
      Publication en français de la nouvelle The Army of the Shadows sous le titre L'Ennemi commun, Paris, Éditions Mille et une nuits, La petite collection no 85, 1995
      Publié en français sous le titre Les Intrusions du Dr Czissar, Paris, Éditions Ombres, 1998

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Here Lies Eric Ambler : An Autobiography (1985)
    Publié en français sous le titre Mémoires inachevées, Paris, Encrage, 1995

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme scénariste[modifier | modifier le code]

comme producteur[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Éric Ambler, Mémoires inachevées, Paris, Encrage, 1995, p. 78

Liens externes[modifier | modifier le code]