Eochaid Airem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eochaid.

Eochaid Airem, dans la mythologie celtique irlandaise, est un Ard ri Érenn légendaire (roi suprême d’Irlande, dont la capitale est Tara, dans la province centrale de Mide) qui aurait régné au IIe siècle av. J.-C. pendant une quinzaine d’années, succédant à son frère Eochaid Feidlech.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Il apparaît notamment dans les récits de Tochmarc Etaine (La courtise d’Étain). Il épouse la déesse Étain qui était auparavant mariée au dieu souverain de l’Autre Monde, Midir, des Tuatha Dé Danann (« gens de la tribu de Dana »). Ce dernier veut absolument la récupérer et propose ainsi à Eochaid Airem une partie d’échecs, dont l’enjeu est sa propre femme. Le roi perd la partie, mais refuse de tenir sa parole et bannit définitivement le dieu de sa capitale Tara. Cependant, Midir parvient à entrer dans la ville et dans le palais, et rejoint Étain. Tous les deux se transforment en cygnes et s’envolent. Le roi les poursuit dans tous les sidh, mais le dieu va user de sa magie : il transforme cinquante jeunes filles en sosies d’Étain et demande à Eochaid d’en choisir une, une seule. Le roi s’exécute et sûr de son choix couche avec la fille, qui s’avère être sa propre fille, Étain Óg. De cette relation incestueuse, va naître une fille Mes Buachalla, à l’origine d’une dynastie de rois en donnant naissance à Conaire Mór.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le Lebor Gabála Érenn synchronise son règne avec la Dictature de Jules César sur Rome (48-44 av. J.-C.) [1] La chronologie de Geoffrey Keating's Foras Feasa ar Éireann fixe comme limites à son règne 82 & 70 av. J.-C.[2], et les Annales des quatre maîtres de 131 à 116 av. J-C[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R. A. Stewart Macalister (ed. & trans.), Lebor Gabála Érenn: The Book of the Taking of Ireland Part V, Irish Texts Society, 1956, p.  299
  2. Geoffrey Keating, Foras Feasa ar Éireann 1.37
  3. Annales des quatre maîtres M5069-5084

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot,‎ août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9)
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire »,‎ avril 1995, 216 p. (ISBN 9782737313158)
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 9782914855372).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout,‎ octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2).
  • Consulter aussi la bibliographie sur la mythologie celtique et la bibliographie sur la civilisation celtique.