Environnement en Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'environnement en Iran a commencé à être pris en compte par l'État dans les années 1950, à la suite des dégradations environnementales et de la sur-exploitation des ressources naturelles. L'Iran s'est d'abord dotée d'une association iranienne de la vie sauvage en 1956, puis d'une organisation de la chasse et de la pêche en 1967 et enfin d'un ministère de l'environnement en 1971. Le but de ces organisations était la protection de l'environnement.

Nature en Iran[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Faune d'Iran.

La faune et la flore d'Iran, étant donnée la grande quantité de biomes et de biotopes, accueille de nombreuses espèces animales et végétales. Certaines sont menacées d'extinction, comme le Guépard d'Iran (Acinonyx jubatus venaticus), dont il ne reste que 50 à 60 individus. En effet, la raréfaction de l'onagre du désert (Equus hemionus onager), de la gazelle indienne (Gazella bennetti), de la gazelle à goitre (Gazella subgutturosa), de l'urial (Ovis vignei) et des bezoars ibex (Capra aegagrus aegagrus), qui sont des proies du guépard, explique le danger d'extinction de l'espèce. D'autres animaux sont endémiques aux régions iraniennes, comme le Tétraogalle de Perse ou le daim de Perse, qui sont aujourd'hui très rares.

Institutions iraniennes liées à l'environnement en Iran[modifier | modifier le code]

L'Iran s'est d'abord dotée d'une association iranienne de la vie sauvage en 1956, puis d'une organisation de la chasse et de la pêche en 1967 et enfin d'un ministère de l'environnement en 1971.

Depuis la ratification par l'Iran en 1996 de la convention cadre sur les changements climatiques, l'Iran s'est aussi doté d'un bureau national des changements climatiques, chargé de proposer des stratégies et projets afin de faire face aux changements climatiques. Ce bureau est composé de scientifiques (Université de Téhéran, Université technologique Sharif) et de représentants des ministères du pétrole, de l'énergie, du ministère de la science, de la recherche et de la technologie, du ministère de l'agriculture, du ministère de la santé et du ministère de l'environnement[1].

Principaux problèmes environnementaux[modifier | modifier le code]

Vue sur Téhéran depuis les hauteurs de Tajrish
zanjan Iran

Depuis le début du XXIe siècle, les principaux problèmes environnementaux sont les suivants :

  • La pollution de l'air, particulièrement dans les zones urbaines. Cette pollution a des causes anthropiques et est liée aux émissions des véhicules, aux opérations de raffinerie et aux effluves industriels.
  • La déforestation
  • La désertification
  • La diminution de la surface des marais à cause de la sécheresse.
  • La pollution par le pétrole dans le golfe Persique (due aux opérations d'extraction et de dégazage).
  • La pollution de l'eau, causée par les rejets industriels et les rejets non contrôlés d'eau usée.

Le plus préoccupant de ces problèmes est peut-être celui de la qualité de l'air, plus particulièrement dans la capitale à Téhéran. Le monoxyde de carbone représente une partie importante des 1,5 million de tonnes de produits polluants rejetés à Téhéran en 2002. Le président de l'époque, Mohammad Khatami a déclaré que les voitures construites en Iran devront avoir des standards plus favorables pour l'environnement, et a promis le passage au carburant sans plomb[2]. En effet, le parc automobile est majoritairement ancien, parfois de plus de 20 ans (avec des modèles fabriqués en Iran comme la Peykan).

Protection de l'environnement en Iran[modifier | modifier le code]

Il existe en 2006 quatre types de zones protégées en Iran[3] :

  • les parcs nationaux (16)
  • les refuges de vie sauvage (33)
  • les zones protégées (43)
  • les monuments naturels nationaux (13).

En 2006, l'Iran identifie 21 sites « Ramsar », couvrant une superficie totale de 1 465 967 ha ; en revanche, l'Iran n'a désigné aucun site comme réserve de Biosphère.

Parcs nationaux[modifier | modifier le code]

Site Surface (hectares)
Lac d'Orumieh 464 056
Kavir 446 400
Bakhtegan 160 000
Golestan 87 242
Bamou 48 678
Kolah Qazi 47 142
Tandureh 35 658
Khojir 10 013
Sorkh-e-Hissar 9 168
Tang-e-Sayyad 27 244
Khabr 149 934
Bujagh 3 278
Saluk 8 132
Sarigol 7 038
Turan 188 000
Lar 29 778
Total 1 649 771
Source : Ministère de l'environnement iranien[3]

Sites « Ramsar »[modifier | modifier le code]

Lagon Anzali (Mordab-e Anzali), province du Gilan.
Site Surface (hectares)
Péninsule de Miankaleh, Baie de Gorgan et Lapoo-Zaghmarz Ab-bandan 100 000
Lac Parishan et Dasht-e-Arjan 6 200
Lac d'Orumieh 483 000
Lacs Neiriz et Marais de Kamjan 108 000
Marais de Shadegan, de Khor-al Amaya et de Khor Musa 400 000
Hamun-e-Saberi et Hamun-e-Helmand 50 000
Lac Kobi 1 200
Extrémité sud du Hamun-e-Puzak 10 000
Lacs Shurgol, Yadegarlu et Dorgeh Sangi 2 500
Lagon de Bandar Kiashahr et embouchure du Sefid Rud 500
Lac Amirkelayeh 1 230
Lac Gori 120
Lacs Alagol, Ulmagol et Ajigol 1 400
Détroits du Khuran 100 000
Deltas du Rud-e-Shur, Rud-e-Shirin et Rud-e-Minab 45 000
Deltas du Rud-e-Gaz et Rud-e-Hara 15 000
Lac Gavkhouni et marais du cours bas du Zayandeh rud 43 000
Baie Govater Bay et Hur-e-Bahu 75 000
Île Shidvar 870
Lagon Gomishan 17 700
Lacs de retenue des rivières Fereydoon Kenar, Ezbaran et Sorkh Rud 5 247
Total 1 465 967
Source : Wetlands.org [4]

Adhésion aux traités internationaux[modifier | modifier le code]

L'Iran a signé et ratifié la convention de Ramsar (Convention relative aux zones humides d'importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d'eau), la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, la Convention sur la diversité biologique, la Convention cadre sur les changements climatiques (cadre pour le protocole de Kyoto), la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, la Convention sur la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets, la convention pour la protection de la couche d'ozone, .

Le pays a aussi participé au Programme Man and Biosphere de l'UNESCO, et neuf sites étaient identifiés comme réserves de biosphère en 1999 (pour une superficie totale de 2 609 731 ha). L'Iran a également ratifié la convention régionale pour la coopération en matière de protection de l'environnement marin contre la pollution ; le plan d'action pour la protection et le développement des zones marines et côtières du golfe.

L'Iran a signé mais n'a pas ratifié : Convention des Nations unies sur le droit de la mer, le traité de conservation de la vie marine et la convention sur la modification environnementale.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The National Climate Change Office, Bureau iranien des changements climatiques, 2002
  2. (en) Environmental Issues Iran, Energy Information Administration, Ministère de l'énergie des États-Unis d'Amérique, mai 2002
  3. a et b (en) DOE Protected Territories, Iran Department of environment, 2003
  4. (en) Ramsar Sites information service

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]