Environnement d'apprentissage personnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un environnement d'apprentissage personnel (en anglais PLE – Personal Learning Environment) est un système, un ensemble d'outils ou un écosystème qui aident des apprenants à construire, organiser eux-mêmes leur apprentissage.

Définition[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas consensus sur la définition d'un environnement d'apprentissage personnel[1]. D'une manière large, Graham Attwell le présente comme « une nouvelle approche d'usage des technologies pour apprendre »[2]. Selon Nicolas Roland, chercheur en science de l'éducation, c'est « un écosystème de personnes et d'outils que l'individu mobilise et agence dans le cadre d'activités de construction de connaissances »[3]. Ce qui signifie un environnement d'apprentissage, éclaté au contraire des Learning management system (LMS), centralisé[4]. Certains auteurs (Terry Anderson, Ron Lubensky, Mark van Harmelen) mettent en avant l'aspect numérique du système (logiciels, applications, service web) tandis que d'autres (Clive Shepherd...) y ajoute les ressources physiques (famille, amis, livres, magazine, journal, télévision...)[5]. Dans les différents définitions, le même objectif d'un EAP apparaît : construire et gérer soi-même ses apprentissages, se prendre en main. Le formateur Marc Dennery résume l'EAP comme l'« ensemble des outils et méthodes à disposition de l'apprenant lui permettant de réussir ses objectifs d'apprentissage »[6].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Avant tout, l'apprenant doit se fixer ses propres objectifs d'apprentissage[6].

Ensuite, l'apprenant doit se concentrer sur trois directions selon l'enseignant en informatique, Jacques Dubois (professeur d'informatique)[7] :

  • suivre des personnes compétentes à travers leur blogs, leurs comptes de réseau social, leurs collection de signets, leurs présentations, leurs vidéos...
  • partager leurs trouvailles afin d'en faire profiter leur entourage ou des personnes ayant les mêmes centres d'intérêt
  • réfléchir afin de s'approprier la matière trouvée

Outils[modifier | modifier le code]

Pour les besoins de sa formation, un apprenant utilisera :

Histoire[modifier | modifier le code]

Le concept d'« environnements d'apprentissage personnel » (personal learning environments) apparaît en 1976 dans un article de chercheurs au MIT, Ira P. Goldstein, et Mark L. Miller, pour désigner des programmes informatiques qui aideraient l'homme dans son apprentissage[9].

Il représente que la dernière étape d'une approche alternative à l'e-learning, dont les origines remontent à de vieux systèmes tels que Colloquia (système d'enseignement peer-to-peer)[10]. Il a été initialement discuté en 2001 par Bill Olivier et Lieber Oleg[11] qui considéraient l'e-learning comme non adaptés à tous les besoins des étudiants. Cette approche alternative s'est développée en parallèle avec les Système de Gestion de l'Apprentissage qui possèdent un centre d'étude (ou de cours).

Dès le 4 novembre 2004, le concept se précise lors d’une conférence du JISC[12], une commission qui œuvre pour les technologies de l’éducation et les standards d’interopérabilité. Le sujet est ensuite débattu dans un cadre informel sur des blogs anglo-saxons, canadiens et australiens. De mars 2005 à juillet 2006, le CETIS[13], un centre de recherche en éducation commissionné par le JISC, étudie le concept de PLE pour tenter de mettre au point une définition, et un modèle et pour essayer de mieux cerner son impact.

Limites[modifier | modifier le code]

La mise en place d'un EAP demande « un niveau d'autonomie élevée » de la part des apprenants car ils doivent eux-mêmes définir leur travail, s'organiser et s'autoformer au préalable à la maîtrise des outils technologiques (outils de communication, de collaboration)[8]. Or, les apprenants ont des niveaux variables dans cette dernière compétence.

Christine Vaufrey, rédactrice en chef du site Thot Cursus, constate la représentation des EAP sous la forme d'une collection d'outils, une tendance négligeant des aspects plus importants[14] :

  • la constitution d'un réseau, c'est-à-dire de relations avec qui apprendre et échanger
  • savoir ce qu'on veut apprendre.

Il est en effet facile de rester passif face aux outils et aux informations collectées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Definitions of Personal Learning Environment (PLE) par Ilona Buchem
  2. Graham Attwell, "Personal Learning Environments - the future of eLearning ?"
  3. Carnet de recherches de Nicolas Roland, "EPA : système ou écosystème"
  4. Alan J. Cann, "What the heck is a PLE and why would I want one ?"
  5. Clive Shepherd, "PLEs - what are we talking about here ?"
  6. a et b Blog C-Campus, "Bâtir son environnement d’apprentissage personnel : la première des formations"
  7. Blog Prodageo, "Espace Personnel d’Apprentissage"
  8. a et b Service de soutien à la formation de l'université de Sherbrooke, "L’environnement d’apprentissage personnel : l’avenir de la formation ?"
  9. Ira P. Goldstein, Mark L. Miller, AI Based Personal Learning Environments: Directions for Long Term Research
  10. (en) « Colloquia », sur www.colloquia.net (consulté le 9 septembre 2013)
  11. (en) Olivier, Bill, & Liber, Oleg. (2001) « Lifelong Learning: The Need for Portable Personal Learning Environments and Supporting Interoperability Standards » The JISC Centre for Educational Technology Interoperability Standards, Bolton Institute December 2001.
  12. (en) Joint Information Systems Committee http://www.jisc.ac.uk/
  13. (en) Centre for Educational technology & Interopérabiliy standards http://jisc.cetis.ac.uk/
  14. L'environnement personnel d'apprentissage : les relations avant les outils

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]