Ephedra major

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ephedra fragilis)
Aller à : navigation, rechercher

Grand Éphédra, Grande Uvette


Ephedra major, le Grand Éphédra ou Grande Uvette, est un arbrisseau xérophyte de la famille des Ephedraceae.

Description[modifier | modifier le code]

Occasionnellement rencontrée aux milieux des rochers calcaires ou sur les vieux murs, cette espèce de 10 à 20 cm de haut est caractérisés par ses tiges à articles courts (1-2 cm) et filiformes (1 mm), ses rameaux dressés et ligneux à la base, ses cônes sessiles ou subsessiles à deux graines recouvertes d'écailles charnues rouges. Ces caractères le distinguent d'Ephedra distachya qui peut atteindre 0,3 à 1 m de haut, possède des tiges à articles allongés (3-4 cm), épais (2 mm) et souvent couchés, et des cônes longuement pédonculés à une seule graine[réf. nécessaire].

En France, la Grande Uvette fleurit de mai à juin et les fruits sont mûrs d'août à septembre[réf. nécessaire].

Répartition[modifier | modifier le code]

Le Grand Éphédra est une espèce méditerranéo-asiatique. On la rencontre en France, Espagne, Italie, Sardaigne, Sicile, Grèce, Chypre, Afghanistan, Turkmenistan, Albanie, Bosnie-Herzégovine, Maroc, Algérie, Iran, Liban, Tunisie, Syrie, Turquie, Inde et Pakistan[1].

Nomenclature et dénominations[modifier | modifier le code]

Nomenclature scientifique[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1831 par le botaniste autrichien Nicolaus Thomas Host.

La taxinomie du genre Ephedra est très discutée, mais les publication du début du XXIe siècle tendent à réduire le nombre d'espèces. Ephedra nebrodensis, notamment, est désormais considérée comme synonyme tandis que la validité de Ephedra fragilis fait encore débat, selon les auteurs.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Ainsi Ephedra major admet de nombreux synonymes : Selon Tela Botanica (France métro) (29 nov. 2013)[2] et INPN (29 nov. 2013)[3] :

  • Ephedra atlantica Andr., 1931
  • Ephedra clusii Dufour, 1860
  • Ephedra equisetiformis Webb
  • Ephedra fragilis Moris, 1828 - espèce valide pour Kew Garden World Checklist[4]
  • Ephedra nebrodensis Tineo, 1844
  • Ephedra scoparia Lange, 1861
  • Ephedra villarsii Godr. & Gren., 1856


l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) mentionne aussi les synonymes suivants[1] :

  • Ephedra procera C.A.Mey.
  • Ephedra vulgaris Tchich.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (29 novembre 2013)[5] et NCBI (29 novembre 2013)[6] :

  • Ephedra major Host (1831)
    • sous-espèce Ephedra major subsp. major
    • sous-espèce Ephedra major subsp. procera (C.A.Mey.) Bornm. (1928)

Dénominations[modifier | modifier le code]

Les noms vulgaires recommandés ou typiques en français pour cette plante sont Grand Éphédra ou Grande Uvette[7].

On trouve aussi les noms vernaculaires suivants : Éphèdre des monts Nébrodes ou Grand Éphèdre[7].

Utilisation par l'homme[modifier | modifier le code]

Comme tout Ephedra, il renferme des alcaloïdes : éphédrine, pseudoéphédrine, noréphédrine et adrénaline[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :