Erbray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erbray
Blason de Erbray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Saint-Julien-de-Vouvantes
Intercommunalité Communauté de communes du Castelbriantais
Maire
Mandat
Jean Pierre Juhel
2014-2020
Code postal 44110
Code commune 44054
Démographie
Gentilé Erbréens
Population
municipale
2 943 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 24″ N 1° 18′ 59″ O / 47.6566666667, -1.31638888889 ()47° 39′ 24″ Nord 1° 18′ 59″ Ouest / 47.6566666667, -1.31638888889 ()  
Altitude Min. 41 m – Max. 108 m
Superficie 58,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Erbray

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Erbray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Erbray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Erbray
Liens
Site web http://www.erbray.fr/

Erbray est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Erbray dans le département de la Loire-Atlantique

Erbray est situé à 8 kilomètres au sud-est de Châteaubriant.

Les communes limitrophes sont Soudan, Juigné-des-Moutiers, Saint-Julien-de-Vouvantes, Petit-Auverné, Moisdon-la-Rivière, Louisfert et Châteaubriant.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Erbray est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Châteaubriant et de l'espace urbain de Rennes (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Erbray possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Aèrbraéy (écriture ELG, prononcé [ əʁ.bʁə ])[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Erbray est liée à la pierre à chaux. La castine extraite des carrières d'Erbray servit de fondant dans les bas-fourneaux puis hauts-fourneaux de la région. En parallèle, des fours produisirent la chaux nécessaire comme liant dans le mortier servant dans les constructions et pour amender les terres argileuses. De nos jours, la pierre à chaux est toujours exploitée par la MEAC.

Par ailleurs, la commune d'Erbray a toujours eu une activité agricole importante. Jouxtant Châteaubriant, plusieurs PME s'y sont installées depuis une cinquantaine d'années.


Les vingt-sept, de la carrière de la Sablière à Châteaubriant, le 22 octobre 1941

1ère Sépulture : Erbray Pierre Guéguen : 45 ans, né à Quimerc’h (29), maire communiste de Concarneau et conseiller général du Finistère. Sépulture cimetière de Concarneau (29). Victor Renelle : 53 ans, de Paris, militant communiste. Son corps a été transféré dans le cimetière parisien du Père Lachaise. Raymond Tellier : 44 ans, d'Amilly (45), militant communiste. Son corps a été transféré à Amilly (45).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à deux fasces d'or et deux pals de sable brochant sur le tout.
Commentaires : Armoiries créées le 7 mai 1700 pour la paroisse moyennant une taxe d'enregistrement de 25 livres qualifiée de « droit de bannière ». Délibération municipale le 26 mai 1989.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fernand du Breil de Pontbriand (1848-1916), maire d'Erbray.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  11 septembre 1800 Pierre Roul    
24 octobre 1800 2 novembre 1815 Jean Gaultier    
3 novembre 1815 6 janvier 1824 Louis Colin de la Biochaye    
10 septembre 1824 26 mai 1837 Jean Rougé[Note 1]    
27 mai 1837 11 novembre 1848 Pierre Leroy[Note 2]    
12 novembre 1848 13 août 1865 François Gobbé[Note 3]    
29 septembre 1870 5 janvier 1878 Eugène Denis[Note 4]    
6 janvier 1878 janvier 1881 François Gobbé    
 ?  ? Fernand du Breil de Pontbriand   lieutenant des mobiles d'Ille-et-Vilaine,
conseiller général en 1883,
député monarchiste de la Loire-Inférieure de 1889 à 1901,
sénateur de la Loire-Inférieure de 1901 à 1916.
1945 1983 Michel de Pontbriand RPF sénateur de la Loire-Atlantique
mars 2001 2008 Jean Poulain    
2008 en cours Jean-Pierre Juhel[Note 5] Divers gauche retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 943 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 6],[Note 7].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 781 1 730 1 502 1 627 2 120 1 992 1 970 2 087 2 283
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 301 2 700 2 970 2 973 2 976 3 002 3 097 2 897 2 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 651 2 578 2 525 2 057 1 991 1 967 1 932 1 813 1 832
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 766 1 808 1 885 2 152 2 392 2 349 2 695 2 793 2 943
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,2 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,3 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Erbray en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,3 
4,2 
75 à 89 ans
5,7 
11,5 
60 à 74 ans
10,5 
22,2 
45 à 59 ans
21,8 
21,8 
30 à 44 ans
23,3 
15,3 
15 à 29 ans
16,1 
24,7 
0 à 14 ans
22,3 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jeanne Cherhal (1978), chanteuse française, a passé une partie de son enfance à Erbray.
  • Michel de Pontbriand (1911 - 2000), résistant et maire de la commune de 1945 à 1983.
  • Agathe Briand (1992-2014), étudiante et responsable logistique de Amarente à Erbray.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu le 27 décembre 1825 et le 20 mai 1832.
  2. Réélu le 12 septembre 1842 et le 10 janvier 1847.
  3. Réélu le 6 mars 1853, le 14 août 1860 et le 06 mars 1853.
  4. Réélu le 30 mars 1871 et le 8 octobre 1876.
  5. Réélu en 2014.
  6. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  7. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « Erbray 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 9 janvier 2013).
  5. « Résultats du recensement de la population - Erbray - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté en 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté en 10 décembre 2012).