Epica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Projet EPICA et Chevrolet Epica.

Epica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Epica, sur scène lors du Requiem for the Indifferent World Tour, en 2012.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre musical Metal symphonique[1]
Années actives Depuis 2002
Labels Transmission, Nuclear Blast
Site officiel epica.nl
Composition du groupe
Membres Mark Jansen
Coen Janssen
Simone Simons
Ariën van Weesenbeek
Isaac Delahaye
Rob van der Loo
Anciens membres Yves Huts
Ad Sluijter
Helena Michaelsen
Iwan Hendrikx
Dennis Leeflang
Jeroen Simons
Logo

Epica est un groupe de metal symphonique néerlandais, originaire de Reuver. Fondé en 2002 par le guitariste Mark Jansen et initialement nommé Sahara Dust, ce projet aura d'abord pour chanteuse Helena Michaelsen, du groupe Trail of Tears. Au début de l'année 2003, elle sera remplacée par Simone Simons, petite amie de Mark Jansen à l'époque. Le nom définitif du groupe, Epica, sera choisi en fonction de l'album de Kamelot portant le même nom.

Leur premier album, The Phantom Agony, sorti en juin 2003, est produit par Sascha Paeth (producteur de Kamelot notamment). Il est dit engagé contrairement à leur second album Consign to Oblivion qui a pour thème la civilisation maya. En 2007, sort leur troisième album, The Divine Conspiracy, alliant un son toujours autant mélodique, à une augmentation de la puissance, et un retour à des chansons engagées comme pour le premier album[2]. Leur quatrième album studio Design Your Universe sorti en 2009, sera quant à lui différent au niveau du chant et de la guitare, cela marque ainsi le départ d'Ad Sluijter du groupe.

En 2012, leur cinquième album studio, Requiem for the Indifferent, est bien accueilli par la presse spécialisée, et rencontre un succès international ; il sera dans le classement des meilleurs ventes de singles aux États-Unis à la 104e place. Le 23 mars 2013, Epica célèbre ses dix ans d’existence au Klokgebouw d'Eindhoven, en faisant un énorme concert appelé Retrospect qui sera aussi diffusé en direct sur le web. Le groupe jouera pendant plus trois heures en compagnie d'un orchestre composé de 70 musiciens et d'invités spéciaux tels que Floor Jansen, ainsi qu'en compagnie des anciens membres du groupe Yves Huts, Ad Sluijter et Jeroen Simons. Pendant le concert, un DVD et un album live du concert sont confirmés.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et changement de nom (2002)[modifier | modifier le code]

Mark Jansen avec Simone Simons, chanteuse d'Epica depuis le 1er octobre 2002.

Le 2 avril 2002, Mark Jansen (alors leader d'After Forever)[3] est contraint de quitter son groupe. Celui-ci se penchait déjà sur un projet parallèle qui devient alors son groupe principal dès son départ. À cette époque, le groupe s'appelle Sahara Dust[4]. Trois jours après, il contacte Ad Sluijter, un ami de la période After Forever, qui hésite à intégrer un second groupe, mais qui finalement après discussion, accompagne Mark dans son projet. La chanteuse Helena Iren Michaelsen rejoint ensuite Sahara Dust, tout comme le batteur Ivan Hendrickx, le claviériste Coen Janssen (le 1er mai) et le bassiste Yves Huts (le 15 juin)[5].

Peu de temps après, Helena Iren Michaelsen et Ivan Hendrickx décident de quitter le groupe, alors qu'ils sont prêts à enregistrer leur première démo. Simone Simons, jeune soprano alors âgée de 17 ans et petite amie d'époque de Mark Jansen, réalise quelques sessions avec le groupe avant de le rejoindre définitivement le 1er octobre 2002[5]. Le remplaçant du batteur, Jeroen Simons, complète l'effectif le 15 octobre, deux semaines seulement avant l'enregistrement de cette première démo de Sahara Dust. En novembre 2002 s'achève « Cry for the Moon » et permet au groupe de décrocher un contrat chez Transmission Records. Avec les départs des membres d'origine, le groupe se sent dans l'obligation de changer de nom, et y sera même encouragé par la maison de disques. C'est lors d'une séance d'enregistrement en écoutant le nouvel album du groupe Kamelot[5] qu'ils se rendent compte que le titre de cet album colle parfaitement avec leur musique. C'est ainsi qu'est né le groupe Epica.

Premières productions et premier album (2002–2003)[modifier | modifier le code]

Epica donne son premier concert aux Pays-Bas (leur pays d'origine) le 15 décembre 2002 à Tilburg[5]. En février 2003, le groupe entre en studio dans le but d'enregistrer son premier album. Pendant l'enregistrement le groupe prend le temps de donner quelques concerts dans son pays et joue pour la première fois à l'étranger le 26 avril 2003 à Bruxelles en Belgique. Leur premier album The Phantom Agony sort le 23 décembre 2003[6]. Alors qu'ils commencent à prendre de l'expérience grâce aux concerts et petits festivals aux Pays-Bas, ils sont invités à jouer au festival de Raismes, le 13 septembre, en France. Lors de cette prestation, la plupart des médias français sont présents, et décèlent immédiatement un potentiel dans le groupe[5]. Le groupe est accueilli chaleureusement. Ils effectuent de nombreux concerts chez eux et quelques-uns en Belgique, notamment au festival Female Metal Voices. Mais c'est réellement le 28 octobre 2003 qu'Epica réalise la voie sur laquelle ils sont engagés. En effet, pour leur retour en France, ils sont chargés d'ouvrir pour le groupe néerlandais le plus populaire localement, Within Temptation, au Disney Village près de Paris, devant 2 000 personnes.

L'album The Phantom Agony grimpe jusqu'à la 52e position des classements musicaux néerlandais[5], et le groupe est récompensé de l'Essent Prize qui est le prix du meilleur nouveau talent. De cet album sont ainsi tirés plusieurs singles : The Phantom Agony, une nouvelle version de 4 minutes, avec l'enregistrement d'un clip. Le deuxième single, Feint est également accompagnée d'une vidéo. S'ensuit aussi le single Cry for the Moon. En parallèle, le groupe joue pour une radio néerlandaise accompagné de chœurs et d'un orchestre[5]. Ils décident d'en conserver l'enregistrement, pour le sortir en DVD sur le marché sous le titre We Will Take You With Us. Simone Simons fait, de son côté, une apparition sur l'Opera Metal d'Aina.

Tournées européennes (2004–2006)[modifier | modifier le code]

Coen Janssen, Simone Simons et Yves Huts au Tuska Open Air Metal Festival, en 2006.

Epica continue de se produire un peu partout en France, en Allemagne, en Pologne, en Espagne et au Benelux devant de plus en plus d'audience. Dès l'été 2004, ils sont demandés dans beaucoup de grands festivals d'Europe. Ils se produisent devant des publics conséquents au festival de la Rotonde, au Wave Gothic Treffen, au Lowland Festival, et au Graspop Metal Meeting. Fin juin 2004, Epica travaille sur son second album, tout en continuant de donner des concerts, et c'est après la période des festivals d'été que le groupe effectue sa première vraie tournée européenne en tête d'affiche. Ils se produisent ainsi dans de nouveaux pays, comme au Portugal, en Suisse et en Autriche en plus des pays où ils se sont déjà produit. La tournée en Allemagne leur vaudra le Music X port Prize 2004.

Après s'être produit dans l'Europe entière, Epica s'envole pour donner une dizaine de concerts au Mexique. De retour en Europe, ils profitent de quelques breaks pour peaufiner le prochain album. Au cours de cette tournée, le public a notamment pu entendre certains nouveaux morceaux, présents sur le futur opus du groupe[5], comme les titres Dance of Fate, The Last Crusade, Solitary Ground et Quietus. Epica repart sur les routes pour une nouvelle tournée européenne pour assurer la première partie des concerts de leurs amis du groupe Kamelot. Sur une vingtaine de dates, Les membres du groupes décident de réduire leur set-list au plus efficace de leur discographie tout en présentant un avant goût de leur album à paraître. Simone Simons chante le duo enregistré avec Roy Khan sur le titre The Haunting issu de l'album The Black Halo, et Mark pousse quelques grunts sur March of Mephisto. Pour son dernier concert du Phantom Agony Tour en 2004, Epica choisit de jouer au Metal Therapy Festival, en France, le 16 avril.

Le 21 avril 2005[7], le successeur de The Phantom Agony, Consign to Oblivion sort au label Transmission Records. On y trouve les quatre titres joués en live, mais aussi un duo avec Roy Khan de Kamelot sur Trois Vierges. La sortie du single Solitary Ground suit immédiatement celle de l'album. Epica donne rapidement de nouveaux concerts aux Pays-Bas pour jouer ses nouveaux morceaux, avant de partir aux festivals d'été. Le premier gros rendez-vous est le Pinkpop Festival, où le show est filmé en prévision d'un futur DVD[5]. Ensuite, ils se produisent en Belgique, au Graspop Metal Meeting devant la plus grande affluence de sa jeune carrière. Dans la fosse, 25 000 personnes assistent au concert. Simone Simons et Mark Jansen font également leurs traditionnelles parties de chant pendant le concert de Kamelot. Epica repart aussitôt pour donner quelques grands concerts, notamment au Fury Fest en France.

Entre la fin de l'année 2004 et l'été 2005, et parallèlement à la promotion de leur dernier album, la société de production Roxy Movies demande à Mark Jansen d'écrire la bande originale de leur film Joyride[8]. Avec l'aide de Yves Huts, Ad Sluijter et Coen Janssen, Mark se lance dans la composition et l'enregistrement de The Score. En plus de la bande son qui servira au film, The Score contient assez d'éléments pour devenir un album à part entière et sort sous le nom de The Score - An Epic Journey en septembre 2005. On y retrouve aussi quelques morceaux déjà connus d'Epica, tels que Trois Vierges dans une version chantée par Simone seule, ou encore Solitary Ground et Quietus.

Le nouveau single tiré de Consign to Oblivion, Quietus est également sorti en deux versions en octobre. Consign to Oblivion se hisse à la 12e position des classements musicaux néerlandais[5]. De nouvelles tournées européennes sont effectuées, tournées durant lesquelles de nombreuses dates sont programmées dans les pays francophones. Entre temps, le groupe retourne en Amérique du Sud, pour leurs premiers concerts au Brésil, et aura également joué pour la première fois dans de nombreux pays tels que la Tunisie (premier concert de métal international de toute l'histoire du pays)[5], en Israël, et en Finlande. Pendant la tournée d'avril, un enregistrement live dans la salle du Paradiso à Amsterdam est effectué pour la sortie d'un double DVD. Le sound-photo book The Road to Paradiso retrace en 96 pages et un CD d'inédits, toute la carrière du groupe. Sorti en mai 2006, ce nouveau DVD permet de faire patienter les fans de plus en plus nombreux en attendant une tournée d'un mois avec Kamelot en Amérique du Nord, et le prochain album prévu pour 2007.

The Divine Conspiracy et Design Your Universe (2007–2009)[modifier | modifier le code]

Le 7 septembre 2007, Epica sort The Divine Conspiracy sous le label Nuclear Blast (maison de disques des groupes After Forever, Amorphis et Nightwish entre autres) et continue de se produire, tant en Europe qu’aux États-Unis. Lors de cette tournée, ils ont été accompagnés par les finlandais d’Amberian Dawn, ainsi que les français de Kells[9]. En juin 2008, Epica participe à un concert à Miskolc (Hongrie) en compagnie de l'Extended Remenyi Ede Chamber Orchestra et des chœurs du Miskolc National Theatre. De cette alliance d'un orchestre classique et d'un groupe de metal nait l'album live The Classical Conspiracy, publié en 2009. Ce double-album contient dans la première partie des reprises de thèmes de musiques classiques alors que la deuxième partie est consacrée à l'exécution de titres du groupe. Le 16 décembre 2008, Ad Sluijter, guitariste du groupe, annonce son départ sur sa page Myspace, et un message du reste du groupe est publié sur le site officiel, précisant espérer annoncer le plus tôt possible le nom du remplaçant d'Ad. Un mois plus tard, Isaac Delahaye est officiellement annoncé comme étant le nouveau guitariste du groupe.

L'album Design Your Universe est sorti en octobre 2009.

Requiem for the Indifferent et changement de bassiste (depuis 2012)[modifier | modifier le code]

Le nouvel album d'Epica, intitulé Requiem for the Indifferent, est sorti le 9 mars 2012[10]. Cet album, quoique plus « calme » que son prédécesseur, s’inscrit dans la droite lignée de celui-ci et intègre une évolution majeure ; les riffs et leads sont plus élaborés et complètent l’ensemble musical. Cet album contient par ailleurs beaucoup plus de solos de guitare que l’on a pu en entendre sur les productions précédentes du groupe. Il y a eu une coquille lors de la production de l'album. En effet, la 13e piste n'a pas été publiée dans sa version finale et il manquait les voix de Simone et Mark. La version complète est proposée par Nuclear Blast en libre téléchargement. Le 25 mars 2012, un communiqué d'Epica annonce que leur bassiste Ives Huts décide de quitter le groupe. Son remplaçant est Rob van der Loo (MaYaN/ex Delain). C'est Xandria et Stream of Passion qui assureront les premières parties de la tournée européenne.

Le groupe annonce un nouvel album pour printemps 2014. Le titre officiel est à ce moment en débat sur leur page Facebook. Originellement intitulé TQE, le titre se révèle au final être The Quantum Enigma le 5 février, et programmé pour une sortie le 24 mai 2014[11]. Dans une entrevue avec Sonic Cathedral Webzine, Simone Simons confirme un vidéoclip popur le titre Unchain Utopia[12]. Un vidéoclip de Victims of Contingency est plus tard mis en ligne le 31 octobre 2014[13].

Style musical[modifier | modifier le code]

Le style de Epica est généralement considéré comme du metal symphonique[6],[14],[15],[16],[17],[18], mais leur musique brasse de nombreuses autres influences dont le power metal, le metal progressif[19],[20],[21], et le metal gothique[6],[22],[23],[24]. Ce qui fut la source de certains malentendus qui assimilent Epica à un groupe de gothique. Malentendus qui sont d'autant renforcés par la croyance que la définition du gothic metal se réduit à la présence d'une chanteuse dans un groupe de metal. Simone Simons clarifie néanmoins les choses dans une de ses interviews[25]. Pour elle, le goth est « une question qu'on me pose régulièrement ces derniers temps. De nos jours le gothic semble être devenu un mot pour généraliser toute musique avec un chant féminin. Mais c'est dur à décrire, beaucoup de gens pensent que nous sommes un groupe de gothic metal, mais nous avons joué dans de vrais festivals de gothic et nous avions l'air bizarres à côté des autres. J'aimerais plutôt décrire Epica comme un groupe de metal symphonique à voix féminine. Nous avons de nombreux éléments dans notre musique et chacun l'interprète à sa façon. Et cela me va[25]. »

Leur musique reprend certaines structures complexes du metal progressif et d'autre part le dispositif vocal de type La belle et la bête développé à l'origine par le metal gothique, mais la thématique de leur chansons et le caractère expressif de leur musique s'éloigne sensiblement du metal gothique. Le terme de metal gothique correspond plus à des groupes comme Type O Negative, Moonspell ou encore Paradise Lost. Mark Jansen décrit leur style musical comme un pont entre After Forever et Kamelot[26].

En ce qui concerne l'utilisation de la voix lyrique de Simone Simons, cette dernière confie qu'elle avait été beaucoup influencée à ses débuts par Tarja Turunen, l'ex-chanteuse du groupe Nightwish, ainsi que par Sharon den Adel, la chanteuse du groupe néerlandais Within Temptation : « [...] Je n'ai jamais caché mon admiration pour des chanteuses de metal comme Tarja de Nightwish ou Sharon de Within Temptation. Il est certain qu'elles m'ont beaucoup influencé dans ma manière de chanter. Maintenant, j'essaye de me détacher peu à peu de ces influences, non pas que j'en aie honte, mais j'ai envie d'essayer d'autres choses. J'écoute beaucoup de musique qui n'a aucun rapport avec le metal en ce moment, comme par exemple R.E.M. ou encore la fantastique chanteuse qu'est Björk[8]. »

En 2010, Mark Jansen explique que la musique d'Epica se rapproche du death metal, avec des influences classiques et d'opéra. Selon lui, le genre d'Epica s'inspire en outre de nombreux styles différents tels que le black metal, le folk metal, le power metal ou encore le rock[27].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Membres de tournée[modifier | modifier le code]

  • Koen Herfst – batterie (2007)
  • Amanda Somerville – chant (tournée nord-américaine en 2008), voix secondaires sur The Phantom Agony, Consign to Oblivion, The Divine Conspiracy, Design Your Universe, et Requiem for the Indifferent
  • Oliver Palotaiclavier (tournée nord-américaine en 2010)[28]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Yves Huts – basse (2002–2012 ; membre de tournée en 2013)
  • Ad Sluijterguitare (2002–2008 ; membre de tournée en 2013)
  • Jeroen Simons – batterie (2002–2006 ; membre de tournée en 2003)
  • Helena Iren Michaelsen – chant lead (2002)
  • Iwan Hendrikx – batterie (2002)
  • Dennis Leeflang – batterie (2002)

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie d'Epica.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Defining Gothic Metal : The Truth and Lies of the Scene », sur metastorm.ee (consulté le 28 mai 2006).
  2. « Epica - The Phantom Agony » (consulté le 9 mai 2009).
  3. « Mark Jansen et After Forever »,‎ 4 septembre 2007 (consulté le 9 mai 2009).
  4. « Interviews Epica (NL) », sur Spirit of Metal,‎ juin 2003 (consulté le 9 mai 2009).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Biographie », sur The French Crusade,‎ 4 mai 2009 (consulté le 22 novembre 2014).
  6. a, b et c (en) Eduardo Rivadavia, « The Phantom Agony », sur Allmusic (consulté le 22 novembre 2014).
  7. (en) « Discography », sur epica.nl (consulté le 18 août 2014).
  8. a et b Aliocha Klodovitch, « Mark Jansen and Simone Simons Interview », sur metal-immortel.com,‎ 9 mai 2009 (consulté le 22 novembre 2014).
  9. « Epica : Sa biographie », sur www.concerts.fr (consulté le 5 mai 2009).
  10. epica.nl Title new Epica album revealed
  11. (en) « Sonic Cathedral WebZine - Epica The Quantum Enigma Interview 2014 », sur soniccathedral.com,‎ 26 avril 2014 (consulté le 22 novembre 2014).
  12. (en) « Unchain Utopia Lyrics video launched », sur epica.nl,‎ 22 mai 2014 (consulté le 31 octobre 2014).
  13. « EPICA - Victims of Contingency (OFFICIAL VIDEO) », sur YouTube (consulté le 31 octobre 2014).
  14. (en) « Epica - The Quantum Enigma review » (consulté le 30 mars 2008).
  15. (nl) « Epica - Design Your Universe » (consulté le 30 mars 2008).
  16. Amaurea, « Epica - The Quantum Enigma », sur La Grosse Radio,‎ 28 avril 2014 (consulté le 30 mars 2008).
  17. (en) « Epica - The Quantum Enigma Review », sur myglobalmind.com,‎ 11 mai 2014 (consulté le 30 mars 2008).
  18. (en) Fox, Keith, « The Divine Conspiracy Review », sur Metal Review,‎ 2 mars 2008 (consulté le 30 mars 2008).
  19. (en) Epica sur Allmusic.
  20. (en) « Musical Discoveries Epica », sur musicaldiscoveries.com (consulté le 3 mars 2008).
  21. (en) « Musical Discoveries Epica 2008 », sur musicaldiscoveries.com (consulté le 3 novembre 2008).
  22. (en) « Epica biography », sur musicmight.com (consulté le 22 novembre 2014).
  23. (en) Bowar, Chad, « The Divine Conspiracy Review », sur About.com (consulté le 30 mars 2008).
  24. (en) Smit, Bas, « Consign To Oblivion Review », sur Lordsofmetal.nl (consulté le 3 mars 2008).
  25. a et b (en) « Interview with Simone Simons », sur Rockeyez (consulté le 5 mai 2009).
  26. « Interview with Mark Jansen : Someone who already heard our album said it's a bridge between After Forever and Kamelot. » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur XS 4 All. Consulté le 5 mai 2009.
  27. (en) Aniruddh « Andrew » Bansal, « In-person interview with Mark Jansen of Epica », sur Metal Assault (consulté le 22 novembre 2014), How exactly would you describe the music to a person who hasn't heard your band?.
  28. « Epica keyboardist to sit out North American tour », sur Blabbermouth,‎ 20 janvier 2010 (consulté le 20 janvier 2010).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]